Six mois après le début de la guerre en Israël, les rabbins américains sont aux prises avec l'inquiétude quant aux objectifs de la bataille et au bilan croissant

(JTA) — Chaque vendredi soir, la synagogue du rabbin Marc Katz récite une prière pour Israël qui, depuis le 7 octobre, exprime son espoir de libération des otages détenus par le Hamas, mentionne le gouvernement israélien et demande à Dieu la dignité des Israéliens et des Israéliens. Palestiniens.

Katz, le chef spirituel du Temple Ner Tamid à Bloomfield, dans le New Jersey, fait également sa propre prière quotidienne : que la guerre prenne fin.

« Je prie chaque jour pour qu’Israël trouve le chemin pour sortir de cette guerre », a déclaré Katz à la Jewish Telegraphic Agency. La frappe israélienne qui a tué sept travailleurs humanitaires la semaine dernière, a-t-il dit, n’a fait qu’intensifier ce désir.

« Ce n’est qu’une preuve supplémentaire de la raison pour laquelle je dois prier encore plus fort pour que ce soit le cas », a-t-il déclaré. « Aussi horrible que cela puisse être, cela ne change rien pour moi. Cela ne fait que souligner à quel point la guerre est horrible.

Mais il a ajouté une mise en garde : « Cela ne signifie pas que la guerre devient plus injuste parce que ces sept personnes sont mortes. »

Et quand Katz parle de la guerre, il dit à sa congrégation réformée de trouver une place dans « le milieu désordonné, qui est cette idée selon laquelle vous pouvez détenir beaucoup de choses à la fois, et vous pouvez ressentir pour le peuple palestinien, vous pouvez ressentir pour le peuple israélien. La compassion n’est pas un jeu à somme nulle.

Les dilemmes auxquels Katz est confronté sont les mêmes que ceux auxquels sont confrontés les rabbins des États-Unis et d'ailleurs alors que leurs communautés célèbrent le sixième mois écoulé depuis le 7 octobre. Juste après l'attaque du Hamas ce jour-là, alors que les Juifs du monde entier pleuraient les 1 200 personnes tuées , la plupart des civils, et ont commencé à faire face à la réalité des quelque 250 otages détenus à Gaza, ils se sont mobilisés pour des rassemblements, des prières et des collectes de dons dans le monde entier.

Aujourd’hui, six mois plus tard, le Hamas est lourdement endommagé mais reste responsable de certaines parties de Gaza, et plus de 130 Israéliens restent en captivité. Pendant ce temps, plus de 30 000 Palestiniens ont été tués, pour la plupart des civils, et la bande de Gaza est confrontée à une crise humanitaire aiguë qui, selon les responsables de la santé mondiale, conduit à la famine. La frappe israélienne qui a tué les sept employés de World Central Kitchen – après quoi Israël s’est excusé, a licencié des officiers et a modifié sa politique – a exacerbé la colère internationale contre Israël.

Pour de nombreux rabbins américains, les meurtres de World Central Kitchen ont alimenté une crise de confiance. Ils ont déclaré à JTA qu’eux et leurs fidèles étaient aux prises avec une autre réalité six mois plus tard : une guerre en cours, l’État juif isolé et des souffrances palestiniennes croissantes – en plus de l’antisémitisme plus proche de chez eux.

Certains qui avaient évité les appels à un cessez-le-feu dans le passé ont récemment fait le leur, tandis que d'autres sont restés fermement aux côtés d'Israël – estimant, comme le font la plupart des Juifs israéliens, que la guerre doit continuer malgré le prix. (Israël a annoncé dimanche qu'il retirait la plupart de ses troupes de Gaza mais qu'il poursuivrait la guerre avec des raids et des frappes ciblées.) Des centaines de personnes ont donné près de 60 000 dollars à une collecte de fonds pour World Central Kitchen initiée par des rabbins américains. Tous tentent de guider leurs congrégations ou leurs étudiants dans une situation sans réponse facile.

« Beaucoup de gens, des Juifs de ma communauté qui étaient très préoccupés par le droit d'Israël à se défendre jusqu'à présent, ont vraiment eu le sentiment qu'Israël avait franchi une ligne », a déclaré Elliot Kukla, conseiller en deuil et enseignant à Svara, une yeshiva basée à Chicago. qui sert les juifs queer.

« Les gens que nous servons [are] je commence à questionner et à dire : Attends une minute, que se passe-t-il ? Et j’ai l’impression d’avoir régulièrement cette conversation – de Juifs américains posant des questions qu’ils n’ont jamais vraiment posées auparavant. »

Kukla fait partie d’un groupe appelé Rabbis pour cessez-le-feu, fondé quelques semaines seulement après le 7 octobre par un ancien dirigeant du groupe antisioniste Jewish Voice for Peace, à une époque où de tels appels émanaient principalement de la gauche pro-palestinienne. Depuis lors, les appels à un cessez-le-feu se sont multipliés, y compris parmi les rabbins. Le groupe rabbinique de défense des droits humains T'ruah faisait partie d'une coalition de groupes sionistes libéraux qui ont appelé il y a un mois à un cessez-le-feu bilatéral et à la libération des otages.

« Je crois que nous devons détenir plusieurs vérités en même temps en ce moment, et c'est très difficile », a déclaré le rabbin Amy Schwartzman du temple réformé Rodef Shalom à Falls Church, en Virginie, qui a soutenu la position de T'ruah. « Mes bras en ont assez de tenir autant. Je crains pour mon Israël bien-aimé à de nombreux niveaux – le plus important étant que le monde s’éloigne chaque jour davantage d’Israël.

Le rabbin Jeremy Kalmanofsky, de la synagogue conservatrice Ansche Chesed à New York, a déclaré qu'il soutenait également un cessez-le-feu négocié, tout en ajoutant : « En général, je m'abstiens d'essayer d'utiliser la synagogue comme un moment pour publier des articles d'opinion. » (Kalmanofsky a fait l'actualité l'année dernière lorsqu'il a remplacé la prière traditionnelle pour l'État d'Israël pendant les offices de sa congrégation comme une forme de protestation contre les propositions de réforme judiciaire du gouvernement de droite israélien.) Il a déclaré avoir été surpris par la durée de la guerre.

« Je n'aurais certainement jamais pu imaginer six mois », a déclaré Kalmanofsky. « Je suis passionnément, émotionnellement, ethniquement et religieusement du côté d’Israël et j’essaie chaque jour de ne pas laisser cela diminuer mon lien avec la population de Gaza qui souffre inimaginablement. »

Les appels au cessez-le-feu sont loin d’être universels. Le rabbin Stuart Weinblatt, qui dirige la Coalition rabbinique sioniste et est le rabbin de la congrégation conservatrice B'nai Tzedek à Potomac, Maryland, était en mission en Israël avec 20 de ses fidèles, où ils ont entendu des Israéliens qui les ont exhortés à combattre le des « fausses nouvelles » calomniant la conduite d'Israël dans la guerre, lorsque les frappes de la World Central Kitchen ont eu lieu.

Weinblatt a salué la réponse d'Israël après avoir tué les travailleurs humanitaires et a déclaré que lui et ses fidèles soutenaient ses objectifs de guerre. « Israël doit poursuivre son travail jusqu’à ce qu’il batte le Hamas », a-t-il déclaré.

« J’ai une congrégation suffisamment sophistiquée et bien informée pour savoir que cette attaque [on World Central Kitchen’s convoy], aussi regrettable soit-il, est une aberration et n’est pas révélateur de procédures normales », a-t-il déclaré. « Ils craignent que les gens repartent avec une fausse impression d'Israël, mais ils comprennent que tel n'est pas Israël. et par conséquent, nous restons déterminés à soutenir Israël.

L'angoisse concernant la durée et le coût humanitaire de la guerre israélienne semble moins prononcée parmi les communautés orthodoxes, y compris leurs rabbins, qui ont tendance à être plus conservateurs politiquement, à pencher à droite des communautés non orthodoxes sur les questions israéliennes et à soutenir généralement l'effort de guerre. Certains rabbins orthodoxes se sont exprimés ces derniers jours pour exprimer leur détresse face aux pressions auxquelles Israël est confronté de la part des États-Unis.

Efrem Goldberg, rabbin principal de la synagogue Boca Raton en Floride, a écrit sur Facebook qu’il pensait que l’administration Biden avait eu tort d’exiger des changements d’Israël après les meurtres de World Central Kitchen.

