D'ailleurs... Egypte


Notre lecteur de Brooklyn, Victor D. Sanua, né au Caire en 1920 et ayant quitté l’Egypte en 1950, a poursuivi sa carrière comme professeur duniversité à la Jamaïca de New-York.

Et depuis, il a effectué une vaste enquête, avec plus de cinquante entrevues et soixante-quinze réponses à des questionnaires qu’il a dispersés de par le monde, pour recueillir les témoignages de Juifs dEgypte maintenant exilés , sur les conditions de leur départ.
Il apparaît quau début du présent siècle vivaient en Egypte environ 25000 Juifs, de quatre origines :

Les plus anciens, souvent très pauvres, parlant arabe et installés depuis la nuit des temps dans le quartier de Haret el Yaoud au Caire.


La couche des Sépharades venus au 19ème siècle, parlant français dans la vie officielle et judéo-espagnol à la maison, souvent prospères, largement majoritaires dans la communauté, au cœur de la prospérité économique.

Les Achkénazes (quelques milliers), parlant yiddich et ayant fui, misérables, les pogromes de Russie, s’étant relativement bien rétablis et participant largement à l’économie du pays. Au Caire, ilsmaintinrent leur synagogue séparée. A Alexandrie, non.

Les Karaïtes (au nombre de 3500 environ), ayant rompu dès le 8ème siècle avec le judaïsme officiel et constituant une sorte de secte, éloignée du rabbinat1.

Au mieux de leur prospérité, en 1947, les Juifs pouvaient être 80000 dans le pays, soit 0,40% de la population. Leur éducation était majoritairement française et francophone. Langlais et larabe étaient les langues “étrangères” enseignées comme telles.

Les quelques manifestations d’antisémi-tisme de 1938 et 45 ninquiétèrent pas, avant le grand vent de 1948 (la guerre israélo-arabe et le départ de 20 à 30000 Juifs interdits d’emploi) et de 1954 au moment du départ des Anglais, installés dans le pays en 1882. La guerre de 1956 où Français et Anglais atteignirent le canal de Suez marqua le grand départ, à cause des spoliations et persécutions qui sen suivirent.

Il ne reste pas 100 Juifs en Egypte actuellement...

Les autres se sont dispersés pour 35000 en Israël, 15000 au Brésil, 10000 en France, 9000 aux USA ainsi quen Argentine et 4000 en Grande Bretagne, quelques très fortunés en Suisse .

Depuis la paix entre l’Egypte et Israël, Victor Sanua est retourné, accompagnant sa fille “qui voulait savoir, visualiser le passé de sa famille”.

Nostalgie...

(Ces informations sont extraites d’une communication de V. Sanua au 11ème Congrès mondial des études juives àrusalem en 1994.)

et dans la même tonalité nostalgique,



Out of Egypt 2

André Aciman


Ce livre rapporte la mémoire du “clan sépharade”, si typique de tous les Sépharades qui vivaient à Alexandrie avant la guerre de 1956.

André Aciman nous a offert là non seulement une véritable œuvre littéraire, mais une histoire sociologique de los muestros.

 Pour ceux qui nen sont pas, cest un monde d’émotions, de chamailleries familiales, de coutumes étranges, la vie dans cette exotique Alexandrie en somme. Mais pour nous, Sépharades, cest notre histoire quAndré Aciman - professeur de littérature française à Princeton - a écrite dans le détail, faisant revivre les événements et les lieux si familiers au signataire de la présente chronique qui vécut lui-même le quotidien si bien décrit par Aciman, jusqu’à en avoir les larmes aux yeux, à l’évocation dune vie qui fut et ne sera plus jamais.

L’Alexandrie sépharade, îlot protégé dans un espace multiculturel, a suivi le chemin de toutes ces communautés mises dans limpos-sibilité de survivre au sein de ce nationalisme xénophobe que fut lEgypte de Nasser.

Un regard nostalgique sur un art de vivre qui ne sera jamais plus...

Albert de Vidas

Née en 1920 en Egypte (Alexandrie) des parents saloniciens Maurice Perez et Gracia Varsano, notre fidèle lectrice Chochana-Lucie Perez, épouse Mazaltove, quitta l’Egypte pour la France en 1956 après les événements que lon sait, relatés dans les deux livres ci-dessus commentés.
Au mois de mars dernier, à la veille de notre fête de Pourim, Chochana-Lucie nous a adressé en judéo-espagnol un récit vibrant de ses souvenirs de jeunesse quelle évoque, elle aussi, avec nostalgie.

D.B.B.


