…Mi padre eskriviya en solitreo… | …Mon père écrivait en solitreo…

Isaac Papo

Nasyo a Milano en 1926 de famiya de Edirne (kuando emigraron biviyan en Estambol).  Bive oy a Aix-en-Provence (Fransya).

Né à Milan en 1926 d’une famille de Edirne (émigrée à Istanbul), il vit à Aix-en-Provence.

Avlar, meldar i eskrivir…

En kaza se avlava el espanyol muestro, ma se eskriviya en franses, mi padre konosiya la eskritura rashi i eskriviya en solitreo a sus ermanos mas viejos (se pasavan mas de kinze anyos y eyos aviyan estudiado en el Talmud Torah, mi padre i madre, los dos, aviyan estudiado en la Alliance de Edirne1). Mi madre nunka empleo la eskritura rashi o el solitreo, no tenia haber de eyos…!

Me embezi el espanyol en kaza i empesi a avlarlo kuando teniya 5 o 6 anyos, no lo vi eskrito asta aze unos anyos (solo en tyempos de gera mos eskriviyan de Estambol kon karakteres latinos komo a kada uno le veniya bien para ke mos entendyeran !), i empesi eskrivirlo de una manera fonetika. Despues empesi a usar la eskritura de Aki Yerushalayim ke me parese buena para lo ke tenemos ke dezir en la vida de todo los diyas.

Meldo el rashi i el kuadrado2 ma me kosta muncho y tengo ke meldar avagar.
El problema es diferente para los ispanistas ke tyenen ke ver kon los klasikos, eyos saven meldar muy bien en rashi y pueden eskrivir komo kyeren de una manera ke se parezka lo mas posible al espanyol moderno.

El judeo espanyol ke avlavamos en kaza era bastante prove en leksiko y aviya un alay de byervos turkos. Lo kulaneavamos para lo de kada diya, kuando aviya kozas mas komplikadas o abstraktas avlavamos en italyano o en franses. Yo avlava en judeo-espanyol kon los padres y los viejos en jeneral ; en mi ninyez i mansevez daynda aviya muncho alish-firish de vyajadores de Turkiya, Gresya, Bulgariya i ansina los de mi edad pudimos praktikar la lengua kon mucha djente de diferentes sivdades. Kon los de mi edad, ke saviyan todos el judeo-espanyol no lo kulaneavamos entre mozotros, avlavamos en italyano.

 Komo azer ?

Para ke no se pyedra la lengua kale ensenyarla en situasyones diferentes : en las universidades en los kursos de filologiya, i en las komunidades ande les interesa, espesyalmente en Israel ande los turkanos i los judeo-espanyoles en jeneral kyeren guadrar su identidad kulturala.

Para guadrar la lengua me parese ke antes de todo ay ke preparar un grande diksyonaryo, ke mos diga kualos byervos azen parte de muestra lengua eskrita y orala. Los diksyonaryos ke oy eksisten (Nehama dize ke solo metyo lo ke se uzava en Selanik, Moskona dize ke su espanyol es el de Bulgariya kon munchos byervos ke no estan en el de Nehama y mankan munchos otros ke estan en el de Nehama ; el de Perahya, ke no konosko es probavlamente un diksyonaryo de uzo y no se si puede bastar para asentar una base leksikala). Kale topar los byervos kastiyanos ke estan en los klasikos (Almosnino, Meam Loez, etc) y ke en la lengua koryente fueron olvidados i ay ke meter tambyen los byervos turkos i ebreos ke los klasikos usaron en los siglos XVI, XVII i XVIII. No me parese justo kitar todo los byervos turkos i ebreos i meter los “soit-disant” modernos (italyanos y franseses). En lo ke avlava mi papu, estudyado en el Talmud Torah i en la Yeshiva de Edirne antes de la Alliance aviya muncho mas kastiyano puro ke mas tadre kuando el franses “bozeo” la lengua. Por esto kreo ke el espanyol klasiko i moderno es la base, ma no se deven olvidar los lokalismos i las influensyas italyanas, gregas, eslavas, arabas y tambyen fransesas. Sin un punto de referensya komo puede ser un gran diksyonaryo, avlamos i eskrivimos kozas diferentes, las limites de la lengua no son klaras i kada uno mete lo ke kyere sin ninguna regla.

Me parese ke es menester la kultura ke mos auna en una forma (en diferentes lenguas y kontekstos) para ke pueda ser konosida por todos. Kale tambyen considerado ke lo ke mos une a los judeo-espanyoles de orijen diferente, es la lengua y lo ke salyo i daiynda sale de eya… Oy se avla de sefaradies para definir todo lo ke no es askenazi i esto no es bueno. Me parese muy justa la definisyon de Esther Benbassa y Aaron Rodrigue ke prefyeren avlar de Kulturbereich iberiko se aklara ansina mijor lo ke semos…

Tengo tantas otras kozas de dizir, ma no ay mas lugar !


La gera de 1914-1918 en Oryente, mujer djudiya de Makedonya.

Campagne d’Orient 1914-1918, type de juive macédonienne.
Collection Gérard Lévy Paris


Parler, lire et écrire…

À la maison, on parlait notre espagnol mais on écrivait en français ; mon père connaissait l’écriture rachi et écrivait en solitreo à ses frères plus âgés (il y avait plus de quinze ans de différence entre eux, qui avaient étudié au Talmud Torah alors que mon père et ma mère, avaient tous deux étudié à l’Alliance à Edirne1). Ma mère n’a jamais employé l’écriture rachi ou le solitreo, dont elle n’avait cure… !

J’ai appris l’espagnol à la maison et j’ai commencé à le parler à 5 ou 6 ans. Mais je ne l’ai jamais écrit jusqu’il y a quelques années (seulement au temps de la guerre, on nous écrivait d’Istanbul en caractères latins, chacun comme cela lui venait pour se faire comprendre), et j’ai entrepris de l’écrire d’une manière phonétique. Puis j’ai commencé à employer la graphie de Aki Yerushalayim qui me paraît convenable pour ce que nous avons à exprimer dans la vie courante.

Je lis le rachi et les caractères carrés2 mais cela m’est difficile et je ne peux lire que lentement.

Le problème est différent pour les hispanistes qui s’occupent des classiques car eux lisent très bien le rachi et écrivent comme ils veulent d’une manière très proche de l’espagnol moderne.

Le judéo-espagnol que nous écrivions à la maison était assez pauvre en vocabulaire et comprenait une foule de mots turcs. Nous l’employions pour le quotidien mais quand nous avions des sujets plus compliqués ou abstraits, nous parlions en italien ou en français. Je parlais le judéo-espagnol avec les anciens en général . Dans mon enfance et ma jeunesse il y avait encore beaucoup de va-et-vient de voyageurs de Turquie, de Grèce, de Bulgarie et ainsi ceux de mon âge pouvaient pratiquer notre langue avec bien des gens de différentes origines. Avec eux  qui savaient tous le judéo-espagnol nous ne l’employions pas entre nous mais nous exprimions en italien.

 Quel avenir ?

Pour que cette langue ne se perde pas il faut l’enseigner dans des situations différentes : en universités dans les cours de philologie, dans les communautés intéressées et spécialement en Israël où les Balkaniques et les Judéo-espagnols désirent conserver leur identité culturelle.

Pour maintenir cette langue il me paraît qu’avant tout, il faut préparer un grand dictionnaire qui nous indique quels mots font partie de notre langue écrite et orale. Les dictionnaires qui existent actuellement (Nehama explique qu’il n’inclut dans le sien que les mots utilisés à Salonique, Moskona dit que son espagnol est celui de la Bulgarie avec bien des mots que l’on ne trouve pas dans le Nehama et il en manque bien d’autres qui figurent dans le Nehama . Celui de Perahya ne m’est pas connu, c’est probablement un dictionnaire d’usage et je ne sais pas s’il est suffisant pour établir une base lexicale). Il faut recueillir les mots castillans figurant dans les grands classiques (Almosnino, Meam Loez, etc.) et qui furent perdus dans la langue courante et y ajouter aussi les mots turcs et hébreux que les classiques utilisaient déjà aux siècles XVI, XVII et XVIII. Il ne me paraît pas juste de retirer tous les mots turcs et hébreux et de les remplacer par des “soi-disant” modernes, italiens et français. Dans le langage de mon grand-père ayant étudié au “Talmud Torah” et à la “Yeshiva” de Edirne avant l’Alliance, il y avait beaucoup plus de castillan pur qu’il n’en resta plus tard lorsque le français est venu “envahir” la langue. Pour cela je crois que l’espagnol classique et moderne doit constituer la base, mais il ne faut pas oublier les localismes, les influences italiennes, grecques, slaves, arabes et aussi françaises. Sans un point de référence comme peut être un tel grand dictionnaire nous parlons et écrivons des choses différentes, les limites de la langue ne sont pas claires et chacun peut y mettre ce qu’il veut sans aucune règle. 

Il est nécessaire que la culture nous unisse en une forme solide (en différentes langues et contextes) pour qu’elle puisse se répandre partout. Il faut aussi considérer que ce qui nous unit nous autres judéo-espagnols d’origines différentes est la langue et ce qui en découle. Aujourd’hui on qualifie de Sépharades tous ceux qui ne sont pas Achkénazes et ceci n’est pas correct. Je trouve très juste la définition d’Esther Benbassa et Aron Rodrigue qui parlent de “champ culturel ibérique” éclairant ainsi beaucoup mieux ce que nous sommes.

J’ai encore tant de choses à exprimer, mais il n’y a pas de place !

A la eskola de l’Alliance Universelle de Andrinople en 1912, la lisyon de djimnastika.

À l’école de l’Alliance Israélite Universelle d’Andrinople pendant la leçon de gymnastique, en 1912.

Collection Gérard Lévy Paris


Comments