Le leader conservateur français adhère au parti d'extrême droite de Marine Le Pen aux antécédents d'antisémitisme

(JTA) — Le principal parti conservateur français pourrait s’associer à l’extrême droite, brisant une norme politique vieille de plusieurs décennies pour éviter un parti ayant un passé d’antisémitisme.

Eric Ciotti, président du parti de droite Les Républicains, a appelé à une alliance nationale avec le Rassemblement National lors d'une apparition télévisée sur TF1 mardi.

« Nous disons les mêmes choses, alors arrêtons d'inventer une opposition imaginaire », a déclaré Ciotti, devenant ainsi le premier dirigeant de l'establishment politique français moderne à rechercher une alliance avec le Rassemblement national, dirigé par la triple candidate présidentielle Marine Le Pen.

Ciotti a déclaré qu'il espérait associer les républicains de plus en plus « faibles » au succès du Rassemblement national, qui a remporté dimanche une victoire historique aux élections du Parlement européen, recueillant plus de 30 % des voix et écrasant l'alliance centriste du président Emmanuel Macron. Les résultats de la France correspondent à une montée en puissance des partis d'extrême droite à travers le continent, notamment en Italie et en Allemagne.

En réponse à cette défaite, Macron a dissous le Parlement et convoqué des élections anticipées les 30 juin et 7 juillet. Mais son pari de bloquer le virage de la France vers l'extrême droite pourrait se retourner contre lui : il est déjà prévu que le Rassemblement national remportera les élections.

Dans le passé, les partis de l'establishment français se sont unis pour bloquer le pouvoir du Rassemblement national eurosceptique et anti-immigration, connu depuis longtemps pour ses racines antisémites. Le parti a été fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen, le père de Marine Le Pen, sous le nom de Front National. Jean-Marie Le Pen, 95 ans, a été condamné à plusieurs reprises pour discours de haine antisémite, qualifiant les chambres à gaz nazies de simple « détail » de la Seconde Guerre mondiale et affirmant que l’occupation nazie de la France n’était pas « particulièrement inhumaine ».

Un autre membre fondateur du parti était Pierre Bousequet, ancien commandant des Waffen-SS du parti nazi.

Depuis que Marine Le Pen a pris la tête du parti en 2011, elle a tenté d'effacer le passé du parti et de gagner l'acceptation du grand public. Elle a pris ses distances avec la rhétorique antisémite de son père et l'a expulsé du parti en 2015. Parallèlement, elle s'est concentrée sur les musulmans – qui représentent 11 % de la population française – comme une menace pour le pays.

Mais même si Marine Le Pen a publiquement dénoncé l’antisémitisme, ses partisans entretiennent toujours de manière disproportionnée des attitudes antisémites, selon Nonna Mayer, politologue à Sciences Po.

« Chaque fois que nous faisons nos enquêtes, nous constatons que les électeurs ou sympathisants du Rassemblement national sont les plus antisémites de tous, même si leur première cible est les Arabes, les musulmans, les Maghrébins », a déclaré Mayer à RFI l'année dernière, utilisant un terme faisant référence aux gens d'Afrique du Nord.

L'offre de Ciotti de s'unir à l'extrême droite risque de diviser son propre parti, car il a été rapidement réprimandé par plusieurs républicains de haut rang qui ont exigé sa démission.

Olivier Marleix, président du parti à la chambre basse du parlement, a déclaré sur X : « Eric Ciotti ne parle que pour lui-même. Il doit quitter la présidence des Républicains.»

Gérard Larcher, autre leader républicain et président du Sénat français, a également déclaré que Ciotti « ne peut plus présider notre mouvement et doit démissionner ».

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ancien républicain parti pour le parti de Macron, a comparé l'annonce de Ciotti aux accords de Munich de 1938 – dans lesquels la France, la Grande-Bretagne et l'Italie avaient tenté d'apaiser Hitler en permettant à l'Allemagne d'annexer une partie de la Tchécoslovaquie un an avant le déclenchement de la guerre mondiale. II.

Ciotti « porte le déshonneur à la famille gaulliste », a déclaré Darmanin. Il a fait référence à la lignée du parti républicain, issu d'un parti de droite fondé par l'ancien président Charles de Gaulle après la Seconde Guerre mondiale, lorsque de Gaulle luttait contre l'Allemagne nazie et le régime collaborationniste de Vichy.

L'Union des étudiants juifs de France a convoqué un rassemblement anticipé mardi en réponse à l'annonce de Ciotti. « Soyons nombreux. Non au compromis », a tweeté le groupe devant des dizaines de personnes qui ont manifesté devant le siège des Républicains, brandissant des pancartes disant : « De Gaulle n’est pas Le Pen.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire