10 Israéliens, dont une adolescente avec son chien, et 2 Thaïlandais libérés de Gaza alors que le cessez-le-feu entre en prolongation

(JTA) — Le Hamas a libéré dix autres otages israéliens, neuf femmes et une jeune fille de 17 ans, le premier jour d’une prolongation de deux jours du cessez-le-feu, que l’administration Biden espère prolonger davantage alors qu’elle cherche à étendre l’aide humanitaire. secours aux Palestiniens dans la bande de Gaza ravagée par la guerre.

Les otages libérés mardi portent le total des otages israéliens libérés à 61. Deux Thaïlandais ont également été libérés, ce qui porte le nombre total d’étrangers libérés à 20. Ils font partie des 240 otages estimés capturés lorsque les terroristes du Hamas ont attaqué Israël depuis Gaza le 7 octobre.

La quasi-totalité des otages libérés et des prisonniers palestiniens sont des femmes et des enfants. Publiés mardi :

  • Gabriela Leimberg, 59 ans, et sa fille Mia, 17 ans. Mia, la seule mineure libérée mardi, a été kidnappée avec son chien Shih Tzu, Bella, et a été photographiée en train de se rendre aux soins des agents de la Croix-Rouge portant le chien. Les Leimberg sont des habitants de Jérusalem qui rendaient visite à des amis à Nir Yitzhak, un kibboutz, lorsqu’ils ont été enlevés.
  • Rimon Kirsht, 36 ans, habitant du kibboutz Nirim. Son mari, Yagev, reste otage.
  • Clara Merman, 63 ans, résidente de Nir Yitzhak. Son compagnon et son frère restent otages.
  • Ofelia Roitman, 77 ans, du kibboutz Nir Oz. Comme Gabriela Leimberg, Roitman est un immigrant argentin.
  • Ditza Heiman, 84 ans, l’une des fondatrices de Nir Oz. Elle a été vue transférée à la garde de la Croix-Rouge en fauteuil roulant.
  • Tamar Metzger, 78 ans, de Nir Oz. Son mari, Yoram, 80 ans, reste otage.
  • Noralin Babadilla, qui rendait visite à des amis au kibboutz Nirim avec son partenaire, Gideon Babani, assassiné le 7 octobre.
  • Ada Sagi, 75 ans, résidente du kibboutz Nir Oz.
  • Meirav Tal, 53 ans, qui rendait visite à Nir Oz avec son partenaire, Yair Yaakov. Les fils de Yaakov, Yagil et Or, ont été libérés lundi. Yair reste un otage.

Mardi était le premier jour d’une prolongation de deux jours du cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, négocié par le Qatar, l’un des rares pays qui entretiennent des liens avec le Hamas, l’Égypte et les États-Unis. Aux termes du cessez-le-feu, Israël libère trois fois plus de Palestiniens emprisonnés pour des accusations liées au terrorisme.

Alors qu’il ne reste qu’un jour de prolongation, des pourparlers sont ouverts sur la prolongation du cessez-le-feu. Le Hamas aurait proposé de libérer des soldats et des hommes lors d’une prochaine phase, mais les conditions ne sont pas claires. Tout échange de soldats semble nécessiter la libération d’un plus grand nombre de prisonniers palestiniens de haut rang, ainsi qu’un cessez-le-feu plus long ou permanent.

Il est peu probable que ces conditions soient acceptées par Israël, qui ne veut pas perdre l’élan qu’il a acquis au cours des six semaines de riposte contre le Hamas. Selon certaines informations, elle a en grande partie démantelé le groupe terroriste dans le nord de la bande, grâce à des attaques aériennes et terrestres massives qui ont également repoussé la moitié des 2 millions d’habitants de Gaza vers la partie sud de la bande.

L’objectif de guerre déclaré d’Israël est le retour de tous les otages et le retrait du Hamas du pouvoir. Le président américain Joe Biden, sous la pression croissante de la communauté internationale et de son propre parti démocrate, s’en est tenu à ces objectifs de guerre et a rejeté un cessez-le-feu à long terme.

Mais Biden est mécontent de l’ampleur des contre-attaques israéliennes. Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 13 000 personnes, dont des milliers d’enfants, ont été tuées. On ne sait pas quelle partie de ce nombre sont des combattants et quelle partie a été tuée par des roquettes ratées visant Israël.

Deux hauts responsables de l’administration Biden ont déclaré lundi soir aux journalistes que Biden espérait prolonger les pauses humanitaires afin d’étendre l’aide destinée aux Palestiniens. Israël a ouvert des couloirs pour une telle assistance, sous la pression de Biden.

« Nous aimerions voir l’accord – l’accord de pause humanitaire actuel – prolongé aussi longtemps que possible », a déclaré l’un des hauts responsables de l’administration, qui a dirigé la réunion d’information sous couvert de rester anonyme. « Nous aimerions donc que cela se poursuive tant qu’il y aura des otages supplémentaires à évacuer. »

Les responsables, dans un langage inhabituellement sévère – même pour un briefing au cours duquel ils n’avaient pas besoin d’être nommés – ont déclaré qu’Israël ne pouvait pas reprendre la guerre avec la férocité avec laquelle il s’était conduit jusqu’à présent.

« On ne peut pas reproduire dans le sud l’ampleur des déplacements qui ont eu lieu dans le nord. Ce sera plus que perturbateur », a déclaré l’un des responsables. « Cela dépassera la capacité de tout réseau de soutien humanitaire, aussi renforcé soit-il, aussi robuste soit-il. Cela ne peut pas se produire, ce qui signifie que les modalités de la campagne doivent être soigneusement réfléchies afin de minimiser les conséquences de déplacements supplémentaires et importants.»

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire