Dictionnaire français judéo-espagnol - Klara et Elie Perahya

1998. L’Asiathèque, 6 rue Christine 75006 Paris 
(diffusion PUF),  chez tous les libraires ou directement chez l’éditeur. Substantielle introduction explicative. Locutions du parler quotidien.
Petite bibliographie. 300 pages. 150 F + 10% de port 

Si Albert Passy, de Los Angeles, ne s’était pas un jour trouvé devant la difficulté de comprendre des textes en judéo-espagnol - abasourdi d’apprendre qu’il n’existait aucun dictionnaire de cette langue vers ou depuis l’anglais - il ne se serait jamais lancé dans l’élaboration de son propre dictionnaire.1

Et parce que non universitaire, il a osé, très lucide sur ses manques et imperfections… Voici que sa troisième édition, fort améliorée, corrigée, amendée, prend sa place dans toutes les bibliothèques !

Croyez-vous que les Perahya et leur petite équipe, actifs, motivés, ne sont pas lucides sur la difficulté d’éditer coup sur coup un dictionnaire judéo-espagnol/turc et inverse2, puis le présent français/judéo-espagnol ? Et pourtant ils l’ont fait et tout le monde s’en félicite. La réussite sourit aux intrépides pourrait-on conclure, mais surtout aux motivés, aux courageux, aux obstinés qui refusent la mort d’une culture ayant été celle de leurs ancêtres avant d’être la leur propre. Et ils ont travaillé plus d’un quart de siècle à recueillir des éléments, à réfléchir sur leur mise en ordre et leur présentation, à se confronter aux ouvrages qu’ils ont pu se procurer traitant des mêmes sujets de langue.


Une trentaine de pages d’introduction nous éclairent sur la formation de la langue, son évolution, les influences subies, sur les références bibliographiques pour en connaître plus, sur les entretiens éclairants avec des locuteurs de différents milieux - puisqu’il s’agit ici d’une langue non normalisée, transmise oralement, avec d’innombrables variantes !

Et au fil des relectures, des reprises incessantes pour toujours améliorer le travail, les Perahya ont réussi à nous offrir plus qu’un dictionnaire mot pour mot, à l’enrichir d’expressions, de nuances.

Prenons quelques exemples :

 chanceux, euse adj. mazalozo/za (hébreu + suff. esp -zo/za), ditchozo/za; être très chanceux: naser kon la estrea alta.

 fatiguer v. kansar, fatigar; fatiguer par trop de plaintes et de réclamations, komitchear, komer la alma; fatigué/e, kanso/sakansado/da; très fatigué, bolado/da de la kanserya.

 salaire n.m. paga; salaire mensuel, mezada; salaire hebdomadaire, semanada.

240 pages de dictionnaire proprement dit !


Jean Carasso

Comment feriez-vous pour vous passer maintenant de ces deux livres ?

Comments