Muestra Lingua : Lo ke kontáva la bavá… Djohá avokáto


 Nous avons commencé, il y a quelques années maintenant et sur la demande de lecteurs, la publication dans chaque livraison d’un court texte en judéo-espagnol d’Isacco Hazan qui, lu à haute voix par des personnes n’ayant pas de pratique peut contribuer à les initier de façon plaisante. L’auteur s’est efforcé de restituer le plus fidèlement possible le climat dans lequel évoluaient les communautés juives de l’Empire ottoman. 
Nous ne publions pas de traduction intégrale mais quelques notes éclairantes. La graphie adoptée est celle de Vidas Largas. Nous suggérons aux débutants de lire lentement et en scandant, profitant des marques d’accentuation qui ne figurent communément pas.

La Rédaction

Nous poursuivons avec Djohá, mais sous l’habituelle signature d’Isacco Hazan (que dans le dernier numéro, à cette même place nous avions prénommé Enrico. Toutes nos excuses à l’auteur et aux lecteurs !)

Djohá fué enkargádo de defendér un asasíno. Al interogatóryo, rekonosyó aver matádo un ómbre. Su kávzo éra desesperádo. Por segúro ke íva ser kondanádo a muérte. Pára káda díya de prezó, le kedáva úno de ménos a bivír…

Kómo es de úzo, Djohá lo vijitó en prizyón pára azer su konosénsya i tambyén savér la verdá. Ayí, lo topa los pyézes enkeleptchádos, asentádo en bácho, kótcho en los yóros.

Le demánda :
“Tu, ke respondítes kuándo te preguntáron si matátes ?”

El mahpús :
“Les díche onestaménte : Yo matí.”

Djohá :
“No estés a pensár. Por aver sído tan kláro kon mí, te vo a defendér.”

A la ora de komparesér a la odiyénsa de la mahkemé, Djohá, en fostán préto, mángas ántchas, alevantándo las mános a los syélos, lágrimas eskuryéndo de los ójos, gritó :
“Sinyór del múndo, tu sólo sos téstigo de la inosénsya de éste ómbre !”

I aboltando la kára vérso el djúzo :
“Onorávle presidénte de ésta kórte, el benadám ke tyéne delántre de el es álma de Dyó. La prova: kuándo en zorla le keríyan arankár un itiráf kategóriko, respondyó de manéra frankaménte interogatíva : “Yo matí ?”

Sovre estas palávras, el kadí lo deklaró masumlú.
enkargádo = chargé.

prézo, prizyón = prison.

enkeleptchádos = entravés, attachés.

kótcho en los yóros  = confit dans ses larmes.

preguntar = interroger.

mahpus (du turc) = détenu.

mahkemé (du turc) = tribunal.

fostán préto = robe noire.

mangas antchas = manches amples.

a los syelos = vers les cieux.

eskurir = dégouliner.

téstigo = témoin.

el djúzo = le juge

benadám (de l’hébreu) = être humain responsable.

en zorla (ou por zorla) = expression déjà rencontrée = de force.

itráf (du turc) = aveu.

kadí (du turc) = juge.

masumlú, (du turc) = innocent.

Encore une bonne nouvelle pour notre culture :

Matilda Koen-Sarano dont nous connaissons tous l’inlassable activité en faveur de notre  mémoire et de notre langue (qu’elle enseigne maintenant) vient de publier, sur la demande de ses élèves et pour notre satisfaction à tous une

Tabla de verbos en djudeo-espanyol1 

de 142 pages, reprenant ces derniers en verbes réguliers et irréguliers, les ayant classés par conjugaisons.

Ce volume vient compléter utilement le Manuel d’enseignement de la langue de M.C.Varol (qui traitait déjà de la conjugaison bien entendu, mais moins systématiquement), et le Dictionnaire  français/ judéo-espagnol des Perahya, ces deux derniers chez le même éditeur.2

Comments