Des universitaires israéliens subissent des réactions négatives après avoir signé une lettre accusant Israël de « génocide plausible » à Gaza

(JTA) — Un professeur d’une université israélienne prend un congé sans solde après que des étudiants ont exigé qu’il soit renvoyé pour avoir signé une pétition affirmant qu’Israël « semble » être coupable de génocide.

Regev Nathansohn, qui enseigne les communications au Sapir College, est l’un des deux douzaines d’universitaires israéliens qui ont signé une pétition appelant les États-Unis à cesser d’armer Israël dans sa guerre contre le Hamas. La pétition, signée par plus de 1 000 universitaires du monde entier, qualifie la conduite d'Israël de « génocide plausible ».

« Président Biden, ne laissez pas les États-Unis entrer dans l’histoire comme ceux qui ont facilité le génocide », affirme la pétition, qui compte plus de 1 000 signataires, émanant d’un groupe appelé Academics4Peace. « Respectez les obligations des États-Unis en vertu du droit international et de la moralité fondamentale. La seule façon de mettre fin à la famine qui frappe deux millions de personnes, dont plus de 100 otages israéliens, est de mettre fin à cette guerre. »

Sapir est situé à la frontière de Gaza, près de la ville de Sderot, qui a été l'un des sites attaqués lors de l'invasion d'Israël par le Hamas le 7 octobre. De nombreux étudiants et membres du personnel de l'école sont originaires de la région, et des centaines d'étudiants ont signé une lettre demandant à l'administration du collège de licencier Nathansohn pour avoir signé la pétition. Israël rejette les accusations de génocide et affirme prendre des mesures pour éviter les pertes civiles.

« Nous ne tolérerons pas les éducateurs qui incitent et appellent au boycott de notre pays, ni ceux qui calomnient nos soldats », affirment les étudiants dans leur lettre.

Nathansohn n'a pas été licencié. Mais l'école a publié une déclaration à la presse condamnant la pétition, éloignant Sapir de son contenu et affirmant qu'elle lui avait demandé de ne pas utiliser son affiliation universitaire lors de ses déclarations politiques. Depuis lors, Nathansohn et l’administration se disputent sur ce que l’université doit à l’un de ses professeurs, si et comment il doit être protégé et, plus largement, jusqu’où doit s’étendre la liberté académique.

Nathansohn, qui a obtenu son doctorat à l'Université du Michigan, est l'un des cinq signataires israéliens au moins qui ont fait face à d'intenses réactions de la part des étudiants, selon l'organisatrice de la pétition, Shira Klein, professeur d'histoire israélo-américaine à l'Université Chapman en Californie. Elle a précisé que les autres sont Eran Fisher de l'Université ouverte d'Israël et trois universitaires de l'Université Ben Gourion de Beer Sheva : Michal Givoni, Maor Zeev-Wolf et Uri Mor. Klein a souligné les messages d'étudiants les dénonçant sur les réseaux sociaux et dans une pétition en ligne, ainsi que, dans un cas, une manifestation sur un campus.

Au total, plus de 20 universitaires israéliens ont signé la lettre, sur un total de plus de 1 000. En dehors d’Israël, les signataires comprennent deux lauréats du prix Nobel et de nombreux spécialistes de l’Holocauste et de l’histoire juive. Klein est un expert de l’Holocauste et a étudié l’antisémitisme contemporain.

Les conflits sur les campus sont particulièrement notables en Israël, où les établissements d’enseignement supérieur – dont Sapir – sont l’un des rares espaces dans lesquels les Israéliens juifs et arabes interagissent. D'autres conflits universitaires ont éclaté dans le pays depuis le 7 octobre.

« Nous condamnons avec force la rhétorique contre les soldats de Tsahal et prenons très au sérieux l'offense ressentie par les étudiants », indique le communiqué de Sapir. « Nous devons clarifier sans aucun doute : la pétition et ses signataires ne représentent en aucune manière Sapir. »

Il poursuit : « Tout en respectant les principes fondamentaux de liberté académique et de liberté d'expression, que le collège a respectés depuis sa création, le collège a demandé sans équivoque au professeur de ne pas utiliser le nom du collège dans des contextes personnels et/ou politiques et qu'il ne le fait pas. Je ne représenterai pas le collège dans ces contextes.

Nathansohn a déclaré que le collège aurait dû faire davantage pour défendre son droit à la libre expression. Suite à la couverture de la lettre des étudiants dans la presse israélienne, il a déclaré avoir reçu des appels téléphoniques anonymes ainsi que des messages de collègues professeurs le condamnant.

Dans une lettre adressée aux administrateurs de Sapir le 28 mars, Nathansohn écrit qu'ils n'ont pas « empêché la création d'une atmosphère de travail hostile au sein du collège ». Il a déclaré qu'il ne pouvait pas enseigner au semestre de printemps, qui devait commencer le 1er avril, et a demandé un congé.

Les administrateurs ont compris son e-mail comme une demande de congé sans solde, ont déclaré que l'octroi d'un congé payé ne serait pas possible selon les règlements de l'école et ont proposé un congé sans solde de six mois, selon la correspondance examinée par la Jewish Telegraphic Agency. Les administrateurs ont également rejeté ses accusations, affirmant qu'ils avaient vigoureusement défendu son maintien dans son emploi en invoquant la liberté académique.

« Ces derniers jours, nous avons défendu sans équivoque votre droit d'exprimer votre opinion en tant que citoyen privé, face à toute une série de fronts auxquels nous sommes confrontés, depuis l'association des étudiants jusqu'aux agences gouvernementales », lit-on dans une lettre datée du 1er avril. de la PDG de Sapir, Orna Gigi, et de son recteur, Omri Herzog. Le collège n'a pas répondu à une demande de commentaires de JTA.

Nathansohn a finalement accepté de prendre un congé sans solde, mais il ne considérait pas ce choix comme volontaire. Il a déclaré que les restrictions concernant l'utilisation de son affiliation universitaire dans les pétitions étaient injustes et que, si elles s'appliquaient uniquement à lui, elles pourraient constituer un double standard illégal.

« Ils m’ont présenté un choix mafieux : soit retourner enseigner sans protection et avec une liberté d’expression plus limitée, soit rester en congé sans solde qui affecte considérablement mes moyens de subsistance », a déclaré Nathansohn.

Un journaliste de la chaîne israélienne Channel 14 tweeté les noms des signataires de la récente pétition qui travaillent dans des collèges et universités israéliens. Le message a suscité l'indignation de nombreux utilisateurs, certains accusant les universitaires de trahison.

Cette pétition est la quatrième organisée par Academics4Peace. Le premier, mis en ligne en août, avant la guerre entre Israël et le Hamas, cherchait à attirer l'attention sur le traitement réservé par Israël aux Palestiniens, dans un contexte de protestations massives contre les efforts du gouvernement visant à affaiblir le système judiciaire. Les trois prochaines se sont concentrées sur le 7 octobre et ses conséquences.

Parallèlement aux lettres lui demandant de faire face aux conséquences, Nathansohn a reçu le soutien d'un certain nombre d'associations universitaires et de professeurs. Un collègue universitaire a écrit dans un courrier électronique adressé à la direction de Sapir que Nathansohn « a été soumis à des persécutions politiques et à un traitement injuste de la part d'acteurs au sein de la communauté du Sapir Academic College et en particulier de la part de sa direction ».

Herzog a répondu que Sapir s'est efforcé de maintenir ses valeurs dans un environnement de plus en plus difficile.

« Nous sommes serv[ing] en tant que gardien, avec toutes les complexités dont vous pouvez ou non être conscient, a-t-il écrit. « Je suis fier du travail que nous accomplissons dans les salles de classe et sur le campus. »

Cet article a été initialement publié sur JTA.org.

J'espère que vous avez apprécié cet article. Avant de partir, j'aimerais vous demander de soutenir le AvantLe journalisme primé de cette Pâque.

À l’ère de la désinformation, notre travail est plus que jamais nécessaire. Nous rapportons l’actualité qui compte le plus pour les Juifs américains, motivés par la vérité et non par l’idéologie.

À l'heure où les rédactions ferment ou réduisent leurs effectifs, le Avant a supprimé son paywall. Cela signifie que pour la première fois au cours de nos 126 ans d'histoire, Avant le journalisme est gratuit pour tous, partout. Avec une guerre en cours, une montée de l’antisémitisme et un flot de désinformation qui pourrait affecter les prochaines élections, nous pensons qu’un accès libre et ouvert au journalisme juif est impératif.

Des lecteurs comme vous rendent tout cela possible. En ce moment, nous sommes au milieu de notre collecte d'engagements pour la Pâque et nous avons besoin que 500 personnes se mobilisent et fassent un don pour soutenir notre journalisme fiable et indépendant.

Faites un don de n'importe quelle taille et devenez un Avant député aujourd'hui. Vous soutiendrez notre mission de raconter l’histoire juive américaine de manière complète et équitable.

—Rachel Fishman Feddersen, Editeur et PDG

Rejoignez notre mission de raconter l'histoire juive de manière complète et équitable.

Notre objectif : 500 cadeaux lors de notre campagne de promesses de don pour la Pâque !

18 $ 500 $

36 $ 180 $ Autre montant

★★★★★

Laisser un commentaire