Saint Martin-Vésubie - Danielle Baudot Laksine / Alberto Cavaglion



Le prochain 11 septembre 2005 une cérémonie de remise de Médailles des Justes aura lieu dans ce petit village au dessus de Nice, à quelques pas de l’Italie.

Pour beaucoup de nos lecteurs ce village est entré dans l’histoire des juifs de la deuxième guerre mondiale un peu de façon inattendue mais le souvenir reste. Plusieurs des survivants sauvés de la barbarie nazie et leurs sauveteurs seront là mais il y aura aussi les auteurs et leurs livres, les écrivains et les historiens qui ont choisi de raconter pour que nous n’oublions pas.

Je voudrais citer d’abord Danielle Baudot Laksine1 qui a publié le tome 1 de “La Pierre des Juifs”, en attendant le tome 2 qui sera, lui, présent à la cérémonie. 

Dans “La Pierre des Juifs” l’auteure nous décrit le décor champêtre de ce village où en 1943 arrivent des juifs polonais, russes, allemands et grecs. Ils ne pourront profiter du répit que l’espace d’un été car à nouveau il faudra fuir vers une Italie plus accueillante que la France de Vichy. Ils seront aidés par des paysans, des bergers, des villageois. C’est un chant d ‘amour à cette superbe région et à l’humanité de ses habitants.

Alberto Cavaglion, historien italien, de l’Institut Piémontais pour l’histoire de la Résistance est le fils du Président de la petite communauté de Cuneo qui nous a reçus avec grande gentillesse à plusieurs reprises. Très jeune, l’une de ses premières études2 a porté sur “Les juifs de St Martin-Vésubie, entre septembre et novembre 1943.”
Il nous donne une chronique presque journalière de la vie de ces réfugiés pris en tenailles par les Allemands, les collaborateurs et la difficulté de passer la frontière italienne. Si un certain nombre passeront, d’autres seront emprisonnés à Borgo San-Dalmazzo et ensuite exterminés à Auschwitz.
Son ouvrage réédité quatre fois en italien puis en français fait autorité. Tout y est dit : l’histoire, la comédie humaine du pouvoir, les listes de tous ceux qui passèrent par St Martin ou qui, habitants du village, ont aidé ou sont restés indifférents devant l’injustice. 

A lire pour le souvenir…

Charles Leselbaum

Comments