Le Hamas aurait rejeté un cessez-le-feu de deux mois alors que la Maison Blanche et le Qatar déclarent que les négociations sont « sérieuses »

WASHINGTON (JTA) — Le Hamas aurait rejeté une offre israélienne de cessez-le-feu de deux mois en échange de la libération des otages détenus à Gaza, même si de hauts responsables américains et qatariens ont déclaré que les négociations visant à une pause prolongée dans la guerre étaient « sérieuses ».

Lundi, Axios a rapporté qu’Israël avait proposé une pause pouvant aller jusqu’à deux mois, pendant laquelle il libérerait les prisonniers palestiniens détenus pour atteinte à la sécurité et réduirait ses troupes à Gaza pendant que le Hamas libérerait les 136 otages qu’il détient. CNN a rapporté qu’une offre d’Israël inclurait le retrait de la direction du Hamas et d’autres groupes terroristes de Gaza.

Mais des rapports ultérieurs ont cité des responsables égyptiens, qui sont également partie aux négociations, affirmant que le Hamas rejetait tout ce qui ne serait pas un cessez-le-feu permanent et le retrait complet des troupes israéliennes, et qu’il n’accepterait pas l’exil de ses dirigeants.

Les terroristes du Hamas ont envahi Israël le 7 octobre, tuant plus de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, en brutalisant des milliers et en enlevant plus de 250. Plus de 25 000 Palestiniens ont été tués depuis qu’Israël a lancé des contre-attaques. Israël affirme qu’environ un tiers des victimes sont des combattants. Plus de 200 soldats israéliens ont été tués lors de l’invasion de Gaza.

La guerre a dévasté une grande partie de Gaza et déplacé la grande majorité de sa population de 2,3 millions de personnes. Les responsables internationaux de la santé affirment que la population est au bord de la famine. McGurk négocie également les conditions de l’entrée d’une aide humanitaire accrue dans la bande de Gaza.

En Israël, le débat sur l’effort de guerre est devenu plus animé, d’autant plus que 24 soldats ont été tués lundi, le jour le plus meurtrier de l’armée israélienne depuis le 7 octobre. Les proches des otages mènent un mouvement de protestation poussant le gouvernement à accepter un accord. pour leur libération, et certains proches ont interrompu une réunion de législateurs pour exiger que le gouvernement fasse davantage pour garantir la liberté de leurs proches.

Les responsables israéliens et du Hamas n’ont pas commenté les informations de cette semaine, mais les responsables américains et qatariens ont déclaré que les négociations étaient sérieuses, tout en refusant d’aborder les détails des informations.

John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, a déclaré mardi que Brett McGurk, coordinateur du président Joe Biden pour le Moyen-Orient, cherchait un accord lors de sa tournée dans la région. McGurk se trouve actuellement en Égypte, qui, en tant que seul autre pays frontalier de la bande de Gaza, joue un rôle clé dans la conclusion de tout accord.

« L’une des choses dont il parle dans la région est la possibilité d’un nouvel accord d’otages, qui nécessiterait une pause humanitaire d’une certaine durée pour y parvenir, et c’est certainement à l’ordre du jour », a-t-il déclaré, tout en refusant de confirmer les détails. des rapports. « Les conversations sont très sobres et sérieuses sur la tentative de conclure un autre accord d’otages. »

Dans le cadre d’un accord négocié par le Qatar, l’Égypte et les États-Unis en novembre, Israël et le Hamas ont cessé le feu pendant environ une semaine, échangeant plus de 100 otages contre environ trois fois plus de prisonniers palestiniens. Une poignée d’otages ont été libérés ou secourus séparément plus tôt, et au moins trois otages ont été tués par erreur par des tirs israéliens. Au moins 20 otages seraient morts ; l’accord proposé par Israël inclurait la restitution de leurs corps.

Majed Al Ansari, le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, a déclaré que les négociations étaient suffisamment avancées pour se montrer optimiste. Le Qatar est l’un des rares pays qui entretient de nombreuses relations avec le Hamas, dont les dirigeants politiques vivent au Qatar et qui a financé le mouvement.

« Je ne peux pas commenter les spécificités de la médiation en cours, mais ce que je peux dire, c’est que nous sommes engagés dans des discussions sérieuses avec les deux parties, nous avons présenté des idées aux deux parties, nous recevons un flux constant de réponses. des deux côtés, et cela en soi est une raison d’être optimiste », a-t-il déclaré.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire