Des dizaines de milliers de personnes sont attendues aujourd’hui à la marche DC pour Israël ; les organisateurs annoncent une diffusion en direct

(La Lettre Sépharade) — Des dizaines de milliers de Juifs et de militants pro-israéliens arrivent mardi à Washington, DC, pour un rassemblement pro-israélien de masse auquel participeront de hauts responsables israéliens et américains et qui vise à renforcer le soutien à la guerre menée par Israël contre le Hamas à Gaza. , ainsi que la lutte contre l’antisémitisme aux États-Unis et au-delà.

Le rassemblement de mardi vise à démontrer un large soutien à l’effort de guerre d’Israël et à appeler à la libération des otages, en plus de condamner l’antisémitisme. Les organisateurs du rassemblement – ​​les Fédérations juives d’Amérique du Nord et la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines – ont demandé une autorisation pour 60 000 personnes, même si d’autres pourraient venir. Des bus et des vols organisés par des écoles juives, des centres communautaires, des synagogues et d’autres organisations amènent des groupes au rassemblement de tout le pays.

Les organisateurs ont annoncé que l’événement serait également diffusé en direct.

Le rassemblement, qui débutera mardi à 13 heures au National Mall, comprendra des discours du président de la Chambre Mike Johnson, un républicain, ainsi que du chef de la minorité démocrate à la Chambre, Hakeem Jeffries, du chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer, un démocrate, et du sénateur républicain. Joni Ernst. D’autres membres du Congrès et du Sénat devraient également prendre la parole, tout comme l’ambassadrice Deborah Lipstadt, l’envoyée du Département d’État pour l’antisémitisme.

Le président israélien Isaac Herzog prendra également la parole, tout comme l’ambassadeur israélien Mike Herzog, son frère. Aucun membre du gouvernement de droite israélien, profondément impopulaire en Israël depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, n’est prévu pour prendre la parole.

Natan Sharansky, ancien dissident soviétique et ancien président de l’Agence juive pour Israël, prendra également la parole. Sharansky est peut-être le seul orateur de mardi à avoir également pris la parole lors des deux précédents rassemblements juifs de masse à Washinton, DC – en 1987 au nom de la communauté juive soviétique et en 2002 pour soutenir Israël pendant la Seconde Intifada.

Aucun dirigeant de grandes organisations juives n’est prévu pour prononcer un discours majeur. Un segment mettra en vedette les proches des otages détenus par le Hamas à Gaza, notamment Rachel Goldberg, la mère américano-israélienne de Hersh Goldberg-Polin. Dans un autre événement, des étudiants discuteront de l’antisémitisme sur les campus.

Une autre partie comprend des locuteurs non juifs, dont John Hagee, le fondateur évangélique conservateur des Chrétiens unis pour Israël ; la présidente Rochelle Ford de l’Université Dillard, une université historiquement noire de la Nouvelle-Orléans ; et Anila Ali, militante pakistanaise-américaine et présidente de l’American Muslim & Multifaith Women’s Empowerment Council.

La programmation comprend également les chanteurs pop israéliens Omer Adam et Ishay Ribo ; les Maccabeats, un groupe a cappella d’hommes orthodoxes ; et les acteurs juifs Debra Messing et Tova Feldshuh. Le commentateur de CNN, Van Jones, prendra également la parole.

La liste des orateurs a suscité quelques critiques. Le rabbin Jill Jacobs, PDG du groupe rabbinique libéral de défense des droits de l’homme T’ruah, exprimé sa consternation que Hagee et Johnson prendront la parole depuis le podium. Et des plaintes ont été formulées selon lesquelles le rassemblement n’inclut pas davantage d’éléments juifs religieux, bien que certains dirigeants orthodoxes haredi aient encouragé leurs partisans à y assister. Certains participants ont tenu des services de prière mardi matin à Washington.

Le rassemblement a été annoncé la semaine dernière, environ un mois après que les terroristes du Hamas ont attaqué Israël, tuant et blessant des milliers de personnes et faisant plus de 200 prisonniers. Depuis lors, Israël mène une guerre à Gaza visant à renverser le Hamas, un objectif que l’administration Biden a fermement soutenu. La guerre a déclenché des manifestations pro-palestiniennes massives dans le monde entier, dénonçant les milliers de victimes civiles à Gaza et appelant à un cessez-le-feu. Les combats ont également entraîné une montée de l’antisémitisme aux États-Unis, en Europe et dans le monde.

★★★★★

Laisser un commentaire