L’antisémitisme pousse les parents juifs français à inscrire leurs enfants dans des écoles privées

La plupart des parents juifs français inscrivent leurs enfants dans des écoles privées à cause de l’antisémitisme, a déclaré un dirigeant de la communauté juive de France.

L’antisémitisme « affecte très sérieusement les familles juives et est la principale raison pour laquelle il y a si peu d’enfants juifs dans les écoles publiques », a déclaré mardi Roger Cukierman, président du CRIF, groupe de coordination des communautés juives françaises, lors d’un symposium sur l’antisémitisme à la Parlement européen. « La plupart d’entre eux vont dans des écoles privées juives ou chrétiennes. »

Cukierman a pris la parole lors d’un symposium organisé par le Congrès juif européen et le B’nai B’rith International avec des législateurs européens sur les conclusions d’une récente enquête menée l’année dernière par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne auprès de 5 847 Juifs auto-identifiés de neuf pays européens.

Les Juifs français sont ressortis de l’enquête comme les plus préoccupés par l’antisémitisme, 85 % des 1 137 répondants français le décrivant comme un « gros problème ». Parmi les répondants britanniques, 48 % ont répondu de la même manière.

Les perceptions de l’augmentation de l’antisémitisme au cours des cinq dernières années étaient les plus répandues parmi les Juifs français, 74 % des personnes interrogées déclarant qu’il a « beaucoup augmenté », contre 27 % en Grande-Bretagne. Parmi les répondants français, 46 % ont déclaré avoir envisagé d’émigrer à cause de l’antisémitisme, contre 18 % en Suède, en Lettonie et en Grande-Bretagne.

« Les Juifs ne se sentent pas à l’aise en France et dans toute l’Europe », a déclaré Cukierman. « Les tentatives descendantes d’interdire la circoncision et l’abattage casher aggravent l’effet de l’antisémitisme ascendant. »

Pourtant, les Juifs français ne quittent pas la France en grand nombre, selon Cukierman, qui a minimisé l’importance des chiffres qui montrent une augmentation de 49 % de l’immigration juive de France vers Israël au cours des neuf premiers mois de 2013 par rapport à la même période l’année dernière.

« Ces chiffres oscillent entre 1 500 et 3 000 chaque année, et représentent au plus haut un demi pour cent de la communauté juive française. Ce n’est donc pas un si gros chiffre », a-t-il déclaré.

Était également présent au panel David Baddiel, comédien britannique et militant contre l’antisémitisme dans les matchs de football britanniques. Plusieurs orateurs ont dit que ses efforts sont un exemple d’action efficace à la base.

★★★★★

Laisser un commentaire