L’invasion de l’Ukraine par la Russie déclenche par inadvertance une renaissance juive – en Arménie

EREVAN, Arménie (JTA) — C’est juste après le coucher du soleil, par une froide soirée de février, que Mama Jan commence à faire le plein de clients. Ce petit café chaleureux, situé dans la rue Alexander Speniaryan, à un pâté de maisons de la place de la Liberté d’Erevan, attire les passants avec son khashlama traditionnel (ragoût de viande arménien), son dolma (feuilles de vigne farcies) et sa grappa (eau-de-vie maison).

A l’intérieur, les mélodies d’Edith Piaf jouent doucement en fond sonore, tandis qu’un tableau près du bar répertorie les activités de la semaine à venir : samedi, une réunion du club anglophone ; Dimanche, une conférence sur le féminisme ; Mercredi, projection du film « Golda » et vendredi, Kabbalat Shabbat avec challah cuite au four et vin de grenade.

Tout cela est supervisé par Julia Kislev, une vive juive de Crimée qui a immigré en Israël en 1992, s’est installée dans le sud de Tel Aviv et a appris couramment l’hébreu. En 2016, Kislev a rejoint son mari, acteur arménien, à Erevan, et quatre ans plus tard, elle a ouvert Mama Jan – qui est depuis devenu le lieu de rassemblement non officiel des nouveaux Juifs d’Arménie, ceux déplacés par la guerre entre la Russie et l’Ukraine qui dure depuis deux ans.

« Ils trouvent leur abri ici », a déclaré Kislev, 55 ans, citoyen israélien bénéficiant du statut de résident local.

Un calendrier au Mama Jan Café, en face de la rue Alexander Speniaryan à Erevan, qui est devenu le lieu de rassemblement officieux des Juifs russes installés en Arménie depuis que la Russie a envahi l’Ukraine il y a deux ans. (Larry Luxner)

Au cours des deux années qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, cette ancienne république soviétique enclavée du Caucase a connu un afflux surprise de Juifs – pour la plupart de jeunes Russes libéraux opposés à la guerre, mais aussi des Ukrainiens en quête de refuge. Ensemble, leur arrivée a décuplé la population juive totale d’Arménie, passant de moins d’une centaine à bien plus de 1 000 aujourd’hui.

C’est un gros problème pour un pays ancien qui n’a jamais eu beaucoup de Juifs, même si l’Arménie – la première nation chrétienne du monde – possède un cimetière juif médiéval avec 64 pierres tombales en hébreu et en araméen datant de 1266.

L’Arménie est devenue une république soviétique en 1920 et, après la Seconde Guerre mondiale, des Juifs venus d’Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie et d’Azerbaïdjan se sont installés ici. Mais après l’effondrement de l’URSS elle-même en 1991, la quasi-totalité de la communauté juive, soit 15 000 familles, a émigré en masse vers Israël, ne laissant qu’une poignée de fidèles vieillissants pour empêcher la communauté en déclin de disparaître complètement.

Entrée de l’ancien cimetière juif de Yeghegis, en Arménie, qui contient près de 40 pierres tombales médiévales des XIIIe et XIVe siècles de notre ère inscrites en hébreu et en araméen. (Larry Luxner)

« Sans la guerre entre la Russie et l’Ukraine, il resterait peut-être 50 à 100 Juifs ici », a déclaré le rabbin Gershon Meir Burshtein, chef spirituel du centre religieux juif Mordechay Navi d’Arménie. « Nous pensions que ce serait la fin. Mais ensuite cet afflux de Juifs est venu de Russie, principalement des jeunes assoiffés de Yiddishkeit.»

Selon l’organisateur communautaire Nataniel Trubkin, quelque 120 000 citoyens russes ont fui vers ce territoire de 3 millions d’habitants de la taille du Maryland dans les semaines et les mois qui ont suivi l’attaque non provoquée du président Vladimir Poutine contre l’Ukraine.

Certains craignaient la conscription ; d’autres s’inquiétaient des sanctions et du gel des comptes bancaires. Leur arrivée a contribué à un boom local de la construction qui a contribué à augmenter le PIB de l’Arménie de 12 % en 2022 et de 8 % supplémentaires l’année dernière. Pourtant, de nombreux Russes sont depuis partis vers des pays tiers ou sont rentrés chez eux.

Selon Trubkin, parmi les Juifs russes qui restent, environ 60 % sont des Moscovites comme lui ; le reste vient principalement de Saint-Pétersbourg, Novossibirsk, Ekaterinbourg et Nijni Novgorod.

« Il y a peut-être ici plus de 1 000 Russes de sang juif, mais pour diverses raisons, ils n’ont pas partagé leur identité », a déclaré Trubkin, qui s’occupe de la rédaction et du marketing sur les réseaux sociaux pour diverses organisations juives. « Il est intéressant de noter que la plupart de ces personnes appartiennent à la même classe sociale, parfois même aux mêmes quartiers de Moscou. »

De même, sur les quelque 5 000 réfugiés ukrainiens restés en Arménie, environ 1 500 sont juifs.

De gauche à droite : Tatiana Kliuchnikova, Julia Kislev et Nataniel Trubkin au Mama Jan Café d’Erevan. Kliuchnikova et Troubkin font partie d’un millier de Juifs russes qui se sont installés en Arménie depuis que la Russie a envahi l’Ukraine il y a deux ans. (Larry Luxner)

Trubkin, 43 ans, fait partie des clients réguliers de Mama Jan, qui, sous la supervision de Kislev, organise des rassemblements pour toutes les grandes fêtes juives, notamment Hanoukka et Pourim. Burshtein, qui ressemble étrangement à Tevye le laitier, vient souvent au café pour diriger des prières, et certains des nouveaux arrivants russes ont commencé à assister aux services de Shabbat dans sa synagogue – la seule en Arménie.

L’une des raisons pour lesquelles l’Arménie est si attractive pour ces nouveaux arrivants – juifs ou non – est l’absence de restrictions en matière de visa. Il est également facile d’obtenir des vols vers Erevan depuis la Russie, où les voyages aériens sont limités en raison des sanctions imposées après le début de la guerre. De plus, disent les nouveaux arrivants russes, les habitants sont chaleureux et accueillants, tant envers les Russes que envers les Juifs.

Cela contraste fortement avec la Géorgie voisine, dont 20 % restent sous occupation militaire russe après l’invasion du Kremlin en 2008. Des graffitis anti-russes peuvent être vus partout à Tbilissi, où les immigrants russes, quelles que soient leurs convictions politiques, sont largement ressentis.

Et malgré le mécontentement de l’Arménie face aux ventes d’armes israéliennes à l’Azerbaïdjan, son ennemi juré, ainsi que le refus d’Israël de reconnaître officiellement le génocide ottoman de 1915 de plus d’un million d’Arméniens de souche, les nouveaux arrivants disent avoir été agréablement surpris de ne pas avoir été confrontés à ce genre d’antisémitisme violent. qui existe en Russie depuis des siècles.

« Dans les médias, l’Azerbaïdjan s’efforce de présenter l’Arménie comme un pays antisémite et intolérant. Je travaille ici dans les médias et je sais très bien comment cela fonctionne », a déclaré Troubkine, faisant référence aux avertissements réguliers émis par le gouvernement azerbaïdjanais selon lesquels l’Arménie est en proie au nazisme.

« Nous avons beaucoup d’expérience dans la lutte contre l’antisémitisme », a-t-il déclaré. « Nous n’en avons pas vu ici. »

C’est après une attaque particulièrement violente perpétrée par des néo-nazis locaux dans une station de métro de Moscou qu’Anton Ronis, 22 ans, originaire de Saint-Pétersbourg, a décidé de renoncer à sa place pour étudier l’économie dans une prestigieuse académie et de partir pour l’Arménie.

Anton Ronis est un juif russe et militant anti-Poutine de Saint-Pétersbourg qui vit maintenant en Arménie et est bénévole pour l’organisation ukrainienne à but non lucratif Dopomoga à Erevan. (Larry Luxner)

L’œil au beurre noir du jeune juif ressentit des sentiments cimentés qu’il éprouvait depuis le début de la guerre.

«Quand la guerre [against Ukraine] J’ai commencé, j’ai commencé à parler à mes amis à l’école, mais c’était comme parler à un mur », a déclaré Ronis, qui protestait contre le régime de Poutine. «J’ai réalisé que je ne pouvais pas influencer la situation. Je voulais être utile et j’ai compris qu’à Erevan, je pouvais faire plus qu’en Russie. Ceux qui soutiennent cette guerre sont des gens qui ont des idées très effrayantes et me considèrent comme leur ennemi idéologique.»

Depuis un an, Ronis fait du bénévolat auprès de Dopomoga, une organisation caritative arménienne qui offre aux nouveaux arrivants ukrainiens une aide humanitaire et des cours de langue.

Yan Schenkman, journaliste indépendant, a fui la Russie pour l’Arménie en mars 2022, quelques semaines seulement après le début de la guerre.

« Je n’avais aucune raison de rester à Moscou. C’était très dangereux pour moi », a déclaré cet homme de 51 ans, qui a écrit avant son départ sur les artistes, musiciens et autres dissidents pour divers médias imprimés et en ligne en langue russe. Il s’est également rendu en Israël mais ne s’y sent pas à l’aise car, dit-il, « les Israéliens sont très agressifs ».

Depuis son arrivée à Erevan, Schenkman a déclaré n’entendre qu’occasionnellement des commentaires antisémites.

« Les Arméniens savent qu’Israël soutient l’Azerbaïdjan dans ses ventes d’armes. Mais ils comprennent aussi que les Russes qui viennent ici n’ont rien de commun avec Poutine, de la même manière qu’ils font la distinction entre le gouvernement israélien et les Juifs ordinaires », a-t-il déclaré. « Chaque pays compte des gens fous et pleins de ressentiment qui font de la propagande. Heureusement, en Arménie, il n’y en a pas beaucoup.

Tatiana Kliuchnikova, 28 ans, est arrivée en Arménie le 3 mars 2022 – exactement une semaine après le début de la guerre – avec son mari Mikhaïl, 30 ans, qui avait déjà une expérience militaire.

« Nous savions qu’il serait parmi les premiers à être recrutés en cas de mobilisation, alors nous sommes venus ici », a déclaré Kliuchnikova, qui donne des cours d’anglais et de français et travaille également comme traductrice. « Nous sommes aussi allés en Israël pendant deux semaines pour voir ce que ça fait, mais nous ne connaissons pas la langue et c’est difficile de s’intégrer. Ici, on se sent accepté.»

Kliuchnikova a ajouté qu’en Arménie, le russe est largement parlé et qu’il est facile de gagner sa vie.

« Si vous me l’aviez demandé il y a six ans, je n’aurais pas pensé à quitter la Russie », a-t-elle déclaré. « Mais pour l’instant, nous voulons rester en Arménie. Nous ne voulons aller nulle part ailleurs.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire