What’s Behind a Name

En anglais 2002 “Ce qui se cache derrière un nom” Gözlem Gazetecilil Basin ve Yayin Atiye Sok. Polar Apt.12/6 Tesvikiye/Istambul 84200 Turquie. Fax 90 212 231 92 83 kitabevi@salom.com.tr 520 pages.  ISBN 975-7304-598-X


L’auteur a bien dû travailler six ou huit ans sur une telle somme. Car le titre en est énigmatique et réducteur à la fois : en vérité, il s’agit tout simplement d’une encyclopédie présentée de manière tout à fait originale, hors des sentiers battus et de l’ordre alphabétique des dictionnaires.

La vision est essentiellement chronologique mais s’en écarte utilement à l’occasion.

Les premières parties racontent la présence des juifs en Péninsule ibérique depuis les origines, les villes qu’ils habitaient (tableau synthétique inédit !) et de façon plus générale l’histoire de l’Espagne, des systèmes d’imposition en vigueur, la Reconquête par les chrétiens (datée ville par ville). De très bonnes cartes illustrent ces exposés.

Figurent en pages 62 à 65 de très utiles tableaux sur les princes des divers royaumes.

L’auteur étudie ensuite l’Inquisition en Espagne (Séville 1481) puis au Portugal (de 1536 à 1547 progressivement). Originale, l’étude des lois auxquelles étaient soumis les juifs sous administration musulmane, puis chrétienne, la “pureté de sang”, les marques distinctives infamantes.
Puis une vision de la fameuse co-existence, une récapitulation des familles célèbres et documentées, le devenir des aljamas et synagogues après l’expulsion.

L’auteur décrit la trajectoire des exilés, traite de l’installation en Empire ottoman, de l’accueil etc. (il note qu’en fin de XIXe siècle on y comptait 315000 juifs).

Baruh Pinto reprend la liste de tous les noms de juifs connus à Salonique en fin de XVIe siècle et les resitue dans le cadre de leur synagogue, ce qui fait qu’on peut lire en vertical les noms des participants de la synagogue X mais aussi en horizontal que les Hazan par exemple se retrouvaient dans diverses synagogues italiennes ou que les Bensoam se répartissaient entre trois synagogues espagnoles etc… mais que des Faragi se retrouvaient à Ets Haïm, à Sicilia Yashan, à Aragon et à Portugal.1

L’organisation des millet (communautés) est passée en revue, puis celle des institutions. Sont répertoriées les personnalités importantes dans tel ou tel domaine, dont les rabbins successifs.

C’est incroyable, tout ce qui se cache derrière un nom, comme Histoire, comme culture, comme continuité…
Alors seulement l’auteur examine par ordre alphabétique les noms des juifs de l’Empire ottoman et de Turquie moderne offrant pour chacun tout ce qu’il est possible de savoir. Cette seule section occupe 160 pages ! La fin consiste en tableaux divers, y compris un essai de rapprochement entre des patronymes et des noms correspondants de cités présumablement d’origine.

Il s’agit d’une incomparable encyclopédie qui fera date !

Jean Carasso

1 Pas facile de retrouver l’origine de la famille avec ces informations... NDLR
Comments