Les manifestations contre Netanyahu s'intensifient en Israël alors que des milliers de personnes se rassemblent à Jérusalem et à Tel Aviv

(JTA) — Lors de la plus grande manifestation antigouvernementale depuis le 7 octobre, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Jérusalem pour appeler le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à démissionner et à ce qu'Israël parvienne à un accord pour libérer les otages détenus à Gaza.

La manifestation de dimanche soir a donné le coup d'envoi d'une veillée de quatre jours devant la Knesset, le parlement israélien, et fait suite à une manifestation antigouvernementale à Tel Aviv samedi soir qui a également attiré des milliers de personnes. À Jérusalem, les manifestants ont tenté de bloquer une autoroute voisine et ont allumé des feux de joie dans ses ruelles, tandis que certains installaient des tentes pour camper dans la capitale. Les organisateurs ont déclaré que 100 000 personnes avaient assisté à la manifestation.

Prises ensemble, les manifestations et leurs tactiques constituaient un retour aux jours précédant l’invasion d’Israël par le Hamas le 7 octobre, qui a déclenché la guerre. À cette époque, des manifestations hebdomadaires centrées sur Tel Aviv rassemblaient régulièrement plus de 100 000 personnes dans les rues pour protester contre le gouvernement de Netanyahu et ses efforts visant à affaiblir le système judiciaire.

Ces manifestations ont pris fin brusquement le 7 octobre et les groupes de protestation se sont tournés vers l'aide et les secours aux victimes de l'attaque ainsi qu'aux soldats. Mais récemment, certains de ces mêmes groupes ont organisé des manifestations hebdomadaires croissantes contre Netanyahu et ont appelé – souvent avec des membres des familles des otages – au gouvernement à faire davantage pour parvenir à un accord pour leur libération.

Les manifestants accusent le gouvernement de négligence lors des événements du 7 octobre et de son incapacité à faire sortir le reste des otages – plus de 100 ont été libérés lors d'un cessez-le-feu en novembre. Cette semaine, ils ont également critiqué la Knesset pour avoir pris une pause de six semaines qui débutera le 7 avril, jour du sixième mois de la guerre. Les sondages montrent que le gouvernement actuel, entré en fonction fin 2022, jouit d’un faible taux de popularité et qu’il perdrait les élections s’il se tenait aujourd’hui.

« Tout d'abord, nous voulons des élections parce que nous pensons que ce gouvernement ne représente pas le public et, deuxièmement, nous pensons que ce n'est pas le bon moment pour faire une pause alors que les otages sont toujours là », a déclaré Moshe Radman, un dirigeant du parti de Jérusalem. protestation, selon le Times of Israel.

Il reste plus de 130 otages à Gaza, dont une centaine seraient en vie. Les négociations indirectes entre Israël et le Hamas se sont arrêtées et ont repris ces dernières semaines, mais le Hamas a rejeté les offres israéliennes de cessez-le-feu temporaire et de libération des prisonniers sécuritaires palestiniens en échange des otages. Le groupe terroriste a exigé un cessez-le-feu permanent et un retrait complet d'Israël de Gaza.

Yair Lapid, le chef de l'opposition parlementaire israélienne, a pris la parole lors du rassemblement à Jérusalem et a critiqué le gouvernement pour son irresponsabilité et son inefficacité.

« Si nous voulons mettre fin à la guerre, nous avons besoin d'un autre gouvernement », Lapid dit. « Ce gouvernement ne gagnera pas. »

Itamar Ben-Gvir, le ministre d'extrême droite de la Sécurité nationale, a concentré ses critiques du rassemblement sur Frères d'armes, un groupe d'anciens combattants qui a dirigé les manifestations anti-réforme judiciaire l'année dernière et a été l'un des organisateurs de la manifestation de dimanche à Jérusalem.

« Je condamne farouchement l'organisation provocatrice 'Frères d'armes' qui s'emploie sans cesse à attiser les flammes de la guerre civile et à diviser la société israélienne », a déclaré Ben-Gvir. a écrit sur X, anciennement Twitter. « Ce sont eux qui ont mené une campagne pour refuser [military duty] avant le 7 octobre, et poursuivent désormais leur message de provocation et de haine. Ce sont les derniers à pouvoir prétendre se soucier de la sécurité d'Israël.»

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire