El bakal i los tulumbadjis… | …L’épicier et les pompiers…

Gaëlle Collin,

Nasyo en Paris en 1976 onde bive oy.

Née à Paris en 1976, où elle vit.

Meldar, avlar i eskrivir

Mi primero kontakto kon muestra lingua judeo-espanyola fue sintyendo una emisyon en la radyo djudiya de Paris, kuando teniya mas o menos de dizisyete anyos. Duspues konosí muntchas kantikas sintyendo CDs i kasetas. Anke nunka no teniya ambezado esta lingua, la entendiya un poko… Kreo ke es lo ke me enkantava muntcho !

Kuando tuví vente anyos me fue a la universita para ambezarme el ebreo. Ayá, vide ke se puediya ambezar el djudezmo. Un myerkoles de otubre demanyana me fue a la primera lisyon de la profesora Marie-Christine Varol. Todo me enkantava i me interesava : la lingua, los refranes, las ditchas, las kantikas, la istorya… todo lo ke diziya la profesora era muy interesante. En estos kursos M.-C. Varol mos kontava istoryas, uzansas del pasado en los maales de Stambol komo Balat, Fener, Hasköy, Galata. Mos avlava del bakal, del sanmaz, de los tulumbadjis djudyos, de las fyestas, de las kozikas de kaza (kaviko ala mezuza, kaviko al sereno…), de lo ke se komiya, de lo ke se vistiya… Mos izo meldar muntchos tekstos de la rika literatura djudeo-espanyola, mos ambezó a meldar vyejos livros, vyejos djornales en letras ebreas yamadas rachi i tambyen vyejas letras en solitreo.

Ke azer ?

Desde esta epoka (agora tengo kaji ventisech anyos) lavoro en el kampo de los estudyos djudeo-espanyoles. Me interesan en partikular los djurnales, los romansos i las novelas ke fueron kitados desde la media del siglo dizimueve asta los anyos trenta del siglo vente. Egziste una rika literatura ke enfloresyó i kale ke la valorizemos, ke la guadremos.

De un lado me parese ke no se pyedre esta kultura : muntchos livros, revistas son kitados, tenemos emisyones en la radyo, kursos de djudeo-espanyol, kursos de istorya, asosyasyones en Amerika, Espanya, Fransya, Israel, Turkiya… Ama de otro lado, parese ke todo esto no le interesa muntcho a los mansevos (ijos, inyetos…). Ke azer ?

Ke sentimos…

Me parese ke lo ke tenemos endjuntos son la lingua djudeo-espanyola, tradisyones, refranes, retchetas ke se aparejan en el mupak kon los tchikos, todo un pasado i una istorya, rekodros dulses i amargos, una nostaljia de la vida ke aviya antes en sivdades komo Saloniki, Sarayevo, Monastir, Sofya, Stambol, Smirna… Kada uno, mizmo los mansevos, se akodra de byervos ke diziya una nona, un tiyo… I un solo byervo en djudezmo puede intchir el tino de kada uno de muntchos muntchos rekodros, de muntcha nostaljia.



Lire, parler, écrire

Mon premier contact avec cette langue judéo-espagnole fut une émission à la radio juive de Paris, je pouvais bien avoir dix-sept ans…

Depuis lors j’ai connu de nombreuses chansons en écoutant des CD et des cassettes. Quoique je n’aie jamais antérieurement appris cette langue, je la comprenais un peu. Je crois que c’est ce qui me plaisait beaucoup. À vingt ans, je m’en fus à l’Université pour apprendre l’hébreu. Et là-bas, je vis que le judéo-espagnol était enseigné.

Un beau mercredi matin d’octobre, j’arrivai à la première leçon de la professeure Marie-Christine Varol. Tout m’enchanta et m’intéressa : la langue, les proverbes et dictons, les chansons, l’Histoire… tout ce que disait la professeure était fort intéressant. Dans ses cours, M.-C. Varol nous racontait des histoires, des usages du passé dans les quartiers d’Istanbul comme Balat, Fener, Hasköy, Galata. Elle nous entretenait de l’épicier, du bedeau de la synagogue, des pompiers juifs, des fêtes, des remèdes magico-religieux, de ce que l’on mangeait, de la façon de se vêtir… Elle nous fit connaître bien des textes de la riche littérature judéo-espagnole, nous apprit à lire des livres anciens, des vieux journaux écrits en lettres appelées rachi, et de la vieille correspondance en solitreo.

 Que faire ?

Depuis cette époque (j’ai maintenant vingt-six ans) je travaille dans le domaine des études judéo-espagnoles. Je m’intéresse en particulier aux journaux, romans et nouvelles parus depuis la moitié du XIXe siècle jusqu’aux années trente du XXe siècle. Il existe là une riche littérature que nous nous devons de valoriser, conserver.

D’un côté il me semble que cette culture ne se perd pas : il paraît beaucoup de livres, revues, émissions de radio et cours d’histoire, des Associations existent en Amérique, Espagne, France, Israël, Turquie… Mais d’autre part il semble que tout cela n’intéresse guère les jeunes (enfants, petits-enfants…). Que faire?

Notre sentiment…

Ce qui nous rapproche sont la langue judéo-espagnole, les traditions, les proverbes, les recettes à préparer à la cuisine avec les enfants, tout un passé et une histoire, des souvenirs doux et amers, une nostalgie de la vie d’antan dans des villes comme Salonique, Sarajevo, Monastir, Sofia, Istanbul, Smyrne… Chacun, même les jeunes, se souvient de mots prononcés par une grand-mère, un oncle… Et un seul mot dans ladite langue peut ramener à la mémoire de chacun bien des souvenirs, bien de la nostalgie !






Famiya djudiya de Turkiya, 1887, fotografia otentika.

Famille juive de Turquie, 1887, photographie originale.
Collection Gérard Lévy Paris


Comments