Frieda Johles Forman, féministe « fougueuse » qui a redécouvert les auteurs yiddish, est décédée à 87 ans

Bien que Frieda Johles Forman ait grandi en parlant le yiddish en Europe et à New York, ce n'est que lorsqu'elle a déménagé au Canada à l'âge adulte qu'elle s'est familiarisée avec de grandes écrivaines yiddish.

Dans le bus à Toronto, a-t-elle déclaré au Yiddish Book Centre dans une histoire orale, Forman traversait des quartiers juifs où « il y avait beaucoup de survivants et ils parlaient yiddish. Alors je prenais ce bus et j’entendais le yiddish et j’étais très… j’en avais très envie. À la suggestion de sa fille, elle a décidé de suivre un séminaire d'un mois sur le yiddish à l'Université d'Oxford, ce qui a inspiré une recherche de femmes écrivains qui allait finalement se transformer en une collection révolutionnaire de fictions en prose yiddish écrites par des femmes.

«J'étais une féministe fabrente», a déclaré Forman, utilisant le mot yiddish pour «fougueux», à une doctorante qui l'a interviewée l'année dernière. « Quelles histoires représentent la plus grande histoire pour les femmes yiddish ou les femmes juives ? En d’autres termes, quelles histoires ont été les plus révélatrices ?

Forman, une pionnière des études féministes juives, est décédée le 9 juin à l'Hôpital général de Toronto. Elle avait 87 ans.

Le livre qu’elle a édité et traduit, « Found Treasures: Stories By Yiddish Women Writers », était la première anthologie de ce type lors de sa publication en 1994, mettant en vedette 18 écrivains dont les écrits n’étaient auparavant disponibles qu’en yiddish.

« 'Found Treasures' a revigoré l'impulsion de mettre en valeur les voix littéraires des écrivaines yiddish », a écrit Julie Sharff, l'étudiante qui a interviewé Forman l'année dernière pour la revue In geveb. Jusqu’à sa publication, les écrivaines yiddish étaient souvent considérées comme de simples « poètes » – sans importance en plus – qui n’avaient pas créé un corpus valable de prose importante. « 'Found Treasures' est une preuve contre ces deux accusations, et se concentre tout en se concentrant sur des récits qui donnent la priorité aux expériences des femmes », a écrit Sharff.

Forman travaillait dans un centre de recherche à l’Université de Toronto, a-t-elle déclaré à Sharff, lorsque « j’ai commencé à voir le monde entier à travers des yeux féministes, mais aussi yiddish – ils étaient partenaires ». Au Centre d'études hébraïques et juives d'Oxford, en Angleterre, elle a commencé à faire des recherches sur les écrivaines yiddish en prose, et un mentor l'a exhortée à parcourir les huit volumes du « Dictionnaire biographique de la littérature juive moderne », connu en yiddish sous le nom de « Leksikon », pour des noms.

Forman a rassemblé un collectif de femmes érudites yiddish qui ont découvert dans les archives et les vieilles bibliothèques des œuvres oubliées d'écrivains comme Rokhl Brokhes, Fradel Shtock et Rikudah Potash, et les ont traduites pour ce qui est devenu « Found Voices ».

Forman a également enseigné le tout premier cours d'études sur les femmes à l'Ontario College of Art (avant qu'il ne devienne l'Université OCAD) et y a fondé la première conférence interdisciplinaire sur l'art féministe en 1971.

Elle a fondé et dirigé pendant deux décennies le Centre de ressources éducatives pour les femmes de l'Institut d'études pédagogiques de l'Ontario de l'Université de Toronto. Elle a également fondé Kids Can Press, un éditeur canadien de livres pour enfants.

«J'ai travaillé avec elle au Women's Educational Resource Centre pendant 10 ans et elle m'a conseillé de manière informelle sur mon travail de doctorat en éducation artistique féministe – que, grâce à son inspiration, j'ai pu réaliser comme l'un des premiers de deux projets axés sur les arts. thèses de recherche à l'OISE », a déclaré Pam Patterson, professeure adjointe à l'OCAD, dans un communiqué. « C'était une femme courageuse, brillante et extraordinaire. »

Les livres de Forman incluent « Le livre d'exil des écrivaines yiddish » (2013), « Prendre notre temps : perspectives féministes sur la temporalité » (1989) et « Les réfugiés juifs en Suisse pendant l'Holocauste : un mémoire d'enfance et d'histoire » (1994).

Frieda Johles Forman est née à Vienne en 1937 dans une famille orthodoxe parlant le yiddish. Pendant la guerre, elle et sa famille ont fui vers Toulouse et finalement vers la Suisse à bord de ce qu'elle a appelé « le dernier train de la Belgique vers la France ». Après la guerre, elle et ses parents ont émigré dans la région de Boston où elle a fréquenté la « Boston Yeshivah » du rabbin Joseph B. Soloveitchik, l'école latine pour filles et le collège hébreu.

Elle a obtenu une maîtrise en philosophie après avoir déménagé à New York et étudié au City College et enseigné l'hébreu et le juif.

À la fin des années 1960, elle et son mari ont déménagé au Canada et elle a accepté un emploi à l'Ontario College of Art. En plus de ses recherches et de ses écrits, elle a dirigé des ateliers sur la littérature yiddish au Center for Women's Studies, aujourd'hui appelé Workers Circle, et à la congrégation B'nai Jeshurun ​​de New York.

Lorsqu’on lui a demandé quel genre d’étudiants étaient attirés par ses livres et ses cours, Forman a répondu : « différentes générations ont été attirées par le yiddish. Tu ne peux pas simplement dire que c'est [only] les gens qui le font pour des raisons sentimentales, ils se souviennent de leur grand-mère, 'di bobe [grandmother] Esther Zemmel. J'ai lu beaucoup de gens écrivant sur ce que signifiait pour eux étudier le yiddish. Et ils disent à quel point c’était merveilleux d’être dans un cours. Et voir ces mots et les entendre, car le yiddish est une langue très auditive. Ça sonne bien. »

Ses survivants comprennent deux enfants et quatre petits-enfants.

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

★★★★★

Laisser un commentaire