Israël et le Hamas envisagent un nouvel accord sur la libération des otages alors que les troubles secouent la région

(JTA) — Israël et le Hamas envisageaient le dernier accord sur les otages, ont déclaré des responsables des deux côtés, alors qu'un citoyen arabe israélien a poignardé à mort un soldat dans le nord d'Israël et que les troubles continuaient de secouer la région.

Le Mossad et le Hamas ont tous deux publié mercredi des déclarations concises affirmant qu'ils avaient en main la dernière version d'un accord qui mettrait fin aux hostilités pendant au moins six semaines pendant qu'Israël et le Hamas échangeraient des otages contre des prisonniers palestiniens.

« Les médiateurs de l'accord sur les otages ont transmis à l'équipe de négociation les remarques du Hamas sur les grandes lignes de l'accord », a déclaré l'agence de renseignement du Mossad dans son communiqué, faisant référence à l'Egypte et au Qatar, qui ont sollicité l'avis du Hamas sur le dernier compromis. « Israël évalue ces remarques et transmettra sa réponse aux médiateurs. »

Le Hamas n'a pas non plus donné de réponse précise dans son communiqué. « Nous avons échangé des idées avec les frères médiateurs dans le but de mettre un terme à l'agression contre notre peuple palestinien », a-t-il ajouté.

Axios a cité deux responsables israéliens qui ont déclaré que la contribution du Hamas était « bien meilleure » que ses réponses précédentes.

Ce que cela signifie n'est pas encore clair. L'accord, proposé en mai par l'administration Biden avec l'approbation d'Israël, arrêterait les combats pendant six semaines pendant qu'Israël obtiendrait les otages encore détenus par le Hamas – au nombre de 120, vivants et morts, selon les estimations – en échange de la libération des prisonniers palestiniens.

Jusqu'à présent, les désaccords sur la question de savoir qui reste et qui part ont empêché toute action ultérieure sur l'accord. Israël veut que le Hamas soit démantelé, politiquement et militairement, pour mettre fin à la guerre. Le Hamas veut que les troupes israéliennes quittent entièrement l'enclave.

L'armée israélienne craint que l'absence de cessation des combats à Gaza ne conduise à une guerre ouverte sur plusieurs fronts. Le lendemain du déclenchement de la guerre par le Hamas le 7 octobre, avec des massacres en Israël, le Hezbollah a ouvert un autre front à la frontière avec le Liban, et ses dirigeants ont déclaré qu'ils ne se retireraient pas tant que le Hamas ne serait pas prêt à le faire aussi. Le Hamas et le Hezbollah sont tous deux soutenus par l'Iran.

Les deux parties ont réussi à maintenir à un niveau bas les échanges de tirs qui ont suivi à la frontière nord d'Israël, mais ces dernières semaines, la situation a menacé de s'aggraver. Selon des informations en provenance du Liban, Israël a tué mercredi un haut responsable du Hezbollah lors d'une frappe. Les précédents assassinats de ce type ont été suivis d'échanges de tirs intensifiés.

Les combats continuent de faire rage dans la bande de Gaza. L'armée a annoncé qu'un soldat a été tué et trois autres grièvement blessés mercredi lors de combats dans le nord de la bande de Gaza, une zone que l'armée considérait jusqu'alors comme calme.

Un assaillant arabe israélien a quant à lui été tué après avoir poignardé trois personnes dans un centre commercial de Carmiel, une ville du nord d'Israël, tuant un soldat. La guerre n'a jusqu'à présent pas donné lieu à des violences interethniques en Israël, contrairement à l'embrasement de 2021 entre Israël et le Hamas qui a conduit à des affrontements de rue dans certaines villes mixtes arabo-juives.

Un autre facteur de déstabilisation est l'agitation en Cisjordanie, alimentée en partie par les colons encouragés par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui comprend des ministres extrémistes favorables aux colonies. L'Associated Press et Peace Now, un groupe de surveillance des colonies, ont rapporté mercredi que le gouvernement s'était approprié 12 kilomètres carrés de terres dans la vallée du Jourdain, la plus grande expropriation de ce type depuis des décennies.

L'armée a rapporté que des colons masqués de Cisjordanie ont attaqué mercredi un véhicule de l'administration civile transportant un officier supérieur israélien après que l'armée a évacué une colonie jugée illégale selon la loi israélienne. Les colons masqués ont lancé des pierres sur la voiture, brisant ses vitres, ainsi qu'une bombe incendiaire.

Le lieutenant général Herzi Halevi, chef d’état-major de l’armée, a qualifié l’attaque d’« incident grave et violent, qui doit être dénoncé et condamné. La loi doit être appliquée rapidement et sans délai aux émeutiers qui ont attaqué les forces de sécurité alors qu’elles tentaient de mener à bien leur mission ».

★★★★★

Laisser un commentaire