Musique : Aire de Mujer Chants judéo-espagnols

Vocation-records  29490 Guipavas. Contact : Grégoire Jandin, Tél/Fax 02 98 63 44 95.



Les Dames de Chœur

Voici le premier enregistrement d’un petit groupe sympathique qui se lance en représentations ici et là en France, en particulier en Bretagne où il recueille un vrai succès, d’autant plus méritoire que plutôt inattendu dans cette région où les auditeurs sont peu accoutumés à cette musique.

Le nom du groupe “Les dames de chœur”, est très bien venu !

Le petit livret est un peu léger, mais la quatrième de couverture expose une motivation généreuse. Les résumés des chansons sont bien rédigés, les photos, surtout celles des femmes sont toutefois mal choisies…




Il semble que le CD soit réducteur relativement au spectacle qui, lui, est nécessairement mis en scène puisque l’on entend deux voix de femmes, et probablement - on le sent - de façon dynamique, humoristique. Le disque uniformise tout cela, gomme les reliefs, et favorise l’accompagnement au détriment des voix, car la balance technique entre les deux ne redresse pas ce défaut (la prise de son ne s’est pas effectuée en studio, mais à la chapelle de Trévidy, à Morlaix, dans des conditions de concert, en avril 2002).

De sorte qu'on ne comprend pas toujours le texte. Quand on le perçoit bien, l'accent est satisfaisant, ce qui est plutôt rare chez des débutants!  En résumé, s'il faut améliorer quelques points, c'est le travail sur la voix elle-même et l'équilibre/balance plus en faveur de celle-ci.

L’attaque Aire de mujer est vive et forte, révèle beaucoup d’humour, même si le rythme en est un peu vif par moments.

La deuxième morceau enchaîne Notches… et La Serena en une exécution originale, bien exploitée, imaginative. Les voix sont justes, la musique est respectée et l’accompagnement entraînant. Une réussite !

Los kaminos de Sirkidji est exécutée trop au détriment de la voix : ce texte peut presque être dit, voire chanté a capella avec un très faible soutien instrumental. Le retour sur Hanina et l’accélération sont pleins de fantaisie.
Le violon est très bien venu dans la suivante où l’on entend mieux les paroles et profite pleinement de la qualité vocale.

La berceuse A la nana, a la buba est bien chantée dans l’esprit, avec une basse continue très bienvenue, le tout un peu bruyant vers la fin: ne réveillez pas l’enfant s’il vous plaît ! Belle chute.

L’introduction de Ya viene el kativo est très originale : la mélodie chantée en duo est une réussite, même a capella, mais l’accompagnement est beaucoup trop fort !

Enfin, dans Hija1 mia mi kerida, l’accompagnement est un peu en retrait.

La dernière chanson est la très connue La rosa enfloresce.

Pour être classique à une ou deux chansons près (Al pasar por Kasablanka nous était totalement inconnue !) le répertoire est bien choisi, surtout pour les concerts d’initiation d’un public peu averti.

Encourageons ce groupe à persévérer et attendons avec intérêt son second enregistrement.

Jean Carasso


Note :

1 D’où sort ce H en judéo-espagnol ?

Comments