Les Juifs de la République en Algérie et au Maroc - Roger Bensadoun

Titre complet : Les juifs de la République en Algérie et au Maroc, Chroniques et mémoires d’autres temps (de Oran Place d’Armes à Ribat-el Fath, le Camp de la Victoire), edipublisud@wanadoo. fr, 2003
Publisud - Paris
183 pages
Isbn 2 86600 950 9

Le livre de Roger Bensadoun paru en 2003 n’est ni un livre d’histoire, ni un traité de sociologie, ni un recueil d’anecdotes variées, mais bien un peu tout cela à la fois.

La lecture terminée on aimerait que le livre continue encore car les mots évoqués issus du pataouète1 et du judéo-espagnol matiné d’arabe et d’hébreu, se perdent parmi les Juifs rapatriés en France et ceux émigrés en Israël et ailleurs (Canada) et en rappellent beaucoup d’autres. Il en va de même des épisodes relatés (l’histoire de Joseph le serveur par exemple) et des scènes décrites (ainsi la promenade familiale en barque près de Rabat). Pareillement ce qui est brièvement évoqué de l’histoire des Juifs d’Afrique du Nord incite le lecteur à en savoir plus. Tel quel le livre est un rafraîchissant rappel d’un passé coloré souvent souriant et parfois tragique.

Au milieu de cet aspect folklorique bien mais trop brièvement décrit par l’auteur, il se dégage quelques idées forces :

• la reconnaissance et l’attachement que les Juifs originaires d’Algérie éprouvent vis-à-vis de la France qui les a fait accéder par un véritable coup de baguette magique à la citoyenneté, concept gréco-européen étranger au monde où ils vivaient. Et il leur en fallait pour lutter contre l’antisémitisme avéré d’une majorité de la population européenne locale. Et surtout il leur en fallut pendant la période noire du régime de Vichy où les avanies vinrent de l’administration de l’État français lui-même.
L’auteur fait bien de rappeler à ce sujet l’attitude non suiviste des musulmans vis-à-vis de la politique du gouvernement français d’alors.


• La façon dont les Juifs algériens dans leur majorité ont su conserver leur foi et leurs traditions religieuses dans le cadre de la laïcité de la République. 

• La force de l’attachement des juifs marocains à leur religion qui structurait leur vie quotidienne. C’est cet attachement qui explique l’attrait messianique de l’État d’Israël et qui joint aux massacres de juifs dans différentes localités du royaume par la population musulmane (parfois orientée par l’administration du protectorat) entraîna leur exode massif vers la terre promise. 

Là aussi Roger Bensadoun souligne l’attitude constamment protectrice et bienveillante du Sultan Mohamed V (ainsi que d’une partie de l’élite marocaine) vis-à-vis de ses sujets juifs.
Ce livre s’appuie sur une bibliographie riche et variée rappelée en fin d’ouvrage qui permettra aux uns et aux autres de creuser les points qui les intéresseraient le plus.
    
Georges Gabizon

Comments