Shira Utfila - Stefan Stablic et autres

En serbo croate, Chant et prière
Radio televizija Srbije
KnezaViseslava 86 Beograd 11000 Serbie
komercijala@pgp-rts.co.yu
www.pgp-rts.co.yu

Nous remercions vivement Yechiel Bar-Chaïm de nous avoir offert ce disque, sans quoi il ne serait jamais parvenu jusqu’à La Lettre Sépharade !

Loin, bien loin des sentiers battus est ce disque nous parvenant de Serbie, enregistré dans de bonnes conditions techniques.

Loin des sentiers battus parce que tout d’abord les morceaux chantés sont profanes, religieux ou mixtes, puis que les langues d’exécution sont diverses : judéo-espagnol, hébreu, voire judéo-arabe. Et surtout parce que les exécutants, connaissant ou non la production discographique d’Europe occidentale affirment leur originalité, semblant ne s’inspirer de personne.

Même si Stefan Stablic est le chanteur qui s’accompagne à l’oud et Yitshak Asijel son “écho vocal” en basse continue, les autres comparses de cet ensemble masculin réussissent à se fondre dans une bien plaisante réalisation. C’est leur troisième disque, essentiellement sépharade celui-ci, présenté par Eliezer Papo, de Sarajevo, enseignant maintenant à l’Université du Neguev. Livret en serbo-croate et en anglais.




Les séquences 1 (soutenue par une superbe basse continue), 4, 9, 10 et 15 (très original Taqsim ‘ud) sont purement instrumentales, bien réparties dans le disque.

Mentionnons, parmi d’autres “l’Accueil du Shabat” (n° 2) chanson répandue à Sarajevo et Belgrade, avec les deux voix d’hommes, la performance convaincante de Stefan dans Jedi Kule (n° 6), très populaire à Salonique, la n° 7, très réussie, dont le texte est attribué à Ben Ezra sur une mélodie traditionnelle et où l’ensemble, bien équilibré se donne à fond, la n° 8, paraliturgique qui dérive bientôt vers la Morenika, bien connue.

Une mention spéciale pour la n° 11 Entre las guertas, poème populaire dialogué entre voix masculines et instruments mais aussi avec la superbe apparition d’Ivana JelisavVci´c, chanteuse invitée par le groupe, que l’on regrette de n’entendre qu’une fois… C’est peut-être notre morceau préféré.
La n° 12 et une superbe composition pour instruments seuls du célèbre Isak Fresco Romano (1745-1814) compositeur de musique turque.
Le rythme s’accélère vers la fin, dans une progression étudiée, et le n° 18 est un poème multilingue connu à Belgrade, Sarajevo et Pristina, entraînant, presque dansant où tout le groupe se donne à fond, relancé par des Ayde, ayde

La chute (n° 18) est l’hymne israélien, la Ha Tikvah chantée successivement en hébreu, judéo-espagnol et judéo-arabe.

Des félicitations toutes particulières à l’ingénieur du son, Radovan Maricic dont le rôle est essentiel dans la réussite.

Jean Carasso
Comments