Daynda avlo esta lingua... | Encore maintenant je parle cette langue...

Rachel Bortnick,

Nasyo Amado en Izmir en 1938 i bive oy en Dallas (Texas).

Née Amado à Izmir (Smyrne) en 1938 et vivant à Dallas au Texas.

El avlar i el eskrivir…

Yo nasi i me engrandesi en Izmir, Turkiya. Mi primera lengua fue el espanyol muestro, i syempre fue la lengua de famiya. Kualker memorya ke tenga de mi chikez, syempre es kon muestra lengua, i kuando me akodro de mi papa i mama (ke ay anyos ke mos desharon la vida) es en muestra lingua. 

Me embezi el Turko solo de los vizinos musulmanos, i despues kuando me empesi a ir a la eskola. Yo bivi en munchos payizes i sivdades desde ke vine a estudyar en la Amerika en 1958. Syempre me korespondi kon mis paryentes en muestro espanyol, i dayinda avlo esta lingua (o me korespondo en eya) kon syertos de mis paryentes (tiyas i suvrinos) aun ke kon otros mas mansevos, i kon mi ermano en Israel (Selim Amado) en jeneral es el Turko ke empleyo.

 Komo azer ?

La realitad de muestro munco de oy es ke los Sefaradim estamos espandidos en el mundo entero, i mos estamos entegrando kon las kulturas de muestro deredor. Muestros ijos i inyetos, o no konosen muestra kultura del todo, o konosen solo los elementos superfisiales komo siertas komidas, o siertas dichas, o puede ser (me parese muy poko) siertos uzos relijyozos.

De ayi es ke kaye a los grandes, a mozotros los ke kedimos en vida kon muestras memoryas de una vida familial, komunal i relijioza puramente sefaradi, de azer todo en muestro poder ke muestra kultura no se despareska, i de azer konoser a todo el mundo los elementos mas buenos, mas valutozos, i mas ermozos de muestra kultura. Entre estos, puede ser ke la lingua (kon todos sus elementos de dichas, muzika, folklor, dialektos, literatura, etc.) viene mas adelantre en emportansva. 

Es de alegrar de ver ke oy ay muncho entereso akademiko en esto. Devemos de enkorajar a todos los mansevos ke keren estudyar i ambezarsen. Devemos enrejistrar (en artikolos, livros, kasetas o CDs, videos, filmos, etc.) todo lo ke savemos is mos akodramos, para deshar dokumentos para agora i el futuro. Ma aparte de esto devemos uzar la lingua el karar ke podemos, i mantenerla biva asta muestro kavo reflo. Entre los esforsos en este kampo ay de amostrar i apresyar las revistas Aki Yerushalayim, La Lettre Sépharade, Los Muestros, i ke Haber ? ansi ke el jurnal semanal de Istanbul, Shalom.

I, komo mantener la lengua diarya, esto se realiza en el grupo del Internet Ladinokomunita (www. yahoogroups. com/ Ladinokomunita), fondalo por mi en Enero de 2000.

Ke sentimos…

Kualo es mi sentimyento kuando avlamos los Sefaradis en djuntos, o kuando avlamos de mozotros a otros ? En todos los dos kavzos, devemos a aklarar ke keremos dizir por el byervo “Sefaradis”, o “Sefaradim”. En muestro kavzo avlamos de la kultura ke se desvelopo por muestros avuelos durante siglos en el Imperyo Otomano despues de la expulsion de Espanya, i ke avlamos el djudeo-espanyol/Ladino. (Devemos akseptar ke ay Sefaradim ke no tienen la mizma kultura)
Kuando avlamos mozotros endjuntos, yo me siento komo ke esto avlando kon mi famiya, djente ke me entyenden, ke saven ken so yo, mezmo si no me konosen personalmente (komo todos los amigos de Ladinokomunita). Poder avlar muestra lingua o meldarla, me da un plazer muy grande i profundo. Es komo deskulparme de una kulpa grande de muestra jenerasyon, ke podemos akuzarmos de deshar murir, o a lo menos de no apresyar la lingua i la kultura ke muestros avuelos mantenyeron por mas de 500 anyos.

Si demandas kualo syento kuando avlamos de mozotros kon otros, es tanbien kon un plazer grande de azer konoser muestra identidad, ma malorozamente kon un sentimyento de tristeza ke kedimos tantos pokos Sefaradis en el mundo.





