Lettre à Antonio Saura (édition bilingue) - Marcel Cohen

Editions de l’Echoppe P. Cotensin
30 rue Léopold Bellan
75002 Paris.

Certains de nos lecteurs se souviendront peut-être de notre chronique dans la LS 17 de mars 1996 concernant ce livre en lingua muestra qui portait alors le titre de “Letras a un pintor ke kreiya azer retratos imaginarios”, sorti chez l’éditeur espagnol Amarabú à Madrid.

L’auteur vient de prendre l’ initiative heureuse de le faire rééditer avec beaucoup de goût en édition bilingue : français et judéo-espagnol,  à “L’Echoppe”, toujours agrémenté des talentueuses illustrations d’Antonio Saura, l’ami auquel il s’adresse tout au long du livre. Choix du papier, typographie et mise en pages sont particulièrement bien venus.

Le sous-titre est maintenant plus explicite : “Lettre à Antonio Saura, qui croyait peindre des portraits imaginaires, par un Séfarade de Turquie se souvenant parfaitement de chacun de ses modèles”.

L’auteur, s’adressant à Antonio Saura :

“Portraits imaginaires”: c’est le terme que tu emploies pour désigner les visages qui prolifèrent dans ta peinture. Précisément,  je ne crois pas un instant qu’ils puissent n’être qu’ imaginaires (...) ça n’est qu’un terme commode pour désigner ce qu’en toute bonne foi nous croyons avoir oublié... (page 20, en version française)

Le déroulement est plein de charme de cette méditation à voix haute, poétique, nostalgique et de mémoire à la fois. Ne la manquez pas et offrez-là à vos amis. C’est un beau cadeau.

 Jean Carasso

Comments