Les arguments juifs en faveur de l’inclusion, de l’équité et de la justice – quel que soit le nom

Par Gali Cooks19 juin 2024

Nous avons récemment célébré Chavouot, la fête marquant le don de la Torah. Mais lorsqu’on parle de Chavouot, la Torah elle-même ne mentionne jamais le don de la Torah ; les Sages devaient relier les points. Au lieu de cela, la Torah donne trois noms à cette fête : Fête des Semaines (Shavouot) ; Fête de la Moisson ; et Jour des Prémices. Ces trois noms sont curieusement vagues – voire évitants. Pourquoi devrais-je la Torah j'hésite tellement à nommer la Torah comme le sens de Chavouot ? La Torah a-t-elle honte ou peur de quelque chose ? Pourquoi ne pas être clair ?

Peut-être que cette étrange réticence est une allusion à la nature de la Torah. « Torah » signifie bien plus que deux tablettes, cinq livres, le TaNaKH, le Talmud ou tout autre texte fixe. La Torah est bien plus grande que son nom ; c'est une rencontre générative et sans fin entre le Divin et chaque Juif de l'histoire. Les métaphores traditionnelles de la Torah sont nombreuses : le « palais de la Torah » comporte de nombreuses pièces ; la Torah a « soixante-dix visages ».

Les noms peuvent détourner l’attention de ce qu’ils signifient.

Dans le discours communautaire juif après le 7 octobre et la montée mondiale de l'antisémitisme, de nombreuses personnes (y compris certains bailleurs de fonds juifs, dirigeants d’organisations et leaders d’opinion) ont commencé à attaquer passionnément le « DEI ». Pour les Juifs comme moi, profondément et personnellement engagés dans la création d’une communauté juive diversifiée, équitable et inclusive, cela a été douloureux. L’instinct surgit pour se mettre sur la défensive, affronter, combattre.

Mais pourquoi se bat-on ? Le plus souvent, c'est le nom.

Les noms collectent des connotations au-delà de leurs dénotations. Ils deviennent des signaux tribaux. Dans mon travail, j'ai eu l'expérience d'essayer quelque chose lié au DEI et de faire face à d'énormes refus, et lorsque j'ai changé le langage – pas même le fond, même le plus infime, juste la formulation ! — la résistance s'est évaporée.

Les dirigeants juifs que je connais, de toutes idéologies, de gauche à droite, veulent avoir une communauté juste où chacun a sa place.

Personne que je connais ne veut arriver à cette destination, et pourtant nous nous battons avec passion pour les étiquettes, les acronymes, les noms. Il est vrai que nous avons également des différences importantes concernant comment pour atteindre ces objectifs communs. Mais souvent, les conflits de terminologie nous empêchent d’avoir des conversations importantes sur nos visions et nos valeurs, dont nous avons un besoin urgent. Dans la foulée de Chavouot, je me rappelle que malgré de réels désaccords, je crois nous nous dirigeons tous vers la même montagne. Nous pouvons marcher ensemble même si nous ne sommes pas d’accord. La Torah n’est pas trop fière d’être généreusement large en nommant sa propre fête. Peut-être que nous pouvons tous en tirer des leçons.


« Moving Through the Wilderness : Recommitting to Equity After 10/7 » est un recueil de brefs essais nés d'Elevate : An Executive Leadership Equity Accelerator. Elevate a été lancé en mai 2023 et sa première cohorte était composée de onze PDG d'institutions juives influentes, attachés à la valeur juive et à la responsabilité d'équité au sein de notre communauté. L'idée de ce projet est née à Montgomery, en Alabama, lors de l'une des réunions en personne d'Elevate au début de 2024. Pour en savoir plus sur Elevate et les cofondateurs et dirigeants du programme, Gamal J. Palmer et Catherine Bell, cliquez sur ici.

Moving Through the Wilderness est présenté en partenariat avec le Avant, la principale voix du journalisme juif

★★★★★

Laisser un commentaire