Les avions américains et britanniques frappent des cibles Houthis, attirant l’Occident vers un rôle de combat dans la guerre d’Israël

WASHINGTON (JTA) — Des avions de combat américains et britanniques ont frappé jeudi des cibles appartenant à la milice Houthi du Yémen, marquant un exemple rare et risqué d’implication américaine et occidentale dans un conflit entre Israël et un adversaire arabe.

Les Houthis, une milice soutenue par l’Iran, ciblaient les navires occidentaux dans la mer Rouge, apparemment pour faire pression sur Israël afin qu’il cesse le feu dans sa guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza. Les responsables houthis ont déclaré que les frappes avaient tué cinq militants et en avaient blessé six.

Le major-général Patrick Ryder, principal porte-parole du Pentagone, a déclaré vendredi matin à CNN que les attaques visaient à empêcher l’expansion de la guerre entre Israël et le Hamas.

« Ce que nous continuons de constater, c’est que le conflit entre Israël et le Hamas reste limité à Gaza », a-t-il déclaré. « L’une de nos principales priorités est d’empêcher ce conflit de s’étendre en un conflit régional plus vaste. Et donc ce que vous avez eu dans la mer Rouge, ce que nous avons vu, ce sont les Houthis qui attaquent sans discernement les navires commerciaux et les marins transitant par cette voie navigable vitale, et donc plus de 50 pays ont été touchés par cela. Il s’agit donc d’un problème international qui nécessite une réponse internationale.

Les frappes de jeudi, menées par des avions américains et britanniques, ont bénéficié du soutien logistique et diplomatique d’un certain nombre de pays touchés par les attaques des Houthis contre des navires commerciaux dans la mer Rouge.

Une déclaration conjointe de l’Australie, de Bahreïn, de la Grande-Bretagne, du Canada, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Corée du Sud et des États-Unis a averti que « les acteurs malveillants seraient tenus pour responsables s’ils continuaient à menacer des vies, l’économie mondiale et l’économie mondiale ». libre circulation du commerce dans les voies navigables critiques de la région.

Le communiqué indique que les Houthis ont mené plus de deux douzaines d’attaques contre des navires commerciaux depuis la mi-novembre, ce qu’il qualifie de « défi international ». Il ajoute : L’action d’aujourd’hui démontre un engagement commun en faveur de la liberté de navigation, du commerce international et de la défense de la vie des marins contre les attaques illégales et injustifiables.

Les Houthis alignés sur le Hamas

Depuis leur création, les Houthis se sont montrés particulièrement hostiles à Israël, même si Israël n’a rien à voir avec le conflit entre le groupe et les Saoudiens. Ils ont lancé des raids sur des navires commerciaux en novembre afin de se ranger du côté du Hamas dans sa guerre contre Israël.

Mais les Houthis ont promis des représailles aux frappes de jeudi, un porte-parole des Houthis affirmant que les frappes « ne resteraient pas sans réponse ni impunies », a rapporté l’Associated Press. Cela laisse présager une escalade qui pourrait potentiellement entraîner l’Occident dans une guerre israélo-arabe.

De tels engagements ont eu dans le passé des répercussions diplomatiques et militaires de longue date. Après qu’Israël a lancé une guerre au Liban en 1982, une tentative menée par les États-Unis pour maintenir la paix a vu une attaque massive du Hezbollah contre les forces américaines et françaises en 1983 et un retrait en 1984 qui, selon un document de la CIA de 1985, a précédé une sympathie croissante pour Le Hezbollah parmi les chiites libanais.

La guerre de Suez de 1956, lancée contre l’Égypte par une alliance israélo-britannique-française, a conduit à la perte d’influence du Royaume-Uni et de la France au Moyen-Orient, couplée à la montée de l’influence soviétique dans la région.

On ne sait pas encore clairement comment les partisans des Houthis en Iran réagiraient aux frappes de jeudi. L’Arabie saoudite cherche depuis des années à renverser les Houthis après que le groupe a pris le contrôle de certaines parties du pays des mains d’un gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite il y a près de dix ans. Les Saoudiens, les Houthis et les Iraniens cherchent désormais à mettre fin à ce conflit et respectent un cessez-le-feu temporaire.

Le président Joe Biden a fermement soutenu Israël dans sa guerre, même s’il a fait pression ces dernières semaines sur le pays pour qu’il retire ses forces à Gaza et augmente l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, qui, selon les organismes mondiaux, est au bord de la famine.

L’administration Biden a également cherché à dissuader Israël et le Hezbollah d’étendre leur conflit au Liban. Le Hezbollah, qui, comme les Houthis et le Hamas, est soutenu par l’Iran, et les milices alliées ont commencé à frapper des cibles dans le nord d’Israël au début de la guerre.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire