Résolutions adoptées au colloque de l'UNESCO à Paris les 17 et 18 juin 2002

RÉSOLUTIONS POUR LA CONSERVATION ET LA PROMOTION DE LA LANGUE ET DE LA CULTURE JUDÉO-ESPAGNOLES

A la fin du colloque qui s’est tenu au siège de l’UNESCO à Paris les 17 et 18 juin 2002, dans le cadre de l’année du patrimoine culturel, au sujet du judéo-espagnol et de la culture qui constituent un patrimoine intangible, le texte suivant fut adopté.


ENSEIGNEMENT

Considérant la nécessité d’améliorer l’infrastructure pour l’enseignement de la langue et de la culture judéo-espagnoles, il nous semble nécessaire de :

1.    Former des professeurs de ladino pour les
divers niveaux (école primaire, lycée, université et cours d’adultes).

2.    Préparer et publier des manuels d’étude et de
livres auxiliaires tels que : tableaux de conjugaison, dictionnaires, morceaux choisis etc. Créer des outils d’apprentissage adaptés aux communautés dispersées, des méthodes de langues en auto-apprentissage avec outils sonores et visuels, traduction des méthodes d’enseignement dans les différentes langues des Judéo-Espagnols.

3. Préparer des outils universitaires tels que
grand dictionnaire et grammaire historique. Publier les monographies érudites sur la langue judéo-espagnole, un atlas linguistique de la langue. Organiser des banques de données accessibles à tous les chercheurs.

4.    Créer des cours d’été pour étudiants et animateurs culturels.

5.    Faciliter l’ouverture des cours de ladino dans les divers cadres scolaires existants, en Espagne et dans les différents pays de la diaspora.

6.    Préparer des cours de ladino sur cassettes
(audio et vidéo), disquettes d’ordinateurs, voire un CD-Rom sur la langue et la culture judéo-espagnoles.

7.    Organiser des séminaires de formation
d’étudiants sur des lieux culturels judéo-espagnols avec appel aux ressources communautaires locales en matière de formation et de conférenciers (comme les séminaires sur le yiddish de New York).

8.    Créer des ateliers d’interchanges de professeurs spécialistes du judaïsme, des études hispaniques, de la langue et la littérature, de l’histoire des Judéo-Espagnols.

9.    Encourager la mobilité des étudiants entre
les divers centres enseignant la langue et la culture judéo-espagnoles.

10.    Faciliter le lien entre l’État d’Israël et les pays de la diaspora pour améliorer les connaissances en langue et culture sépharades.

PUBLICATIONS

1.    Encourager et soutenir la publication de
livres ainsi que de journaux et revues en judéo-espagnol/ladino.

2.    Créer une ou plusieurs maisons d’édition de
livres en ladino ainsi qu’un fonds de publication pour les collections existantes.

3.    Publier des catalogues des livres en ladino,
disponibles dans les bibliothèques universitaires et publiques, voire privées.

4.    Aider à la diffusion des livres en ladino avec
la collaboration des grands réseaux de librairies, l’internet, etc.

5.    Publier et éditer les dictionnaires anciens et
monographies manuscrites sur le judéo-espagnol.

6.    Créer une collection bilingue (dans les
diverses langues parlées par les judéo-espagnols) de textes littéraires anciens et contemporains, avec une distribution large qui en rende l’accès facile.

7.    Encourager et soutenir des publications pour la jeunesse, spécifiquement les enfants : alphabets, contes, comptines, jeux, bandes dessinées, etc…

8.    Créer des catalogues digitalisés des dictionnaires sur internet. Et un centre de ressources internet pour la recherche.

9.    Susciter la création littéraire en judéo-
espagnol par l’ouverture de concours et l’attribution de prix.
CONSERVATION ET DIFFUSION

1.    Intensifier le travail d’enregistrement de
contes, chansons et proverbes judéo-espagnols et la création d’un catalogue des grandes collections. Favoriser la publication de cassettes et de CD afin de mieux diffuser le patrimoine chanté.

2.    Financer l’acquisition de livres et documents
écrits en ladino ; les cataloguer, transcrire et étudier leur contenu.

3.    Organiser des rencontres périodiques entre les responsables des diverses collections pour coordonner leur travail.

4.    Enrichir les musées qui existent, en créer
éventuellement de nouveaux grâce entre autres à un plus grand effort pour acquérir des pièces qui puissent donner une meilleure idée de la culture, matérielle et immatérielle, des communautés sépharades.

5.    Encourager et appuyer la représentation
d’œuvres de théâtre en ladino.

6.    Enregistrer sur microfilms et entreprendre
une collecte auprès des particuliers des journaux judéo-espagnols dispersés dans le monde.

7.    Créer des archives audiovisuelles des coutumes usages et rituels judéo-espagnols, des fêtes domestiques et religieuses, de la cuisine, des pratiques domestiques, etc… réunir et enregistrer les mémoires de la Shoah et les récits de vie en judéo-espagnol.

8.    Réunir la production photographique et
cinématographique judéo-espagnole ou sur des thèmes sépharades, la conserver et en accroître la diffusion et la distribution.

9.    Organiser des campagnes de collectes auprès
des particuliers de documents, correspondances privées, cahiers de cuisine ou de chansons, photographies, etc.



TRANSMISSION


1.    Intensifier le travail à travers l’internet :
explorer et adopter toutes les possibilités que nous offre ce réseau afin de permettre une meilleure communication en ladino sur les divers aspects de la culture judéo-espagnole.

2.    Créer des itinéraires culturels aux centres du
judaïsme sépharade, tels que ceux proposés par la Fondation El Camino de la Lengua Castellana.

3.    Appuyer les centres universitaires européens
dans leurs efforts pour mettre en place et faire rayonner la culture, la langue et la littérature judéo-espagnoles.

4.    Créer un centre patronné par l’UNESCO pour
la coordination des initiatives espagnoles, européennes et mondiales au sujet des grands travaux internationaux concernant le judéo-espagnol.


NOTE : Les scripteurs ont réuni ici les suggestions qui sont apparues fructueuses au cours des débats, dont certaines se recoupent.

Il n’échappera à personne que tout n’est pas réalisable tout de suite et qu’il faudra hiérarchiser les besoins, s’adapter aux initiatives spontanées et en susciter d’autres.

A ce propos, et si vous avez un projet déjà structuré, faites-le savoir ! (cf. page 20)
Pays/Participants
  
Allemagne   


Winfried Busse
Michael Halevy

Argentine   

Hélène Gutkowski

Bulgarie   

Dora Mancheva
Vladimir Paounovski

Croatie  

Ivana Burdelez
   
Espagne   

Luis Alegre Galilea 
Laura Malo Garayoa
Matilde Gini de Barnatan
Pilar Romeu
Salvador Santa Puche
   
Etats-Unis   

Gloria Ascher
Rachel Amado Bortnick
David Siman

Europe (Conseil de l’)   

José-María Ballester
   
France   

Jean Carasso
Gaëlle Collin
Isaac Papo
Marie Christine Varol
   
Grande Bretagne   

Claudia Roden

Grèce   

Erika Perahia-Zemour
   
Israël   

Shlomo Gitaï (interprète)
Aaron Koen
Matilda Koen-Sarano
Avner Pérez
Aldina Quintana
Moshe Shaul

Italie

Esther Fintz-Menasce,
Laura Minervini

Serbie

Drita Tutunovic
   
Turquie   

Yusuf Altintash
Beki Bardavid
Klara Perahya
(groupe musical) :
Los Pasharos Sefaradies
Comments