Une belle aventure...


Ainsi s’intitulait notre Lettre de mars 2006 décrivant l’historique de la publication depuis ses débuts comme périodique. Y étaient exposées les circonstances chronologiques et culturelles lui ayant permis de trouver sa place dans le concert des publications se réclamant du séphardisme à travers le monde.

Puis une page de cette Lettre rapportait quelques faits marquants ayant jalonné ces quinze ans de vie culturelle.

L’ensemble s’achevait sur une question implicite, volontairement non formulée : 

Quelles perspectives 
pour l’avenir ?

Nombre de lecteurs en furent intrigués, quelques-uns désorientés, voire même chagrinés et nous le firent savoir, fréquemment avec affection.
Parmi ceux-là une personne pourtant réservée, lectrice fidèle depuis 1996, s’enhardit jusqu’à nous affirmer que la disparition de notre publication lui était insupportable et n’était pas inéluctable…

C’est ainsi que Linda Toros exposa ses arguments, son “ardente obligation”, lorsque nous l’avons rencontrée.

De quarante années plus jeune que le signataire, (quarante années, la traversée du désert…cela ne vous évoque rien ?) vivant à Paris, d’origine stambouliote par son père et andalouse par sa mère, le judéo-espagnol lui est langue familiale qu’elle parle et écrit spontanément.  Elle en avait approfondi la connaissance auprès des divers universitaires enseignant à Paris et ailleurs cette langue et cette culture. Multi-diplômée, les langues latines lui sont familières, de même que l’anglais, l’hébreu et notre culture ancestrale.

Mais surtout, elle était animée par une conviction - une vision - profonde, par une foi superbe lui enjoignant d’assurer le relais, de ne pas laisser s’évanouir le potentiel culturel de La Lettre Sépharade.

C’est ainsi que la confiance est née entre nous et que, conjointement avec les proches collaborateurs de la publication, nous avons décidé de poursuivre l’aventure. Linda Toros expose en page suivante sa perception de la situation.

N’ayant pu rester indifférent à tant d’engagement, d’enthousiasme, j’ai décidé de l’aider de toutes mes forces.

Que la “belle aventure” continue… 

Jean Carasso

Comments