« Si vous ou l'un de vos proches étiez retenus en otage, ne voudriez-vous pas et ne vous attendriez-vous pas à ce que votre président lance des ultimatums à ceux qui vous torturent, et non à ceux qui se battent pour votre libération ?! » il a écrit.

Le rabbin Asher Lopatin, qui dirige Kehillat Etz Chayim de Détroit et travaille également à la Fédération juive du Grand Ann Arbor, a également écrit sur Facebook qu'il était bouleversé par le déclin de patience de l'administration Biden à l'égard de l'effort de guerre d'Israël. Il a également déclaré qu’il restait confiant non seulement dans la valeur de la guerre mais aussi dans la manière dont Israël la mène.

« Comme nous l’avons tristement appris grâce à la mort tragique récente de sept travailleurs humanitaires (et à l’enquête préliminaire israélienne), tous les soldats ne sont pas parfaits », a écrit Lopatin sur Facebook. « Pourtant, je crois profondément, avec toutes les preuves, que Tsahal est l’armée la plus morale au monde. »

L’idée selon laquelle la guerre fait d’Israël un État paria – ou peut-être l’a déjà fait – a troublé les rabbins de toutes confessions et idéologies. Le rabbin Barat Ellman, professeur de religion à l’université Fordham et défenseur d’un cessez-le-feu, a déclaré qu’une telle réalité est « très effrayante pour les Israéliens et très effrayante pour les Juifs ».

Katz estime que l’antagonisme mondial envers Israël a rendu ce scénario inévitable.

« Israël est déjà un État paria. Je ne suis pas sûr que cela va changer les choses. C'est horrible de voir Israël perdre l'opinion mondiale », a-t-il déclaré. «Je savais que cela allait se produire dès le 7 octobre. Et ça [the strike on aid workers] Cela a un peu accéléré les choses, mais malheureusement, cela allait y arriver quoi qu’il arrive.

Kalmanofsky a déclaré qu'il n'avait pas encore renoncé à la guerre. « Israël doit poursuivre ses objectifs de guerre avec urgence et il doit poursuivre ses objectifs humanitaires avec une urgence comparable », a-t-il déclaré. Et comme la grande majorité des synagogues américaines, sa congrégation récite une prière pour Israël. Mais il ajoute aussi quelque chose qui lui est propre.

« Je ne laisse jamais passer une semaine sans évoquer également les souffrances des Palestiniens », a-t-il déclaré. « Nous ne récitons pas de tefilah formelle [prayer]mais je ne laisse jamais passer un samedi sans en parler également.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

J'espère que vous avez apprécié cet article. Avant de partir, j'aimerais vous demander de soutenir le AvantLe journalisme primé de cette Pâque.

À l’ère de la désinformation, notre travail est plus que jamais nécessaire. Nous rapportons l’actualité qui compte le plus pour les Juifs américains, motivés par la vérité et non par l’idéologie.

À l'heure où les rédactions ferment ou réduisent leurs effectifs, le Avant a supprimé son paywall. Cela signifie que pour la première fois au cours de nos 126 ans d'histoire, Avant le journalisme est gratuit pour tous, partout. Avec une guerre en cours, une montée de l’antisémitisme et un flot de désinformation qui pourrait affecter les prochaines élections, nous pensons qu’un accès libre et ouvert au journalisme juif est impératif.

Des lecteurs comme vous rendent tout cela possible. En ce moment, nous sommes au milieu de notre collecte d'engagements pour la Pâque et nous avons besoin que 500 personnes se mobilisent et fassent un don pour soutenir notre journalisme fiable et indépendant.

Faites un don de n'importe quelle taille et devenez un Avant député aujourd'hui. Vous soutiendrez notre mission de raconter l’histoire juive américaine de manière complète et équitable.

—Rachel Fishman Feddersen, Editeur et PDG

Rejoignez notre mission de raconter l'histoire juive de manière complète et équitable.

Notre objectif : 500 cadeaux lors de notre campagne de promesses de don pour la Pâque !

18 $ 500 $

36 $ 180 $ Autre montant

★★★★★

Laisser un commentaire