Le ministère de l'Éducation augmente la transparence autour des enquêtes sur la discrimination au titre du Titre VI après le 1er octobre. 7

(La Lettre Sépharade) – Depuis le 7 octobre, le bureau fédéral chargé des enquêtes sur les droits civils sur les campus a gardé confidentiels de nombreux détails de son travail, y compris les affaires axées sur l’antisémitisme.

Mais maintenant, le ministère américain de l’Éducation a commencé à en révéler davantage sur les enquêtes qu’il a lancées depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas. Les nouvelles révélations suivent une série de rapports de la Jewish Telegraphic Agency révélant les mécanismes opaques de la manière dont le département applique la loi anti-discrimination du Titre VI.

Pendant ce temps, le Bureau des droits civils du département continue d'ouvrir de nouvelles enquêtes sur des allégations d'antisémitisme sur les campus, dont une cette semaine à l'Université d'Hawaï.

Ces nouveaux documents comprennent les lettres de plainte originales qui ont mené les enquêtes, ainsi que les listes de documents demandés par l'OCR aux écoles afin de statuer sur les réclamations. Ils révèlent qu'un plus grand nombre d'enquêtes du ministère portent sur des allégations d'antisémitisme et d'islamophobie qu'on ne le pensait auparavant. Ils montrent également comment l’OCR enquête sur des cas présumés de discrimination et de harcèlement contre des étudiants juifs.

En outre, ils révèlent des détails jusqu’alors inconnus sur plusieurs enquêtes liées à Israël dans des écoles de premier plan. Et ils confirment les tendances décrites pour la première fois dans les rapports de La Lettre Sépharade. Par exemple, les documents montrent que de nombreuses personnes qui déposent des plaintes fédérales pour antisémitisme contre les universités l’ont fait sans contacter au préalable les écoles elles-mêmes.

Certaines des principales conclusions révélées par les documents comprennent :

  • Une enquête sur l’Université de Columbia se concentre sur des allégations de discrimination contre des militants pro-palestiniens, et non sur de l’antisémitisme. Les Juifs dénoncent un environnement antisémite dans l'école depuis l'attaque du Hamas du 7 octobre. Mais l'enquête porte sur une plainte de l'autre côté du débat, alléguant que la décision de l'université de suspendre ses sections de Jewish Voice for Peace, un groupe antisioniste, et de Students for Justice in Palestine était discriminatoire.
  • Plusieurs plaignants qui allèguent de l’antisémitisme sur les campus, notamment ceux qui ont déclenché des enquêtes au Massachusetts Institute of Technology, à l’Université Cornell, à l’Université Stanford et à l’Université de Virginie, ont indiqué dans leurs lettres qu’ils n’avaient pas signalé ces allégations aux universités avant de déposer leur plainte. Cela va à l’encontre des directives de l’OCR, qui stipulent que les plaignants doivent d’abord demander réparation aux universités et que l’OCR est chargé d’enquêter sur la manière dont les universités ont répondu.
  • Une lettre de plainte qui a déclenché une enquête annoncée précédemment pour harcèlement de pro-Étudiants palestiniens à l'Université Harvard comprend également de nombreuses allégations de propos discriminatoires tenus par le président de Harvard Chabad à l’encontre d’étudiants palestiniens. Il fait également référence à la décision du Habad d'organiser à deux reprises des pourparlers en Bill Ackman, ancien élève juif milliardaire de Harvard, investisseur et militant pour la réforme des campus, qui a plaidé pour que soient révélés les noms des étudiants de Harvard qui ont signé des lettres accusant Israël d'être responsable des attaques du Hamas. Le groupe juridique musulman qui a déposé la plainte n’avait pas rendu public auparavant ses mentions de Harvard Chabad ou d’Ackman.
  • L'enquête du département sur le ministère de l'Éducation de la ville de New York, qui gère les écoles publiques de la ville, concerne des allégations selon lesquelles un enseignant « enseigne à des enfants de 4 ans ». [sic] haïr les Juifs et les prépare à devenir des terroristes. » Cette enseignante, Siriana Abboud, n'est plus employé par le district, selon les médias.
  • Un plaignant qui a déclenché une enquête pour antisémitisme au Muhlenberg College, une école privée de Pennsylvanie, souhaite que l'université limoge Maura Finkelstein, une professeure juive antisioniste qui a écrit des articles faisant l'éloge du Hamas. Pour preuve, le formulaire de plainte renvoie à une pétition en ligne appelant au renvoi de Finkelstein et alléguant qu'elle aurait harcelé des étudiants juifs en ligne.
  • Plusieurs autres enquêtes actives dont les origines ont été occultées se concentrent en fait sur l'antisémitisme, notamment celles de l'Ohio State University, de la Cooper Union, de l'Université de Washington-Seattle, de l'Université de Californie-Los Angeles, de l'Université de Californie-San Diego et Écoles de la ville de Decatur en Géorgie.

