Seleccion de Romances Sefardies de Marruecos - Sous la direction de Susana Weich-Shahak

2002 - Tecnosaga
Dolores Armengot, 13
E 28025 Madrid
Fax 34 91 461 86 53
tecnosag@tecnosaga.com

On regrette que les instrumentistes, nommés en dernière page du livret partiellement bilingue (les textes chantés sont notés en judéo-espagnol) ne soient pas systématiquement référencés à chaque interprétation.

Ce troisième disque résulte des patientes et habituelles recherches de Susana Weich-Shahak recueillant des chansons auprès d’informant(e)s qui les tiennent directement de la tradition familiale, ou le plus souvent les ayant chantées en leur temps, donc sans interférences externes, “savantes”, plaquées.

Le caractère d’authenticité de ces interprétations - sans accompagnement instrumental - est frappant ! Toutes les chansons ici gravées sont répertoriées dans le livre de Susana : Romancero sefardi de Marruecos - Antologia de tradición oral publié à Madrid en 1997. Là sont les textes complets chantés dans ce disque, alors que le livret d’accompagnement ne porte que les thèmes, le nom des interprètes et leur lieu d’origine. Le recueil de ces thèmes a commencé en 1979 (Don Gato, n° 17). On aura compris que la toujours jeune Susana Weich-Shahak travaille sur la longue durée…

La “recastillanisation” de la langue propre aux juifs du Maroc (haketia) est évidente à l’écoute.

La majeure partie des premières chansons étaient déjà répertoriées comme telles dès le XVIe siècle, et bien connues du maître Samuel Armistead qui en a opéré un savant classement thématique, lequel fait toujours autorité.

La seconde chanson Rey Fernando est interprétée en chœur par plusieurs voix de femmes qui semblent se bien distraire…1

La sixième et la dixième, annoncées dans le livret comme chantées par Marcel Cohen font entendre une sympathique voix féminine…

La ciudad de Toledo, la ciudad de Granada (Diego Leon), toujours la grande nostalgie d’Espagne…

Quelques unes sont devenues classiques dans le répertoire des chanteuses contemporaines : Gerineldo, (la femme tentatrice, séductrice) ici interprétée par une voix d’homme, celle de Moises Abitbol de Tetouan, qui la met bien en valeur.

La suivante (quinzième) met en scène, thème peu courant, les déceptions d’après-mariage d’un jeune homme. Elle est typiquement marocaine et n’a jamais été retrouvée en Espagne.

Les thèmes sont les grands classiques, des amours souvent contrariées, des adultères, des “bergères” et des princes qui parfois interviennent positivement… bref, l’opium des femmes dont le quotidien n’était pas nécessairement fort exaltant!
 
Jean Carasso

Comments