Festival des musiques judéo-espagnoles

 au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme,  

en partenariat avec La Lettre Sépharade, 

du 9 au 17 mai 2001


C’est la première fois en France que se tient un festival dédié aux musiques judéo-espagnoles.
Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris,
9 au 17 mai 2001

C’est une occasion unique de découvrir ce répertoire peu connu du grand public, chanté dans un espagnol archaïque véhiculé par les juifs d’Espagne depuis leur expulsion de 1492.

Cette langue parlée, chantée,  imprégnée des apports d’autres langues et cultures - balkanique, turque, marocaine etc. - a suivi son propre chemin au cours des siècles, transmise à leurs filles par les femmes généralement illettrées. D’où la quantité de berceuses et de chants de noces. 

Ces chansons n’ont pas été recueillies, enregistrées et transcrites par des musicologues avant la première moitié du XXe siècle.

La programmation propose un voyage dans le monde poétique et festif de la culture judéo-espagnole des différents pays, répertoires et époques.

Cette production musicale se poursuit sans aucune rupture et l’occasion est offerte d’entendre des créations du XXe siècle sur des poèmes d’écrivains vivants.


Les concerts auront lieu au Musée,  
Hôtel de Saint-Aignan
71 rue du Temple 
75003 Paris

Réservations :
Tél. 01 53 01 86 48
e-mail : reservations@mahj.org

Mercredi 9 mai  - 20h30

Sandra Bessis

explore depuis douze ans le vaste répertoire judéo-espagnol, création musicale vivante de la Méditerranée et ses sonorités diverses dans le temps et l’espace.
Elle présente Bodas, son dernier spectacle, autour des chants de noces. 


Jeudi 10 mai - 20h30

Mónica Monasterio

est originaire d’Argentine où elle a commencé à chanter il y a vingt ans.  Elle vit maintenant à Madrid et se consacre à la chanson judéo-espagnole. Elle est en scène avec son accompagnateur Horacio Lovecchio, compositeur de plusieurs de ses chansons sur des textes de poètes judéo-hispanisants contemporains du monde entier.  C’est la première fois qu’elle chante en France.


Dimanche 13 mai  - 16h

Stella Gutman / Trio Kamhi

 Le judéo-espagnol est la langue maternelle de Stella Gutman dont la famille est originaire de Thrace. Depuis plus de douze ans, elle chante dans cette langue.

 Rafaël Kamhi, avant la guerre de Yougoslavie, avait constitué dans sa ville natale de Sarajevo un groupe vocal appelé Ladino, qui se produisait avec succès à la télévision et dans divers festivals culturels.  Il vit maintenant en France et a reconstitué un trio avec ses deux enfants.


Dimanche 13 mai et lundi 14 mai à 20h30

Judy Frankel

De formation classique, depuis plus de quinze ans Judy Frankel  - qui vit à San Francisco - est à la fois compositrice et interprète, s’accompagnant à la guitare. Elle est très populaire aux Etats-Unis, a déjà chanté plusieurs fois en Europe, mais se produit pour la première fois en France.


Mercredi 16 mai  - 20h30

Ensemble Alégria

Il est composé de trois hommes et une femme, dont un chanteur compositeur.  Ce groupe se consacre depuis une dizaine d’années à la musique du Moyen-Âge et de la Renaissance, qu’elle soit religieuse ou profane, utilisant des instruments anciens. La musique judéo-espagnole constitue l’un des volets de son programme.


Jeudi 17 mai  - 20h30

Marlène Samoun

chante depuis plus de dix ans en diverses langues. Elle offre une interprétation personnelle, renouvelée et chaleureuse des grands classiques judéo-espagnols, liturgiques et profanes, mais aussi de chansons du XXe siècle.
Comments