L'homme qui a envoyé 800 millions de dollars après le mois d'octobre. 7 dons à Israël pour savoir où va l'argent

(La Lettre Sépharade) – À l’heure actuelle, les organisations caritatives israéliennes qui ont besoin de financement pour les efforts de reconstruction du 7 octobre savent très bien vers qui se tourner.

Les Juifs d’Amérique du Nord ont fait don de près de 800 millions de dollars aux fédérations juives locales pour soutenir ces efforts, une campagne de collecte de fonds d’une ampleur inédite depuis 50 ans. Environ la moitié de l’argent a été alloué jusqu’à présent.

En tant que coprésident d'un organisme connu sous le nom de Comité israélien des allocations d'urgence, Jeff Schoenfeld aide à superviser l'après-octobre. 7 octroi de subventions liées à l’ensemble du système fédéral. Le comité fait partie des Fédérations juives d’Amérique du Nord, une organisation faîtière, mais comprend des représentants d’un large éventail d’institutions.

Schoenfeld et son comité disposent d'une équipe de 18 personnes en Israël qui aident à examiner les demandes de subvention, qui ont tendance à être approuvées tant qu'elles entrent dans l'une des quatre catégories suivantes : bouée de sauvetage ou besoins d'urgence ; santé mentale et traumatismes; aide économique; et la résilience et la reconstruction des communautés. Le comité décide également s'il convient d'accorder la totalité du montant demandé ou une partie en fonction d'une évaluation des besoins ou si d'autres sources de financement pourraient être disponibles.

Comme l’ont rapporté les médias, et comme Schoenfeld l’a vu directement, le gouvernement israélien n’a pas répondu aux besoins des civils israéliens après le 7 octobre. La philanthropie est intervenue pour combler le vide – une réalité que Schoenfeld reconnaît mais ne considère pas avec critique. Au lieu de cela, il l’aborde avec un sens du devoir et un objectif.

Banquier d'investissement à la retraite et ancien président de l'UJA-Fédération de New York, Schoenfeld se retrouve depuis le 7 octobre occupé par une série interminable de réunions sur le redressement d'Israël. Le rôle de bénévole est l’un des nombreux engagements philanthropiques prévus à son emploi du temps. Il siège également aux conseils d’administration supervisant l’Agence juive pour Israël et l’American Jewish Joint Distribution Committee. En dehors du monde juif, il est impliqué dans une organisation de recherche sur le VIH/SIDA, la fondation qui gère NPR et la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie. Motivé par son expérience de dirigeant gay enfermé à Wall Street, Schoenfeld est aujourd'hui également un ardent défenseur de la diversité et de l'inclusion dans le monde des affaires.

Schoenfeld a accepté de s’asseoir sur Zoom pour une série de deux entretiens avec la Jewish Telegraphic Agency, qui ont été édités, condensés et formatés pour apparaître comme une seule conversation.

La Lettre Sépharade : Beaucoup de nos lecteurs ont fait des dons pour soutenir Israël par l’intermédiaire de leur fédération locale après le 7 octobre. En tant que l’une des personnes chargées de gérer leur argent, quel message avez-vous pour eux ?

Schoenfeld : Il est très clair que la philanthropie juive américaine constitue l'intégralité du système de soutien humain à Israël depuis le 7 octobre. Le gouvernement israélien est encore en train de formuler sa réponse. À l’avenir, ils pourraient devenir un acteur majeur, mais jusqu’à présent, il s’agit de philanthropie.

Cela semble être une responsabilité difficile.

Oui, l’un des défis les plus difficiles est de comprendre où le gouvernement va se présenter, quand le gouvernement va se présenter et dans quelle mesure il va se présenter. Et beaucoup de choses peuvent être soutenues par la philanthropie, mais aussi beaucoup de choses devraient être du ressort du gouvernement d’Israël. Et nous travaillons toujours sur ce calcul.

Pouvez-vous me donner quelques exemples ?

Les terroristes ont directement ciblé le matériel agricole dans les kibboutzim du sud. Une grande partie du matériel agricole a été détruit ce jour-là – incendié ou volé à Gaza. Ainsi, les agriculteurs israéliens de toute l’enveloppe de Gaza ne disposent pas du matériel agricole nécessaire pour reprendre leur activité. La principale saison de plantation de l’année commence fin avril. Le temps presse.

L'équipement manquant représente un besoin de 25 millions de dollars. La moitié proviendra du produit de l'assurance et l'autre moitié sera de la véritable philanthropie : Fédérations juives d'Amérique du Nord [just recently] a accordé une subvention pour couvrir tous les coûts restants du matériel agricole afin que de nouveaux tracteurs et du matériel agricole puissent être achetés et livrés en Israël à temps pour que les agriculteurs disposent du matériel de plantation d'ici la fin avril.

C'est une annonce digne d'intérêt, mais pourriez-vous expliquer en quoi elle est liée à la question du gouvernement par rapport à la philanthropie ?

Il n'y a pas de plus grande demande de ressources gouvernementales que de soutenir l'agriculture, qui est la principale activité économique de ces communautés du sud. Et le gouvernement a initialement annoncé qu'il ne financerait pas ce projet. La philanthropie doit donc intervenir pour faire le travail.

Le dernier chapitre n'a pas été écrit. Des discussions sont toujours en cours avec le gouvernement sur la couverture d'une partie des coûts, mais, au départ, la JFNA est intervenue pour dire que c'était si vital pour la reprise économique du sud que nous allions y parvenir.

Je ne m'attendais pas à ce que tu dises ça. Je pensais que vous alliez dire que le gouvernement agit tout simplement trop lentement pour répondre aux exigences de la saison des semis.

Jusqu’à présent, ils ont dit non.

Y a-t-il d'autres exemples qui vous viennent à l'esprit, peut-être plus tôt dans la guerre ?

L’exemple le plus frappant serait que le gouvernement a initialement déclaré qu’il allait répondre aux besoins des résidents qui vivent entre zéro et sept kilomètres de la frontière de Gaza. Si vous n'aviez pas la chance de vivre huit, neuf ou dix ans, vous vous retrouviez seul, ce qui signifie que la philanthropie a joué un rôle énorme en soutenant ceux qui avaient des besoins immédiats, qui ne vivaient tout simplement pas à zéro ou sept kilomètres de la ville. Frontière de Gaza. Cela représente des dizaines de milliers de personnes.

Y a-t-il un risque que vous autorisiez le gouvernement à ne pas agir, ce qui inciterait à l'inaction ? Est-ce un souci ?

Absolument. Mais nous sommes convaincus que nous avons des gens dans le besoin et qu’ils ne peuvent pas attendre. Et si le gouvernement se montre trop lent, ou s'il décide que cela ne fait pas partie de son programme de couverture médiatique, nous interviendrons et ferons ce qui est nécessaire. Mais il y a effectivement un certain niveau de frustration.

Pouvez-vous en dire plus sur la frustration ?

Ainsi, juste après le 7 octobre, de manière très intelligente, je pense, le gouvernement a créé une autorité spéciale appelée Tekuma pour être le principal architecte et bailleur de fonds de la reconstruction du sud. Mais leur territoire est limité. De nombreuses communautés qui ont été durement touchées ne figurent pas dans le programme de planification de Tekuma. Et bien sûr, Tekuma n’a rien à voir avec le nord d’Israël, qui est également très durement touché. [Hezbollah, which is based in Lebanon, has been firing rockets at Israel’s northern region]. C'est donc un objectif limité.

Tekuma a passé les cinq derniers mois dans une phase de planification et va communiquer son plan au gouvernement le 18 mars. Mais aujourd'hui, peu ou pas d'argent a été versé par Tekuma pour répondre aux besoins immédiats des communautés affectées. Les fédérations, et plus largement la philanthropie mondiale, ont joué ce rôle.

Suite à l'entretien, Schoenfeld a envoyé un e-mail cherchant à clarifier son sentiment : « Je pensais à notre conversation à l'instant. J’aimerais que ma description de l’inaction du gouvernement jusqu’à présent soit davantage une déclaration de faits que une critique sévère. Cela ne sert à rien de s’en prendre à un gouvernement qui mène une guerre majeure.»

Je veux parler de politique. Les fédérations forment une coalition où les gens partagent une vision générale pro-israélienne, mais il existe de nombreuses opinions, peut-être contradictoires, sur Benjamin Netanyahu, les réformes judiciaires qu’il propose, les détails de la guerre avec le Hamas, ou même l’occupation. Quel impact les récents troubles politiques ont-ils eu sur le travail de la commission ?

Aucun. Parce que, rappelez-vous, notre objectif est l’aide humanitaire et l’assistance économique. La politique n’intervient pas vraiment dans ces domaines.

Y a-t-il eu des moments de désaccord difficiles entre les membres du comité sur les demandes de subvention à accepter ?

Nous avons eu la chance de bénéficier d'un financement très généreux. Nous n’avons donc pas eu à dire non, le plus souvent. Ce n'est pas comme si nous disposions de ressources limitées et que nous devions donc refuser des propositions qui autrement pourraient être financées.

Je veux m'assurer de bien comprendre cela. Tant que la proposition correspond à vos paramètres, vous n'avez pas besoin de dire à qui que ce soit : « Nous aimons ce projet mais nous n'avons pas assez d'argent pour vous soutenir. »

C'est exact.

Je suis sûr qu'il existe de nombreux cas où la proposition de subvention correspond très clairement à votre mandat, et c'est probablement une décision facile. Vous avez reçu de bonnes demandes qui ne correspondent tout simplement pas à votre mission ?

Certaines organisations souhaitent revenir en arrière et documenter toutes les atrocités commises à des fins historiques, par exemple la Bibliothèque nationale d'Israël. C'est un travail vraiment important. Mais ce n'est pas notre voie. C'est peut-être la voie de quelqu'un d'autre. Et j'hésite à rendre cela trop public.

En temps normal, lorsque vous recevez une subvention, toutes ces exigences en matière de déclaration sont jointes. Mais puisqu’il s’agit d’une urgence, ces exigences ont-elles été modifiées ?

La seule chose qui a changé, c'est la chronologie. Nous devons encore mesurer l’impact. Nous avons une équipe qui s'efforce de fournir autant de données que possible à notre communauté fédérale sur l'impact de nos subventions. La responsabilité de faire rapport n’a donc pas changé. Le timing a changé. Nous réalisons que nous sommes toujours en crise. Nous leur donnons donc suffisamment de temps pour faire rapport.

Quels sont les défis que vous attendez pour l’avenir ?

L'histoire nous montre que les besoins liés aux traumatismes n'apparaissent pas toujours tôt et qu'il existe des besoins latents auxquels il faut se préparer. Nous travaillons en partenariat avec le ministère de la Santé pour couvrir certains des besoins programmatiques initiaux liés aux traumatismes, étant entendu que le gouvernement prendra en charge 100 % des coûts au cours de la deuxième année et au-delà.

Nous nous concentrons également sur les besoins des soldats lorsqu'ils quittent leur service de réserve et tentent de réintégrer la vie familiale et professionnelle. Ce sont des problèmes vraiment importants à l’heure actuelle.

Le développement de la main-d’œuvre serait une autre catégorie. De nombreuses personnes évacuées du sud et potentiellement du nord ne retourneront peut-être jamais dans leur communauté d'origine et reprennent leur vie dans de nouveaux endroits. Beaucoup auront besoin d’aide pour acquérir de nouvelles compétences.

Désolé d’être sombre, mais êtes-vous prêt à un scénario dans lequel le Hezbollah entrerait sérieusement dans la mêlée ?

Nous le faisons absolument et nous répondons déjà à certains des besoins des dizaines de milliers de personnes déplacées du Nord. Nous fournissons un soutien annuel à des partenaires majeurs comme l'Agence juive et le JDC afin qu'en cas d'urgence, ils soient prêts et n'aient pas à construire la caserne de pompiers pendant que les incendies font rage.

★★★★★

Laisser un commentaire