Éditorial


Ce numéro comporte plusieurs coups de projecteur inattendus et insolites sur notre culture judéo-balkanique.

Il s’ouvre sur une fiction pleine d’imagination écrite par une jeune femme n’appartenant pas à cette culture mais s’en étant éprise et l’exprimant avec conviction.

Il se poursuit par un ouvrage écrit il y a bien des années par un maintenant vieux monsieur originaire de Sarajevo, livre qui est revenu à l’actualité de notre publication par un concours inattendu de circonstances. 

Les deux autres commentaires concernent une étude sur Smyrne, ville qui avait aussi fait l’objet d’une thèse dont nous avions rendu compte il y a quelques années et un autre sur un journaliste un peu perdu de vue mais dont la trajectoire est intéressante.

Une étude est reprise d’une revue italienne sur la migration de Sépharades balkaniques vers l’Italie dans la première partie du XXe siècle apporte des éléments peu connus et pratiquement jamais rassemblés.

  
D’autres bons livres concernant certains de nos coreligionnaires en Afrique du Nord font aussi l’objet de commentaires.

La présentation d’un superbe ouvrage d’art graphique clôt la section “Livres”.

La rubrique fort appréciée par nos lecteurs Muestra lingua s’augmente d’une nouvelle collaboration que nous souhaitons régulière.

La parution d’un disque consacré à des partitions d’Alberto Hemsi offre une nouvelle occasion d’honorer ce musicologue dont nous avions déjà traité dans nos éditions 45 et 46. Il s’agit en quelque sorte d’une première car, si une partie des chansons recueillies par Hemsi durant sa carrière sont des classiques déjà connues (mais d’autres beaucoup moins ou pas du tout) ce folklore n’avait pas été jusqu’ici été reproduit en disque compact avec un accompagnement au piano seul.

La Rédaction 

Comments