Israël exclut le président brésilien après que Lula ait comparé la guerre à Gaza à l’Holocauste

RIO DE JANEIRO, Brésil (JTA) — Un fossé majeur entre le Brésil et Israël s’est creusé après que le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, ait comparé la guerre israélienne à Gaza à l’Holocauste.

Les liens entre les deux pays se sont tendus l’année dernière lorsque da Silva, un homme politique de gauche connu sous le nom de Lula qui critique depuis longtemps Israël, a battu de peu Jair Bolsanaro, un allié de droite d’Israël, pour reconquérir la présidence. Lula avait été président de 2003 à 2010, période qui comprenait le premier voyage d’un chef d’État brésilien à Jérusalem depuis 1876.

Aujourd’hui, Israël a interdit à Lula de venir en visite et le Brésil a rappelé son ambassadeur en raison des retombées des propos du président tenus dimanche lors du 37e sommet de l’Union africaine en Éthiopie.

Là, Lula a accusé Israël d’avoir commis un génocide et de mener une guerre contre « les femmes et les enfants » à Gaza.

« Ce qui se passe dans la bande de Gaza avec le peuple palestinien n’a pas d’équivalent dans d’autres moments historiques. En fait, cela existait quand Hitler a décidé de tuer les Juifs », a déclaré Lula en s’adressant aux journalistes. « Ce n’est pas une guerre de soldats contre soldats. C’est une guerre entre une armée hautement préparée et des femmes et des enfants.»

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré lundi que le nombre de morts à Gaza, qui abrite plus de 2 millions de Palestiniens, avait dépassé les 29 000. Les chiffres ne font pas de distinction entre combattants et civils. Israël a déclaré lundi qu’il estimait avoir tué 12 000 terroristes du Hamas à Gaza, tandis que les alliés du groupe terroriste ont déclaré qu’ils estimaient avoir perdu 6 000 combattants.

Lula, dont le ministre des Affaires étrangères avait alors dénoncé l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, a également souligné l’importance de condamner les attaques du Hamas visant des civils israéliens.

Le gouvernement israélien a réagi rapidement et durement aux remarques de Lula.

« Nous n’oublierons ni ne pardonnerons », a déclaré le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz. « Il s’agit d’une grave attaque antisémite. En mon nom et au nom des citoyens d’Israël : dites au président Lula qu’il est persona non grata en Israël jusqu’à ce qu’il le reprenne. »

Sur X, anciennement Twitter, Katz a écrit qu’Israël a le « droit de se défendre » et que l’ambassadeur du Brésil en Israël serait convoqué à son bureau pour une réprimande.

Katz aurait convoqué l’ambassadeur du Brésil en Israël pour une réprimande formelle, prononcée à Yad Vashem, le mémorial national israélien dédié aux deux tiers des Juifs européens assassinés par les nazis pendant l’Holocauste. Par la suite, Lula a rappelé l’ambassadeur Federico Meyer au Brésil, même si l’ambassade du Brésil en Israël reste ouverte.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également tweeté condamnation du président brésilien. Netanyahu a qualifié les propos de Lula de « honteux » et de « sérieux » et l’a accusé de « banaliser » l’Holocauste.

« Comparer Israël à l’Holocauste nazi et à Hitler, c’est franchir une ligne rouge », a écrit Netanyahu. « Israël se bat pour sa défense et pour assurer son avenir jusqu’à une victoire complète et il le fait dans le respect du droit international. »

Parallèlement, le Hamas a accueilli favorablement les remarques de Lula et a exprimé sa gratitude au président brésilien pour avoir établi des parallèles entre l’Holocauste et le conflit en cours à Gaza.

La Confédération israélite brésilienne, l’organisation faîtière juive du pays, a qualifié dans un communiqué la comparaison de Lula de « sans fondement ». Son président, Claudio Lottenberg, a déclaré dans une interview télévisée qu’il s’était rendu à Yad Vashem avec Lula et pensait que Lula s’était mal exprimé en Éthiopie.

« Le président Lula est très sensible à tout ce qui s’est passé en relation avec l’Holocauste », a déclaré Lottenberg à Globonews. « Donc, quand il compare des choses qui sont incomparables, on se rend compte que cela se fait de manière improvisée. »

Lottenberg a également déclaré dans l’interview qu’il n’était pas sûr qu’Israël ait besoin de réprimander officiellement l’ambassadeur du Brésil.

« Je pense que tout cela devrait être traité avec un peu plus de maturité », a-t-il déclaré. « Pour moi, il suffisait que le président se repositionne. Et c’est si simple : combien d’entre nous, parfois, finissent par dépasser certaines limites, en disant des choses qu’il faut souvent retirer. Mais j’avoue que c’était une déception.

Des sources au courant de la fracture diplomatique ont déclaré aux médias israéliens que le Brésil n’avait pas l’intention de revenir en arrière ou de s’excuser pour les remarques de Lula, condition posée par Israël pour lui permettre de se rendre en visite à l’avenir.

Lula a suscité des critiques de la part d’Israël et des Juifs dans le passé. En 2009, il a chaleureusement accueilli l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad, un négationniste notoire de l’Holocauste dont le régime a persécuté les minorités et les détracteurs, pour une visite qui a suscité des critiques internationales.

Un an plus tard, Lula effectuait son voyage historique en Israël. Il a cependant refusé de visiter la tombe de Theodor Herzl, qui faisait partie de l’itinéraire des visites de responsables étrangers en l’honneur du 150e anniversaire du père du sionisme. Quelques jours plus tard, il a déposé une couronne sur la tombe de Yasser Arafat à Ramallah. Au cours du dernier mois de son mandat, son gouvernement a officiellement reconnu un État palestinien.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire