Les étudiants européens appellent leurs universités à se désengager d’Israël. Dans de nombreux cas, ils gagnent.

MADRID (La Lettre Sépharade) — Après des semaines de manifestations sur le campus de l’Université de Copenhague, des centaines d’étudiants ont obtenu gain de cause la semaine dernière : l’arrêt des investissements de l’école dans les entreprises qui opèrent en Cisjordanie occupée par Israël.

L’université a annoncé le 28 mai qu’elle céderait ses participations d’une valeur d’un million de couronnes danoises, soit environ 145 500 dollars, dans Airbnb, Booking.com et eDreams, qui figurent sur une liste de l’ONU des entreprises ayant des activités en Cisjordanie. L'Université de Copenhague a un chiffre d'affaires annuel de plus de 10 milliards de couronnes danoises, soit 1,5 milliard de dollars.

C’est la dernière d’une série d’universités à travers l’Europe – notamment des écoles en Espagne, en Irlande, en Norvège, aux Pays-Bas, en Belgique et au Royaume-Uni – qui ont accepté de se désengager des entreprises liées à Israël ou de boycotter les institutions israéliennes. Les changements de politique s'inscrivent dans le cadre d'une vague de protestations étudiantes contre la guerre israélienne à Gaza qui dure depuis huit mois, une réponse militaire à l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre qui a tué plus de 36 000 Palestiniens et enflammé l'opinion mondiale.

Les militants étudiants européens se sont inspirés des États-Unis, où une série de manifestations et de campements pro-palestiniens ont secoué les campus ce printemps. Mais comparés aux étudiants américains, les manifestants européens ont obtenu davantage de concessions de la part de leurs universités.

Cela s'explique en partie par le fait que les universités européennes subissent moins de pressions juridiques, politiques et culturelles sur les universités américaines, selon Suzanne Whitten, professeur de théorie politique à l'Université Queen's de Belfast. Les politiciens américains ont demandé aux dirigeants universitaires de rendre compte au Congrès de leur gestion des manifestations, ce qui a conduit à l'éviction de certains d'entre eux. Trente-huit États ont des lois qui découragent le boycott d’Israël. Et les universités américaines dépendent davantage de donateurs privés que les universités européennes, dont certaines déclarent retirer leurs dons à leur alma maters à cause des manifestations.

« Le système d’enseignement supérieur axé sur le marché aux États-Unis a produit un climat dans lequel les universités sont soumises à une surveillance minutieuse de la part des donateurs, des politiciens et des étudiants en tant que clients payants », a déclaré Whitten à la Jewish Telegraphic Agency. « Les États-Unis sont également très procéduriers, prennent très au sérieux la politique et la législation en matière d’égalité et entretiennent avec Israël une relation politique très forte qui n’existe tout simplement pas de la même manière qu’avec les institutions européennes. »

Les étudiants de l’université de Copenhague organisent un campement demandant à l’administration universitaire de rompre les liens avec Israël en raison de son offensive militaire à Gaza, le 6 mai 2024. (Mohamed El Shemy/Anadolu via Getty Images)

Le mouvement américain a été marqué par des mesures répressives de la part des administrateurs universitaires et de la police sur des dizaines de campus, notamment des expulsions, des suspensions et plus de 2 900 arrestations dans tout le pays. Quelques écoles ont permis aux étudiants de continuer à manifester ou ont même accepté de négocier avec eux. Dans des universités comme Brown, Harvard, Northwestern et Rutgers, les administrateurs ont conclu des accords pour divulguer les investissements ou examiner les propositions des étudiants en échange de la fin de leurs campements.

Mais aucune université aux États-Unis n’a déclaré qu’elle romprait ses liens avec Israël, et beaucoup ont explicitement déclaré qu’elles ne s’en désengageraient pas. À l’Université d’État de Sonoma, le président Ming-Tung « Mike » Lee a annoncé sa décision de poursuivre le désinvestissement et le boycott universitaire des universités israéliennes. Il a été suspendu pour « insubordination » dans les 24 heures et a pris sa retraite le lendemain.

Parallèlement, un nombre croissant d’universités européennes ont répondu aux revendications des étudiants manifestants.

Le Trinity College de Dublin, en Irlande, a également acquiescé aux manifestants étudiants le 8 mai après qu'un campement ait bloqué l'entrée du Livre de Kells, un manuscrit médiéval et une attraction majeure pour les touristes payants. L’école a annoncé qu’elle se désengagerait de la seule entreprise israélienne figurant sur sa liste de fournisseurs.

L’Espagne a connu une adhésion particulièrement forte au mouvement étudiant. La Conférence des recteurs des universités espagnoles, ou CRUE – représentant 76 universités privées et publiques – a promis le 9 mai de revoir les accords avec les institutions universitaires israéliennes et de suspendre la collaboration avec celles qui « n’ont pas exprimé un engagement ferme en faveur de la paix et du respect du droit international humanitaire ». .» Depuis, les universités de Grenade, d’Oviedo et de Barcelone ont rompu leurs liens.

En Norvège, cinq universités ont suspendu leurs liens avec les universités israéliennes dès février.

Ce n'est pas une coïncidence si certaines des écoles les plus rapides à lancer des boycotts et des désinvestissements se trouvent en Belgique, en Espagne, en Irlande et en Norvège, a déclaré Whitten. Les gouvernements de ces pays comptent parmi les critiques les plus virulents d'Israël en Europe, les trois derniers ayant officiellement reconnu un État palestinien le 28 mai à la suite d'une campagne menée par le président espagnol.

« En général, les pays où les gouvernements se sont prononcés contre Israël semblent plus susceptibles de répondre aux demandes des étudiants », a déclaré Whitten. « L’une des raisons à cela est peut-être qu’ils s’inquiètent moins des sanctions ou du contrôle du gouvernement. Une autre solution pourrait être qu’il y aura moins de réactions négatives de la part du public environnant dans ce pays. »

Les manifestants n’ont pas eu autant de succès en Allemagne et en France, dont les gouvernements s’alignent plus étroitement sur Israël. Les universités de Berlin et de Paris ont appelé la police pour mettre fin aux manifestations étudiantes. Les dirigeants allemands en particulier ont fait valoir qu’ils détenaient une responsabilité particulière envers Israël, qualifiant Israël de « raison d’État » pour l’Allemagne en raison de son histoire de l’Holocauste.

Pourtant, les mouvements étudiants ont continué à provoquer des changements de politique dans d’autres régions d’Europe. La semaine dernière, l'Université Libre de Bruxelles a rejoint trois autres universités belges qui ont mis fin ou se sont engagées à revoir leurs liens avec des institutions israéliennes. L'ULB a annoncé qu'elle suspendait ses liens avec les universités israéliennes et palestiniennes jusqu'à ce que leurs autorités respectives s'engagent à répondre aux exigences de la Cour internationale de Justice et jusqu'à la libération inconditionnelle des otages israéliens.

Et bien que les Pays-Bas aient connu des affrontements entre manifestants et police anti-émeute à l'Université d'Amsterdam, l'Académie royale des arts de La Haye est devenue la première université du pays à instaurer un boycott universitaire en rompant ses relations avec l'Académie israélienne des arts et du design Bezalel.

La police affronte des manifestants pro-palestiniens à l’Université d’Amsterdam, le 8 mai 2024. (Mouneb Taim/Anadolu via Getty Images)

Au Royaume-Uni, l’Université Goldsmiths de Londres a accepté les demandes des étudiants, notamment la révision de sa politique d’investissement, l’augmentation des bourses pour les étudiants palestiniens et le changement de nom d’un bâtiment en l’honneur de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh. (Une poignée d’écoles américaines ont accepté des demandes similaires.) L’Université de York a annoncé qu’elle se désengagerait des fabricants d’armes.

De nombreux étudiants juifs européens s’opposent aux mesures de désinvestissement et de boycott, a déclaré Emma Hallali, présidente de l’Union européenne des étudiants juifs, qui représente 160 000 Juifs dans 36 pays européens. Alors que ces étudiants juifs incarnent une gamme d'opinions politiques et de points de vue sur Israël, Hallali a déclaré qu'elle entendait un sentiment omniprésent selon lequel leurs universités ont répondu aux demandes des manifestants sans s'attaquer à la montée de l'antisémitisme sur les campus. Un rapport de l’EUJS publié en février a révélé 110 incidents antisémites dans des universités européennes depuis le 7 octobre, dont 32 % étaient liés au harcèlement en personne et à la violence physique.

En Europe et aux États-Unis, certaines manifestations ont donné lieu à des comportements menaçants visant les étudiants juifs, même s’il n’est pas toujours clair si les acteurs sont des camarades de classe ou des manifestants non étudiants. Mais les Juifs constituent une minorité plus importante sur de nombreux campus américains, représentant plus de 20 % du corps étudiant à Columbia, Cornell et Brown, et certains étudiants juifs comptent parmi les manifestants dans les universités américaines – comme ceux représentés par le groupe antisioniste Jewish. Voix pour la paix. En Europe, où vivent moins de 10 % des Juifs du monde, les étudiants juifs sont presque toujours isolés sur leurs campus.

« Les bureaux de diversité, d’égalité et d’inclusion des universités sont censés protéger leurs étudiants juifs, comme toute minorité », a déclaré Hallali à La Lettre Sépharade. « Les étudiants juifs représentent toujours moins de 10 % des universités en Europe. [Diversity] les bureaux et les universités ne les protègent tout simplement pas, donc ces étudiants ont peur d’aller à l’école, ils craignent pour leur sécurité.

Les étudiants de la London School of Economics Student Union Palestine Society tiennent une conférence de presse et se rassemblent pour lancer une campagne de désinvestissement, le 14 mai 2024 à Londres. (Mark Kerrison/En images via Getty Images)

Un autre obstacle se pose aux étudiants militants aux États-Unis, selon Robert Cohen, qui étudie l’enseignement supérieur et la protestation sociale à l’Université de New York : leur mouvement est impopulaire – et pas seulement à cause des opinions américaines sur le conflit israélo-palestinien.

« Aux États-Unis, les mouvements étudiants ne sont jamais populaires, peu importe le problème », a-t-il déclaré. « Même si le pays a finalement commencé, en 1968, à se retourner contre la guerre du Vietnam, la guerre était impopulaire, mais le mouvement anti-guerre était encore plus impopulaire que la guerre. »

Un sondage réalisé le mois dernier a révélé que plus de la moitié des Américains se disaient opposés aux « manifestations étudiantes organisées sur les campus universitaires en réponse aux actions d'Israël à Gaza ».

Les manifestations étudiantes en Europe ont suscité des changements sociaux durables et ont servi de première ligne de défense contre les gouvernements fascistes au cours du XXe siècle. Cela s'est traduit par une plus grande tolérance culturelle à l'égard des manifestations de jeunes qu'aux États-Unis, en plus d'un soutien aux Palestiniens, selon Jordi Mir Garcia, historien à l'Université Pompeu Fabra et à l'Université autonome de Barcelone.

« Le mouvement universitaire dans les années 60 et 70, sous la dictature de [Francisco] Franco a joué un rôle fondamental dans la crise de la dictature » en Espagne, a déclaré Mir Garcia. « Dans les années 70 et au début des années 80, le mouvement étudiant était considéré comme un mouvement positif contre la dictature. Certains, notamment à droite, critiquent les mouvements étudiants, mais je pense qu'en général, la société les considère de manière positive – et maintenant aussi parce que certains pensent qu'il est nécessaire de faire quelque chose.»

★★★★★

Laisser un commentaire