…No tuve ni un tarapapu… | …Ni même un d’aïeul…

Bernard Pierron,

Nasyo a Abidjan, en Afrika, en 1949 i bive oy en una sivdadika de l’Oeste de la Fransya.
Bernard Pierron konose tantas linguas ke eskrive en La Lettre Sépharade artikolo sovre livros ke meldo en ebreo, grego i otras…

Né en1949 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et vit actuellement dans une petite ville de la côte Atlantique.
Bernard Pierron connaît tant de langues qu’il écrit pour La Lettre Sépharade  des articles sur des livres qu’il a lus en hébreu, en grec et d’autres langues encore…

L’intéressant texte ci-contre ne se prête pas à la segmentation comme les autres, et ne comporte donc pas la référence aux questions posées.
El sintir

Dizir la primera vez onde sintí avlar el djudezmo esto yo lo puedo kolay kolay porke no es un rekuerdo lechano. En efeto, mi konosimyento de esta lingua es relativamente resyente : no es lachon de mis djenitores ni de dingunos paryentes - ni mesmo de un tarapapu - i alora ke no era mas una kryatura, ambezí, solo, sovre todo en los livros, meldando tekstos eskritos kon los karakteres rachi por empesar i despues kon los latinos ke son moda de oy i tartaleando unos kuantos byervos. I es byen mas tadre ke enkontrí lokutores del djudezmo durante reunyones onde aviya eskojido avlar de syertos aspetos de la kultura de los Sefardis de Selanik. El Dyo save si lavorí kon mis vente unyas para afrontar toda esta djente de la kual el djudezmo era lachon maternal. Kolay i livyano ! (era el sueto que deviya azer antes de empesar). I al kavo entendí ke si mi pronunsya era kastelyana en demazya, entre la de los otros lokutores aviya tambyen tchikas diferensyas. Amá todos se entendiyan kolay i me entendiyan a mi tambyen ! El djudezmo era dunke una lingua franka ke permitiya al djudiyo de Meksiko de enteder al de Turkiya, de Yugoslaviya, de Aifto, del Yavan i mizmo al benadam ke save el Kastelyano de entenderlos a todos ! “Kyen lingua tyene a Roma va” (en ruso dizen “la lingua te yevará a Kiev”) asyerta el refran, pero tambyen el lachon konduze al korason de la djente i permete de entenderla mijor. Ansí, para el observador eksteryor ke so yo, el djudezmo aparese komo una djoya ke en sus mil fasetas reflekta todo el intrafikamyento de una kultura ke por un nes no dezaparesyó i ke oy kyere naser de muevo i bivir afilu ke las kondisyones de su egzistensya trokaran de gato a pato1. Este intrafikamyento provyene de la meskladura de varias yeruchas i del kontakto kon las umod del mundo. El rezultado es un lachon multiple i uno, un riko testimonyo de la estorya universal. En efekto, a la diferensya de muntchas linguas de minoridades de las kuales la rejyon jeografika es netamente pretchizada, el djudezmo bivyo en los entornos mas diversos, avyerto sovre el mundo. Amá este testimonyo no deve azerse un testimonyo muerto komo el latino, pero deve kontinuar a desveloparse komo todas la linguas avladas i bivas, a embever i espedir elementos de otras linguas, a kryar byervos, arreyevando influensyas i influensando.

Por seguro syertas personas van a dizir ke una lingua bive porke pertenese a una uma ke no tyene otra para ke komuniken sus javerim entre si i kon los estranyeros i porke es el vektor de la aktividad ekonomika de un puevlo… Las syento : “Seria menester ke el djudezmo se aga lingua muy nesesarya para no entezarse”. Es verdad ke estas kondisyones egzistyeron i insuflaron al djudezmo una vida inkontestavle : en Selanik, por egzempyo, el Kastelyano fue lingua ke avlavan o entendiyan muntchos, djudyos, kristyanos i maometanos. Pero, komo lo eskriví arriva, estas kondisyones no egzisten mas.

Por esto, es byen ke los ke konosyeron el sefardismo de antes de la Choa se aunen i avlen i eskrivan pero es mijor dainda ke konvensan a los mansevos de los kuales esta kultura es la erensya i ke no konosyeron Selanik i otras sivdades en su grandura sefardi, del menester de avlar djudezmo. I mizmo, pyenso ke kale ke estos esforsos trespasen el kuadro del sefardismo i vizen mas para aya : la mirada del “otro” es indispensavle para ke este movimyento tome rezyor i no se amurtche serrandose sovre si mismo. Zaten, la istoria del djudezmo no es unika. Numerozas son las otras menoridades ke batalyan para azer valer sus deretchos a utilizar kadaldia su lingua. En un payiz komo la Fransya, el sentimyento de unita nasyonal, para syertos inseparavle de la unita linguistika, no a avantajado la prezervasyon del alat de komunikasyon de las menoridades rejyonales. So seguro ke la esperyensa de estos otros puede ser provetchoza. A parte de las menoridades rejyonales i del muy serkano yiddich, yo daré el egzempyo del Romanes, lingua de los yiftos de Evropa Sentral2.

Antes de todo, el esforso de baza es personal. Kale tomar konsensya de los moldes ke ofrese la lingua. Puede ser ke a este nivel sea un manador de gozo egoisto kaje estetiko. Ke kyef, avlando, de pueder emplear los mizmos byervos, ditchas i refranes ke utilizava Sancho Pansa i en mismo tyempo de pueder avlar de la komputadora i del e-mail, siman ke esta lingua tyene todas las kualidades para ir kon el dor ! Ke plazer pueder djugar kon sinonimos de orijen ebraika, turka, grega, kastelyana savyendo ke todos, al kavo kavo son palavras de djudezmo ! Ke rikeza i kolor ! Por konseguensa, kale ke kada uno ke se syente konsernado por esta ovra de salvamyento, enrezye su konosimyento de la lingua i aga salirla de su kuadro un poko paseista : es menester azer muevo kon el vyejo i sovre todo pratikar para syempre enrekeser i vivifikar la lachon. Es posivle trokar korrespondensya - oy tenemos la tela ! - i mizmo para los ke tyenen una tendensya a esbafar en un djornal intimo a eskrivirlo en djudezmo ! I kriar palavras kruzadas (para salir a leora es menester topar la unita de eskriturya ke si pedryó kon los karakteres rachi, kwadrados i el solitreo3) i tresladar kapolavoros literaryos, eskrivir novelas i poezias, dekontino aktualizar los diksyonaryos ke egzisten… Ke sé ainda ? Pero en la situasyon aktual, el dezeo de kada uno i la vida de kadaldia son los mijores manadores de enrikesimyento i de vida linguistika. Si ay insufizensyas de vokabularyo, no mos trayga el Dyo ! kale enventar palavras o utilizar las de otra lingua. Komo dizen los de Turkia “ande ay papasyon ay bindisyon” !

Dunke, a mi pareser, kuatro son, entre otros, los ingredyentes de temel : Dezeo de prenyada4 (ma turavle), eskarinyo, gozo intelektual i estetiko (la lingua es un verdadero instrumento de muzika). A kada uno su toke.


El simeteryo sefaradi de Sarajevo, circa 1905.

Le cimetière sépharade de Sarajevo, vers 1905.

Collection Gérard Lévy Paris




















L’entendre

Il m’est facile de raconter où j’ai entendu parler le judéo-espagnol pour la première fois, car ce n’est pas un souvenir lointain. En effet, ma connaissance de cette langue est relativement récente : ce n’était pas la langue de mes père et mère ni d’aucun parent - ni même un aïeul - et alors que je n’étais déjà plus un enfant j’ai appris, seul, surtout dans des livres, dans des textes écrits en rachi pour commencer, puis ensuite en caractères latins à la mode aujourd’hui et prononçant quelques mots. C’est seulement bien plus tard que j’ai rencontré des locuteurs de cette langue, dans des réunions où je m’étais proposé de parler de certains aspects de la culture sépharade à Salonique. Et Dieu sait que je me suis accroché avec les vingt ongles pour affronter tous ces gens dont le judéo-espagnol était la langue maternelle  ! “Facile et léger” (me persuadais-je avant de commencer…). Puis je compris que si ma prononciation était exagérément castillane (espagnole), il y avait aussi de légères différences entre les autres locuteurs. Mais tous se comprenaient entre eux et me comprenaient aussi  ! Cette langue était donc une langue de communication (lingua franca) permettant au juif de Mexico de comprendre celui de Turquie, de Yougoslavie, d’Egypte et même à l’homme cultivé sachant l’espagnol de les comprendre tous. “Qui connaît la langue va à Rome” (les Russes disent : “la langue te mènera jusqu’à Kiev”) assure le proverbe, mais la langue conduit aussi jusqu’au cœur des gens et permet de les comprendre mieux. Ainsi, pour l’observateur extérieur que je suis, le judéo-espagnol apparaît comme un bijou qui, par ses mille facettes reflète toutes les imbrications d’une culture qui par miracle n’a pas disparu et qui veut renaître, bien que les conditions de son existence aient changé du tout au tout1. Cette imbrication provient des mélanges de diverses  influences et du contact avec les  courants du monde entier. Il en résulte une langue multiple et une à la fois, riche témoignage de l’histoire universelle. En effet, à la différence de bien des langues minoritaires desquelles l’origine géographique est bien précise, le judéo-espagnol a vécu ouvert sur le monde dans des environnements différents. Mais cette langue-témoin ne doit pas mourir comme le latin, mais continuer à se développer comme toutes les langues parlées et vivantes, à  absorber, emprunter des éléments d’autres langues, à créer des mots, subissant et transmettant des influences.

Assurément certaines personnes vont dire - et je les entends d’ici - qu’une langue vit parce que ses locuteurs n’en ont pas d’autre pour échanger et parce qu’elle est vectrice des échanges économiques “Il serait utile que le judéo-espagnol se fasse langue indispensable pour ne pas  se geler”. Il est bien vrai que ces conditions existèrent et insufflèrent au djudezmo une vie incontestable : à Salonique par exemple, le castillan fut langue parlée et comprise de beaucoup de gens.

Pour cela, il est bon que ceux qui ont connu le séphardisme d’avant la Choah s’unissent, conversent et écrivent et, encore mieux, parlent aux plus jeunes de cette culture dont ils héritent à ceux qui ne connurent pas Salonique et d’autres villes du temps de la grandeur sépharade, et les convainquent de la nécessité de parler leur langue.

Je pense même que ces efforts doivent dépasser le cadre du séphardisme et viser plus haut : la vision de l’Autre est indispensable pour que ce mouvement prenne de la vigueur et ne se replie pas sur lui-même. D’ailleurs, l’histoire de cette langue n’est pas unique. Nombreuses sont les minorités qui bataillent pour faire valoir leurs droits à utiliser quotidiennement leur langue. En un pays comme la France, le sentiment d’unité nationale, pour certains inséparable de l’unité linguistique n’a pas avantagé la préservation  de l’outil de communication des minorités régionales. Je suis sûr que l’expérience de ces minorités peut être fructueuse. En dehors des minorités régionales et du très proche yiddich, je citerai l’exemple du rom, langue des Tsiganes d’Europe centrale
2.

Avant tout, l’effort de base est personnel : il faut prendre conscience des moyens offerts par une langue. Peut-être bien qu’à ce niveau c’est simplement une source égoïste de satisfactions proprement esthétiques. Quel plaisir en parlant, que de pouvoir employer les mots mêmes, dictons et proverbes utilisés par Sancho Pança et en même temps de pouvoir parler d’ordinateurs et de courriel, preuve que cette langue possède toutes les qualités pour durer des générations ! Quel plaisir que de pouvoir jouer avec des synonymes d’origine hébraïque, turque, grecque, espagnole sachant que tous sont des vocables judéo-espagnols ! Quelle richesse ! Quelles colorations ! En conséquence, chacun doit se sentir concerné par cette œuvre de sauvetage, doit enrichir sa connaissance de la langue et l’extraie de son cadre un peu passéiste : il faut faire du neuf avec du vieux et surtout sans cesse pratiquer pour enrichir et vivifier le discours. Il est possible de correspondre - aujourd’hui nous disposons des réseaux ! - et même pour ceux qui souhaitent s’épancher dans des journaux intimes, de le faire en cette langue ! Et même de créer des mots croisés
3. Il faudrait traduire des chefs-d’œuvre littéraires, écrire des nouvelles et des poèmes et dans la foulée, actualiser les dictionnaires existants …Que sais-je encore ? Mais dans la situation actuelle le désir de chacun et la vie quotidienne sont les meilleurs facteurs d’enrichissement de la vie linguistique. Si, Dieu ne veuille, il y a insuffisance lexicale, il faut inventer des mots ou en importer d’autres langues ! Comme disent les Turcs “Abondance de prêtres, pléthore de bénédictions !”

A ce qui me semble, les quatre ingrédients de base sont : le désir irrésistible
4(mais durable…), la nostalgie, la jouissance intellectuelle et esthétique (La langue est un véritable instrument de musique). À chacun son toucher.


Monastir, circa 1917. Lashon.

Monastir, vers 1917. Papotage chez un commerçant.

Collection Gérard Lévy Paris



Vestidos espanyoles en Bosniya, circa 1920, Simon Kattan Sarajevo, editor.

Costumes espagnols en Bosnie,vers 1920. Simon Kattan éditeur à Sarajevo.

Collection Gérard Lévy Paris




Comments