Brèves : Musée Sefardi de Tolède

Au Musée Sefardi de Tolède, la bibliothèque de 6000 volumes achève son processus dinformatisation et de connection avec dautres bases de données en Hébraïca et Judaïca. De cette manière le visiteur du musée et chercheur à la bibliothèque pourra maintenant sinformer sur la localisation de tel ou tel ouvrage quil ne trouverait pas sur place.

Le musée abrita il y a quelques mois, comme nous lavions annoncé, une université d’é de culture juive et séfarade centrée sur le thème «Inquisition et conversos », au cours de laquelle notre ami Bartolomé Bennassar traita le 6 septembre des aspects récents de la recherche dans ce domaine. Nous en rapportons ci-dessous quelques idées directrices.
Nouveaux regards sur lInquisition.

Bartolomé Bennassar présente quelques études récemment parues sur le fonction- nement de lInquisition.

Il apparaît dun côté que certaines périodes ont connu un accroissement de lactivité inquisitoriale et d’autres une accalmie, selon les régions, et pour des raisons non doctrinales en quelque sorte, mais politiques, dans le cadre de luttes dinfluence entre divers Inquisiteurs, eux-mêmes éventuellement soumis à tel ou tel pouvoir politique.
D’un autre côté nous apprenons que tous les Inquisiteurs n’étaient pas également fanatiques et que la proportion des exécutés et détenus diffère dune région à l’autre. Grenade, Valladolid, Madrid, ont été plus durs que Santiago, Cuenca et Tolède, et plus nombreuses furent les femmes exécutées que les hommes.

Un autre fait intéressant que les archives de l
Inquisition permettent de mieux cerner est le mouvement de retour de conversos du Portugal vers lEspagne, important au XVIème siècle. On observe aussi des mouvements inverses.

Et pour achever ce bref survol d’une synthèse fort intéressante, lun des auteurs étudiés, Contreras, avance que les solidarités sociales et fidélités mutuelles des élites et notables ont toujours prévalu sur la “pureté du sang” concernant des convertis depuis plus de deux ou trois générations.
Comments