Muestra lingua

Nous poursuivons, avec Isacco Hazan la publication de “petits textes d’atmosphère” qui, lus à haute voix par des personnes n’ayant pas de pratique peut contribuer à les initier de façon plaisante, s’efforçant de restituer le plus fidèlement possible le climat dans lequel évoluaient les communautés juives de l’Empire ottoman.

Nous ne publions pas de traduction intégrale mais quelques notes éclairantes. La graphie adoptée est celle de la prononciation phonétique. Nous suggérons aux débutants de lire lentement et en scandant, profitant des marques d’accentuation qui ne figurent communément pas.

Vous vous apercevrez ici que tout le monde lit dans chaque édition El kantoniko de Chochana… En voici la preuve et la réponse du berger à la bergère… Isacco et Chochana poursuivent leur conversation par Lettre Sépharade interposée.
La Rédaction

Ke dícho Napoleón ? Imposíble no es fransés. Djohá, el, va mas léchos. Kómo ya lo vímos ultimaménte, este profesór tyéne repuésta a tódo. A la íja nasída kon mádre sin nasér le dirá : “múy buéno te vas a engrandesér. Sin o kon mádre sin nasér, lo mas importánte es ke estás en la vída, líbera kómo l’áyre. Ke búchka la mádre en tu kávzo ? Al kontráryo, no estás sometída a úna influénsya inibánte maternál. De tu próprya desizyón, deskójes et kamíno ke te konvyéne míjór. Un tal mazál es úniko en el múndo. Konósko ijíkas de tu edá ke se enselarán de tu kondisyón. Réynas ke no puéden parír estarán boládas por aperfijársen úna íja nasída kon mádre sin nasér !”

Estimáda vizína, kómo lo ves, no es solaménte kestyón de voluntá. Se tráta akí de savér konvenér kon arguméntos adaptádos a la persóna en vísta de kurárla. Es la báza mízma de la psikolojíya. De mi kyoché, ya te estó imajinándo opozárme enfirmedádes irreversíbles : “Imposíble kel sódro areyéve alegraménte su sodréda o el kócho su kochedá.” Yo te respóndo ke si. Esto, sin ezitasyón kualúnke ! En metyéndolos al nivél de personájes eksepsyonáles de manéra ke se identifíken a éyos. El priméro, a Bethóven, muzikánte alavádo malgrádo su sodredá. El segúndo, al polítiko fransés, Talleyrand. Féyo i kócho, kon úna intelijénsya tánto fina, ke aún ke papáz, atiráva a sus brásos las mas ermózas mujéres aristokrátikas de la sosyedá.

Tyénes razón Chochaníka. Kuándo no es posíble de enkontrárse, eskrivír es el mijór remédyo. Kómo díze mi mujér, syéndo kel papél no refúza náda, no se enfásya si la métes por eskríto ésta avlistína dezvanesedéra de kavésa.
enselár = envier, jalouser
parír = accoucher
boláda = languissante d’envie
aperfijár = adopter un enfant
kyoché(t) = coin de rue
areyevar = supporter
féyo = laid
kócho = boiteux
enfasyár = lasser
avlistína dezvnesedéra de kavésa = bavardage saoulant


Dictionnaire
du judéo-espagnol

Joseph Nehama


Il est enfin disponible, ce dictionnaire encyclopédique de plus de 600 pages, introuvable depuis bien des années !

Rappelons que son auteur érudit avait désiré fixer la langue parlée dans la ville dont il était originaire, Salonique, illustrant chaque mot d’exemples nombreux prélevés dans le langage courant, dans les métiers, mais aussi dans les dictons et proverbes. Il y a travaillé durant quinze ans, n’hésitant pas à solliciter l’aide de sa mère et de sa belle-mère.

Ce travail, du judéo-espagnol salonicien vers le français, n’était pas achevé à sa mort fin octobre 1971, et c’est l’universitaire espagnol Jésus Cantera qui accepta la charge de le terminer. 

F. Pérez Castro et Iacob M. Hassán du Consejo Superior de Investigaciones Cientificas ont préfacé le livre, que nous avons reproduit à l’identique.
L’appui financier du Fonds Emilia Valori pour la Sauvegarde des Traditions nous permet de le l’offrir à :


33 euros en France, 
35 au sein de la C.E.
38 $ ailleurs,
      port compris.

Comments