Amigos de la “Lettre Sépharade”

Si me permeto de eskrivirvos es en primero para felisitarvos de vuestra inisyativa de azer konoser el espanyol muestro ke no deve despareser kon muestra jenerasyon.

En estos dias serkanos de Purim me vino al tino la emportansa ke en todas las famiyas djudias se dava a esta fiesta al tiempo de mi chikez. Yo nasi en Alexandria (Ayifto). Mis parientes eran de Selanik, por esto es ke en kaza avlavamos todos en ladino (espanyol). Mi padre, Maurice Perez vino a Alexandria a la edad de 18 anyos. Era muy lavorador, dizian de el ke teniya grandeza y muncha ambisyon komo todos los vinidos de Selanik. Ma para mi el era el ombre el mas bueno i el mas simple de todos. Su kaza estava siempre avierta al ke tenia dolor. Su ofisyo era graveur en émail”. Teniya un magazen ke se yamava Aux Ateliers Perez”. Se kazo en Alexandria kon Gracia Varsano. Fueron muy orozos i tuvieron sesh kriaturas donde yo so la kuatrena.

Muestra kaza era la kaza de la alegria. No se sentia ke rizas y kantes. Mi padre teniya ermoza boz y le plaziya azermos kantar kantikas de las fiestas, seya en ebreo, seya en espanyol. Me akodro komo si era oy de los aparejos de las dulsuras de Purim. Ke satisfaksyon a la noche despues del tani de Ester de arisivir parientes y amigos, todos vistidos de karnaval kon la kara tapada. El plazer entero era de endevinar kien estava guadrado debasho de la maska. Se pasava la nochada a kantar y a komer las dulsuras de mi madre ke eran muy savrozas. Aparte las baklavas, los kadayifes, los travados y los biskotchos, no mankavan los dientes de Aman, las orejas de Aman ni los ojos de Aman . Al otro dia mozotros los chikos mos enchian los platos de todas estas buenas kozas ke iyamos a prezentar a los vizinos y a la famiya, y eyos mos davan el Purimlik, un regalo en paras ke kada una de mozos puediya gastar a su gusto.

En todo esto mi padre no se ulvidava los desgrasyados ke teniyan de menester. El y unos kuantos amigos formaron una sosyeta de byenfezensya Union des Juifs Orientaux” ke se okupava de ayudar sovre todo a las bivdas y a los guerfanos. Mi padre formo tambien una trupa de teatro kon el nombre “Association théâtrale damateurs judéo-espagnols” ke dava spektakolos, i las paras arekojidas iyan al kuento de la “Union des Juifs Orientaux”.

Vos dishe ke a mi papa le gustava muncho los kantes. Era el tiempo del grande kantador Caruso y ayinda tengo su boz en las orejas, sin ulvidar la dulse boz de Hayim Efendi, el famozo kantador en djudeo-espanyol.

Komo konosiya bueno el franses, mi padre izo la traduksyon en espanyol muestro de munchas ovras de teatro y kompozo tambien una ovra personala ke se yamava “Ester”. Todos estos dokumentos tan apresyados del publiko, mi madre los guadro despues de la muerte de mi padre, ma desgrasyadamente fue ovligada de destruyirlos kuando se deklaro la gerra entre Israel y los paizes arabos. Se espanto ke si veniyan y los topavan mos iyan a azer mal. La polisiya entrava en las kazas djudias y se aviya papeles suspektos mos tomavan por espiones y mos metiyan en prizyon.

En 1920, un poko antes de mi nasimyento, la trupa estava aparejando un spektakolo ke se yamava “Los Maranos”. La estorya se pasava al tiempo de la Enkizisyon. Entre los personajes aviya una muchacha ermoza ke se yamava Chochana. Mi padre se metyo en la idea ke si su kreatura ke estava para naser iya ser una ijika se va yamar ansi. Esto le desplazyo muncho a mi nona. Komo yo era la segunda ija, era a mi madre de yamarme komo keriya eya. Por esta razon es ke me yaman mas Lucie. Mi padre topava plazer a dizir “Chochana” ! “mi ija Chochana” ! “mi alma Chochana” ! delantre de mi nona para azerle pizmas3!  Para eya, yo no teniya ke un nombre : Lucie.

Pensando a este tiempo entre 1920 y 1930, me akodri unos kuantos nombres de famiya ke eran amigos de mis parientes : Duenias, Albeldas, Alfandari, Hodara, Vaena, Hulu, Recanati, Ishbia, Beniacar.

Yo rengrasyo muncho a vuestro jurnal ke me izo akodrar los mijores dias de mi chikez. Despues de este tiempo muestra vida troko, ma esto es otra estorya...


Chochana-Lucie Mazaltove
Comments