La véritable histoire juive du lieutenant Robert « Rosie » Rosenthal, pilote héroïque dans « Masters of the Air » sur Apple TV+

Spoilers à venir pour la « neuvième partie » de « Masters of the Air » sur Apple TV+.

(JTA) — Lorsque le bombardier B-17 du lieutenant-colonel Robert Rosenthal a explosé lors de sa dernière mission de combat pendant la Seconde Guerre mondiale, le 3 février 1945, il s'est retrouvé au milieu d'un champ de bataille où s'affrontaient des soldats russes et allemands.

Rosenthal a été récupéré par l'Armée rouge et transporté par les Russes vers son unité de l'armée de l'air, le 100e groupe de bombardement, connu sous le nom de « Centième sanglant ».

La scène est dramatisée dans le dernier épisode de la mini-série Apple TV+ « Masters of the Air », diffusée le 15 mars et basée sur le livre du même nom. Un documentaire compagnon fait également ses débuts vendredi sur la plateforme de streaming. Dans la finale de la série, Rosenthal s'arrête dans une base de l'armée de l'air russe à Poznan, en Pologne. En attendant son transport, il erre dans le camp de concentration de Zabikowo – où il voit des cadavres vêtus de vêtements rayés et ce qui semble être une chambre à gaz avec des mots en hébreu et une étoile de David griffonnée sur le mur.

La scène touche clairement Rosenthal, visiblement secoué par ce dont il est témoin. En voyant l'étoile de David gravée dans le mur, Rosenthal pose tendrement sa main dessus et laisse échapper un léger halètement.

La séquence, dans laquelle Rosenthal parle également yiddish, montre clairement ce qui n'avait pas été explicitement révélé dans les huit épisodes précédents : Rosenthal, joué par Nate Mann, est juif.

« Il est peut-être l'un des êtres humains les plus étonnants sur lesquels j'ai jamais eu l'honneur d'écrire », a déclaré John Orloff, scénariste et co-créateur de la série, qui n'est pas juif, à la Jewish Telegraphic Agency.

Orloff a déclaré que la série était en préparation depuis une décennie. Il s'agit du dernier volet d'une série de projets télévisés et cinématographiques importants sur la Seconde Guerre mondiale, impliquant les producteurs exécutifs Tom Hanks et Steven Spielberg, qui présentaient également des intrigues juives.

« Je suis encore en train de traiter tout cela parce que c'est dans mon esprit et seulement dans mon esprit depuis 10 ans, et maintenant c'est dans l'esprit de tout un tas d'autres personnes », a déclaré Orloff. «Donc, je m'habitue en quelque sorte à ça. Mais c'est vraiment excitant de voir les gens réagir avec autant d'enthousiasme.

La série a reçu des critiques largement positives, avec une note de 86 % sur le site de divertissement Rotten Tomatoes. Selon Variety, « Masters of the Air », dont la première a eu lieu le 26 janvier, a attiré plus de téléspectateurs lors de son week-end d'ouverture que toute autre émission Apple TV+, dépassant des succès tels que « Severance » et « The Morning Show ».

Rosenthal, connu sous le nom de son unité « Rosie », apparaît pour la première fois dans le quatrième épisode de la série et devient rapidement un personnage principal alors que le 100e groupe de bombardement poursuit sa mission européenne.

Photo de groupe devant un avion de l'armée de l'air

Le lieutenant Robert Rosenthal, deuxième en partant de la gauche au premier rang, avec son 418e équipage devant son avion, « Rosie's Riveters ». (Avec l'aimable autorisation de la Fondation 100th Bomb Group)

Né dans une famille juive à Brooklyn, le vrai Rosenthal a obtenu son diplôme en droit à la Brooklyn Law School et travaillait dans un cabinet d'avocats de Manhattan lorsque le Japon a attaqué Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Il s'est enrôlé dans l'armée le lendemain.

Rosenthal a effectué 52 missions de combat – plus du double des 25 accomplies par la plupart des soldats – et a été abattu deux fois. Pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, Rosenthal a reçu plus d'une douzaine de récompenses militaires prestigieuses, dont deux Purple Hearts, la Distinguished Service Cross et deux Silver Stars.

Après la guerre, Rosenthal rejoint l'équipe du parquet au procès de Nuremberg, où il interroge le leader nazi Hermann Göring. Au cours du voyage océanique jusqu'à Nuremberg, Rosenthal a rencontré Phillis Heller, une collègue avocate qui avait servi dans la réserve navale féminine américaine. Ils se sont mariés à Nuremberg et ont passé leur lune de miel dans la tristement célèbre station balnéaire d'Hitler, le « Nid d'Aigle », dans le sud de l'Allemagne. (Ils n’étaient pas le seul couple de militaires juifs à célébrer un mariage dans ce lieu tristement célèbre.)

Rosenthal est décédé en 2007 à l'âge de 89 ans des suites d'un myélome multiple. Orloff a déclaré qu'il n'avait jamais eu la chance de rencontrer Rosenthal, mais qu'il avait appris son histoire grâce à l'un de ses fils et à d'autres personnes qui le connaissaient.

« Je suis tellement touché par Robert Rosenthal que je ne sais même pas par où commencer », a déclaré Orloff.

La série suit les traces de « Il faut sauver le soldat Ryan » de 1998, réalisé par Spielberg et mettant en vedette Hanks, qui mettait en évidence un personnage juif parmi les GI qu'elle représentait. Spielberg et Hanks ont ensuite produit la mini-série HBO « Band of Brothers », une dramatisation des batailles cruciales d'une compagnie de parachutistes à travers l'Europe dont l'avant-dernier épisode – écrit par Orloff – est également centré sur les soldats découvrant un camp de concentration.

« Les Maîtres de l'Air » arrive plus d'une décennie après la dernière série de Spielberg et Hanks sur la Seconde Guerre mondiale, « The Pacific » de HBO, et dans un contexte différent – ​​alors que l'extrême droite gagne en popularité à travers l'Europe.

« C'est très émouvant pour moi, parce que lorsque nous montrons des avions qui s'écrasent dans la série, ce ne sont pas seulement des avions aléatoires. Ces tirs réels sont basés sur de véritables avions qui se sont écrasés », a déclaré Orloff. « Donc, chaque jour, j'écrivais sur « ces 10 hommes sont morts pour vaincre le fascisme ». »

Orloff a ajouté : « En fait, je ne pense pas que ce soit une coïncidence si la plus grande génération s'éteint alors que nous assistons à cette résurgence. Je pense que la mémoire institutionnelle expliquant pourquoi le fascisme et l’autoritarisme sont mauvais s’érode lentement dans notre société. »

Pour Rosenthal dans la vraie vie, sa motivation à servir ne se limitait pas à son identité juive.

«Je n'ai aucune raison personnelle. Tout ce que j'ai fait ou espère faire, c'est parce que je déteste la persécution », a déclaré Rosenthal à Donald Miller, auteur de « Masters of the Air: America's Bomber Boys Who Fought the Air War Against Nazi Germany », selon sa nécrologie dans le New York Times. Fois. « Un être humain doit veiller sur les autres êtres humains, sinon il n'y aura pas de civilisation. »

Pour Orloff, la décision de Rosenthal de se remettre en route après avoir accompli ses 25 missions initiales résume sa boussole morale distincte.

« Son humanisme était plus grand que n'importe quelle définition unique de l'identité », a déclaré Orloff.

Bien que le judaïsme n'ait peut-être pas été le principal facteur de motivation de Rosenthal, la scène du camp de concentration dans la finale de la série – qui, selon Orloff, s'est réellement produite – montre à nu que le poids de la lutte contre les nazis, d'abord en tant que soldat puis en tant que procureur, était trop lourd à supporter. ignorer.

En finale, immédiatement après avoir quitté le camp, Rosenthal rencontre un réfugié qui lui explique, en yiddish, que toute sa famille a été assassinée par les Allemands, qui l'avaient forcé à les enterrer lui-même.

L’intégralité de l’échange est traduite en sous-titres à l’écran – sauf lorsque Rosenthal demande à l’homme où il ira ensuite. La réponse du réfugié n'est pas affichée, mais elle inclut une référence claire à la « Palestine ».

En entendant la réponse, Rosenthal se penche et dit doucement à l'homme, en yiddish : « Va avec Dieu ».

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire