Ne se sentant pas les bienvenus à la Pride, les juifs LGBTQ ne céderont pas leur joie

(JTA) — Cela fait 30 ans que je craignais que mon identité gay ne menace mon sentiment d'appartenance à la communauté juive.

J'étais au collège. Je suis entré dans le dîner de Shabbat en tenant la main de ma petite amie. Fermement. Nous étions les seules personnes ouvertement homosexuelles dans la pièce et je sentais tous les regards tournés vers nous. Je n'étais pas sûr que ma communauté juive m'accepterait, mais je voulais vivre dans un monde où moi et les autres Juifs queer pourrions être pleinement nous-mêmes. Je suis devenue une activiste et une bâtisseuse de ponts, rassemblant les communautés queer et juives, semant ainsi les graines du travail que je fais aujourd’hui.

Cette année, la peur et la vulnérabilité que j’avais connues à l’université sont réapparues pour la première fois depuis 1993. À la suite du 7 octobre, j’ai eu peur de ne pas appartenir aux espaces LGBTQ+ en tant que juive.

J’entends cette peur résonner parmi mes collègues et amis juifs LGBTQ+. Les amis qui marchent chaque année depuis 40 ans ne viendront pas aux événements de la Fierté cette année parce qu'ils ne savent pas s'ils seront à l'abri du harcèlement verbal ou même de la violence physique. Certains juifs LGBTQ+ s’inquiètent de pénétrer dans des espaces queer où leur vision d’Israël et de la Palestine sera mise à l’épreuve. Certains juifs LGBTQ+ sont en colère parce que leurs homologues non juifs les ont abandonnés. Ces inquiétudes et ces peurs nous tentent de cacher une partie de nous-mêmes ou de nous retirer des communautés de longue date.

Dans le cadre du travail de Keshet mobilisant les Juifs pour lutter pour l'égalité LGBTQ+, nous travaillons en partenariat avec de nombreuses organisations laïques de défense des droits LGBTQ+. Il y a quelques mois, l’un de nos partenaires a publié une déclaration sur Israël et Gaza que nous, à Keshet, avons trouvée profondément troublante. Dans mon cœur, une partie de moi voulait prendre ses distances et ne pas s’engager du tout. Mais comme je le sais grâce à plus de deux décennies de travail, lorsque nous tendons la main, nous découvrons souvent que nous ne sommes pas seuls et que de nouvelles compréhensions peuvent émerger. Le partenariat au milieu de tensions peut être douloureux, mais c’est le seul moyen de combler potentiellement les divisions. Si nous sommes engagés en faveur des LGBTQ+ et de la libération juive, nous ne pouvons pas nous abandonner les uns les autres. Il y a trop de choses en jeu.

J'ai pris une profonde inspiration et j'ai contacté le PDG. J’ai partagé avec elle ce que moi et de nombreux Juifs avons trouvé blessant et polarisant à propos de cette déclaration. J’ai également parlé de ce qui a été douloureux pour moi personnellement, en tant qu’Israélo-Américain qui travaille depuis longtemps pour la paix israélo-palestinienne. S'appuyer authentiquement sur la relation et entrer dans une conversation vulnérable a fait toute la différence. La dirigeante m'a assuré que les aspects les plus problématiques de la déclaration ne seraient plus partagés par son organisation.

Ce que j’ai appris de l’histoire queer, de l’histoire juive et de ma propre expérience en tant que leader de la communauté juive LGBTQ+, c’est que nous ne pouvons pas laisser la peur, le chagrin, la souffrance ou la colère nous arrêter. En fait, au contraire : nous devons impliquer toutes les parties de nous-mêmes et nous devons nous tourner les uns vers les autres – même lorsque cela peut sembler difficile, peut-être surtout quand c'est difficile. Sinon, comment pouvons-nous avancer avec plus de force ?

Pour de nombreux Juifs, les défis et les incertitudes liés à la célébration de la fierté en 2024 sont profonds et réels. Les ruptures entre et au sein de certaines communautés peuvent sembler irréparables. Mais je sais au plus profond de moi que les Juifs LGBTQ+ ont un esprit inébranlable et une clarté sur le pouvoir d’être pleinement nous-mêmes. Notre résilience face à la peur et à l’incertitude, et notre engagement lucide envers ce qu’il faut faire pour apporter des changements, nous guideront vers des temps meilleurs et nous aideront à façonner un monde plus juste. La voie à suivre pour traverser ce moment se trouve dans ce que la fierté nous offre et exige de nous : la protestation. Communauté. Joie.

Ce mois-ci et au-delà, mon espoir le plus profond pour nos communautés est que nous ne cédions pas la joie. Nous ne cédons pas la plénitude. Nous ne cédons pas la fierté. Que nous descendrons dans la rue. Nous marcherons. Nous danserons. Nous protesterons. Nous aurons des conversations difficiles. Nous resterons en relation. Nous déplacerons ce qui semble immobile. Quant à moi, je célébrerai cette fierté comme je l’ai fait dans le passé, en tant que juif queer et fier. Je porterai mon étoile de David. Je tiendrai la main de ma femme. On se voit là-bas.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les points de vue de JTA ou de sa société mère, 70 Faces Media.

★★★★★

Laisser un commentaire