16 otages supplémentaires sont libérés alors que Netanyahu promet de reprendre la guerre à la fin de la trêve

(La Lettre Sépharade) — Douze Israéliens supplémentaires ont été libérés de Gaza, dont plusieurs qui avaient été séparés des membres de leur famille libérés ces derniers jours, alors que l’accord de trêve actuel semble toucher à sa conclusion.

La dernière libération comprend deux femmes russo-israéliennes que le Hamas a libérées en guise de « geste » au président russe Vladimir Poutine, en plus des 10 Israéliens que le groupe terroriste était tenu de libérer selon les termes de son accord de trêve avec Israël. Le Hamas a également libéré quatre travailleurs thaïlandais dont les noms n’ont pas été immédiatement divulgués.

Parmi les otages libérés mercredi ne figurent pas les membres de la famille Bibas, les parents Shiri et Yarden et les frères Kfir, 10 mois, et Ariel, 4 ans, devenus symboles de la crise dans un pays rivé par le rituel quotidien d’apprendre qui arrive. chez lui et qui reste captif ou porté disparu. Le Hamas a déclaré mercredi que Shiri et ses fils avaient été tués dans une frappe aérienne. Israël a déclaré qu’il enquêtait sur cette allégation « cruelle et inhumaine », qui intervient quelques jours après que le Hamas a déclaré avoir remis la famille à un autre groupe terroriste et plus de cinq jours depuis la dernière frappe aérienne israélienne. Le Hamas avait précédemment restitué un otage qu’il avait précédemment déclaré mort.

Le Hamas a proposé de libérer davantage d’otages au cours des quatre prochains jours en échange d’une prolongation du cessez-le-feu. Il n’est pas clair si Israël acceptera cette offre. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est engagé mercredi à poursuivre la guerre, et les chefs militaires israéliens auraient approuvé les plans pour la prochaine phase du conflit.

Parallèlement, un ministre d’extrême droite a menacé que son parti quitterait le gouvernement de Netanyahu si la guerre ne reprenait pas : le départ du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir pourrait, mais ne entraînerait pas nécessairement la chute du gouvernement.

La plupart des derniers otages libérés viennent du kibboutz Beeri, l’une des communautés les plus durement touchées lors de l’attaque du 7 octobre, au cours de laquelle plus de 100 personnes ont été tuées. Les otages israéliens libérés mercredi sont :

★★★★★

Laisser un commentaire