Un représentant du ministère de l’Éducation n’a pas répondu à une liste de questions du La Lettre Sépharade concernant la publication des documents au moment de la publication. Une note sur le site Web du ministère indique qu'il les a divulgués en partie parce que les dossiers « déposés en octobre 2023 ou après sont ceux pour lesquels plusieurs demandes en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) ont été (ou sont susceptibles d'être) reçues ». La Lettre Sépharade a déposé plusieurs demandes d’informations FOIA ces derniers mois.

Miguel Cardona, secrétaire du ministère américain de l'Éducation, participe à un événement public à New York, le 12 avril 2023. (Lev Radin/Pacific Press/LightRocket via Getty Images)

Cette transparence accrue intervient alors que les plaintes des étudiants concernant l'antisémitisme et l'islamophobie sur les campus à l'occasion de la guerre continuent de s'intensifier. Mardi, l'OCR a ouvert 86 enquêtes sur « ascendance partagée » depuis le 7 octobre, dont certaines ont depuis été clôturées. (Le bureau a fourni à ce jour des documents relatifs à 61 lettres de plainte, qui ne semblent pas toutes avoir donné lieu à des enquêtes.)

Certains groupes juifs ont placé le Titre VI au centre de leur lutte contre l’antisémitisme sur les campus et commencent à faire pression pour que le système soit modifié. Olami, un groupe de sensibilisation orthodoxe destiné aux étudiants juifs, a lancé cette semaine un effort de lobbying aux côtés de plusieurs membres du Congrès pour apporter un changement en particulier : forcer les universités à signaler de manière préventive toute plainte pour antisémitisme qu’elles reçoivent à l’OCR, avant même qu’une enquête ne soit ouverte.

« Vous appelez le 911 et personne ne répond. Ce n'est pas une réalité acceptable », a déclaré au La Lettre Sépharade le rabbin David Markowitz, directeur général d'Olami, à propos du système actuel. Markowitz a déclaré que les étudiants juifs avec lesquels il parle ne savent souvent pas à qui, dans une université, ils sont censés rapporter leurs allégations, et beaucoup ne prennent même pas la peine de les signaler.

Au lieu de cela, a déclaré Markowitz, Olami fait pression pour que les universités partagent les détails de ces plaintes afin de promouvoir « la transparence et la responsabilité ». Ils ont lancé le nouvel effort de lobbying mardi lors d'une conférence de presse aux côtés de la représentante républicaine Nancy Mace, et Olami dit qu'ils s'attendent à ce que beaucoup plus de législateurs signent une lettre qui sera envoyée au secrétaire à l'Éducation Miguel Cardona décrivant les changements proposés.

« Nous voulons nous assurer que nous exigeons des universités des mesures décisives pour combattre l'antisémitisme et la haine juive, plutôt que de faire de belles paroles », a déclaré le législateur de Caroline du Sud lors d'une conférence de presse avec Olami mardi, faisant également référence à la synagogue historique de Charleston. situé dans son quartier. Au moment de mettre sous presse, un porte-parole du ministère de l’Éducation n’a pas répondu à une demande de commentaires de la La Lettre Sépharade sur l’initiative.

Pendant ce temps, l’OCR continue d’ouvrir des enquêtes sur l’ascendance partagée au titre VI. Cette semaine, il en a ouvert quatre : dans le district scolaire de South Orange-Maplewood dans le New Jersey ; dans un district K-12 de la banlieue de Sacramento à Roseville, en Californie ; sur le campus phare de l'Université d'Hawaï et à la Western University of Health Sciences, une école de médecine privée à Pomona, en Californie.

Les demandes de commentaires adressées à deux de ces quatre écoles n’ont pas été renvoyées au moment de la publication. Un porte-parole de l'Université d'Hawaï a déclaré à La Lettre Sépharade que la plainte concernait « des allégations d'antisémitisme de la part de membres du corps professoral affirmant leur soutien aux causes palestiniennes ».

Le porte-parole a ajouté : «Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, un certain nombre de messages des dirigeants ont été envoyés au système des 10 campus, affirmant l’engagement de l’UH en faveur de la non-discrimination et demandant à chacun de signaler tout incident de harcèlement et de discrimination. Le président de l'université avait précédemment publié une déclaration de neutralité sur la guerre Israël-Hamasdisant : « Je ne suis pas un politicien professionnel ni un influenceur politique international. »

Un porte-parole du district scolaire de Roseville City n’a pas confirmé l’objet de l’enquête, mais a déclaré à La Lettre Sépharade dans un communiqué : « Pour le moment, nous ne pouvons partager que le sujet général : la suspension d’un élève et la plainte qui en résulte. » Le communiqué réitère également la politique anti-discrimination du district.

★★★★★

Laisser un commentaire