Le parler et l’écrire

Je suis née et j’ai grandi à Smyrne (Izmir, Turquie). Notre espagnol fut ma première langue et celle de ma famille. Quelque souvenir que j’aie de mon enfance, c’est toujours dans cette langue, et quand je me souviens de mon père et de ma mère (il y a bien longtemps qu’ils ont quitté ce monde) c’est dans notre langue.

Je n’ai appris le turc qu’avec les voisins musulmans et plus tard à l’école. J’ai vécu dans bien des pays et des villes avant de venir étudier en Amérique en 1956. J’ai toujours correspondu avec mes parents en notre espagnol et je continue de parler et d’écrire en cette langue avec certains dans ma famille (oncles et cousins), de même qu’avec d’autres plus jeunes. Avec mon frère en Israël (Selim Amado) c’est généralement le turc que j’emploie.

Comment faire ?

La réalité de nos problèmes d’aujourd’hui est que les Sépharades sont répandus dans le monde entier et que nous nous intégrons dans les cultures de notre environnement. Nos enfants et petits-enfants, ou bien ne connaissent pas du tout notre culture, ou n’en connaissent que des éléments superficiels comme certaines nourritures, certains dictons ou peut-être (il me semble bien peu) certains usages religieux.

De là découle qu’il revient à nous autres, adultes encore de ce monde, avec la mémoire d’une vie familiale, communale et religieuse purement sépharade, de faire tout notre possible pour que notre culture ne disparaisse pas. À nous aussi le soin de faire connaître à tout le monde les meilleurs éléments de notre culture, les plus valables et les plus beaux. Parmi ceux-ci le plus important est peut-être la langue (avec tous ses éléments : dictons, musique, folklore, dialectes, littérature).

On peut se réjouir de voir qu’il y a maintenant un regain d’intérêt académique pour cela. Il nous faut encourager tous les jeunes qui veulent étudier et apprendre. Nous devons laisser témoignage (articles, livres, cassettes, CD, vidéos et films…) de tout ce que nous savons et dont nous nous souvenons, afin de rassembler des documents pour aujourd’hui et le futur. Mais à part cela, nous devons utiliser la langue autant que nous pouvons et la maintenir vivante jusqu’à notre propre fin. Parmi les efforts dans ce domaine, il faut attacher de l’importance aux revues Aki Yerushalayim, La Lettre Sépharade, Los Muestros, i ke Haber  ?, ainsi qu’à l’hebdomadaire d’Istanbul, Shalom.

Et comment maintenir la langue quotidienne ? Sur le réseau Internet, par l’intermédiaire de Ladinokomunita (www. yahoogroups. com/ Ladinokomunita), que j’ai fondé en janvier 2000.

Notre sentiment…


Quel est mon sentiment quand nous parlons notre espagnol entre nous Sépharades ou quand nous parlons de nous-mêmes aux autres ? Dans les deux cas, nous devons éclairer ce que nous voulons signifier par le mot “sépharade”. Nous faisons référence au judéo-espagnol, ou ladino, et à la culture que nos aïeux ont développée durant des siècles dans l’Empire ottoman après l’expulsion d’Espagne (nous devons accepter qu’il existe des Sépharades d’une culture différente).

Quand nous parlons entre nous, je me sens en famille, avec des gens qui me comprennent, qui savent qui je suis, même s’ils ne me connaissent pas personnellement (c’est le cas de bien des amis de Ladinokomunita). Pouvoir parler ou écrire notre langue m’offre un grand et profond plaisir. C’est comme me déculpabiliser d’une grande faute de notre génération que nous pouvons  accuser de laisser mourir, ou à tout le moins de ne pas apprécier la langue et la culture que nos aïeux ont maintenues pendant plus de 500 ans.

Si on me demande ce que je ressens quand nous parlons de nous, Sépharades, avec d’autres, c’est aussi un grand plaisir que de faire connaître notre identité, malheureusement avec un sentiment de tristesse de rester si peu nombreux dans le monde.





Rachel Amado es la ijika asentada adelantre del maestro Musani, al sentro. Fotografia de la klasa kuatrena, a la eskola de Bene Berit en Izmir en 1948.
El maestro a syerda es “Musyu” Yahya i el a la deretcha”Musyu” Kuriel, direktor de la eskola.

Rachel Amado est la petite fille assise devant le professeur Musani au centre. Photo prise à l’école du Bene Berit à Izmir en 1948, en classe de 4e. Le professeur à gauche est Monsieur Yahya et celui à droite est Monsieur Kuriel, le directeur de l’école.

Comments