Optimizmo sovre el futuro del Ladino | Optimisme sur le futur du Ladino

Moshe Shaul,

Nasyo en Izmir en 1929, vino en Israel en 1949 i oy mora en Yerushalayim.

Né à Smyrne en 1929, a émigré en Israël en 1949 et vit à Jérusalem.
Il n’est pas nécessaire de présenter Moshe Shaul qui explique ci-contre sa progression dans le judéo-espagnol depuis 35 ans…


Ay personas ke desde sus chika edad ya saven ke es el lavoro o profesion ke dezean tener, kuando seran adultos, i algunos de eyos yegan a kumplir sus dezeos. Yo por mi kuento, sigiendo los dezeos de mi famiya, keria ser doktor, ma renunsyi a este projekto para azer mi aliya a Israel i djuntarme a un kibutz, al lado de mi ermano. Mas tadre, despues ke termini mi servisio militar i empesi a estudiar en la universidad, me interesi en la sosiolojia i pensi ke podria lavorar en este kampo – ma asta el anyo 1954 no pensi, ni una en mil, ke lavoraria komo redaktor de programas de radio, i aun mas de esto, en ladino.

Mi madre era profesora de fransez en la eskola de la Alliance en Izmir i eya estava tan konvensida de la superioridad de la kultura franseza i del menester de konoser bien el fransez para poder reushir en la vida, ke mos metio, a mi i a mi ermano, en una eskola franseza i insistio para ke en kaza avlemos solo el fransez. La sola posibilidad ke tenia de avlar en ladino era en los enkontros familiares, kon mis tios i tias i sus famiyas – enkontros ke no eran muy frekuentes siendo ke biviamos leshos del kuartier djudio de Izmir i vijitavamos a muestros parientes solamente en las fiestas i en en otras raras okaziones.

Par de djudiyos espanyoles de Izmir, circa 1900 (mirash el trespil del ombre).

Couple d’israélites espagnols à Smyrne, vers 1900, éditeur J. Molko.
(Regardez le chapelet à la ceinture de l’homme).

Collection Gérard Lévy Paris





El avlar


Empesi a avlar el ladino de manera mas frekuente solo a la edad de 14-15 anyos, kuando entri al movimiento sionista de Izmir i despues de un sierto tiempo, empesi a dar kursos i konferensias, en ladino, sovre el sionizmo, la istoria del puevlo djudio etc. Kon mi aliya a Israel duvi konsentrar mis esforsos en el estudio del ebreo, afin de poder avlarlo bien, komo primer paso para mi integrasion en la sosiedad israeli i su kultura, i tambien para poder reushir en mis estudios universitarios.

Torni a tomar kontakto kon el ladino solo en 1954, kuando vidi un anunsio para el posto de redaktor de programas en la Emision Djudeo-espanyola de Kol Israel. Kon muy poka esperansa de ser akseptado me prezenti i a mi grande sorpreza fui akseptado, empesando ansi una mueva faza en mi vida, onde fueron djustamente mis pokas konosensias del ladino ke me permetieron de terminar mis estudios i empesar en una karriera periodistika a la kuala no avia nunka sonyado.

Es verdad ke los primeros tiempos no fueron del todo fasiles siendo ke no tenia ninguna eksperiensa del lavoro de radio i mi konosensia de la lingua no bastava ainda para redaktar programas de radio en ladino. Aun kon esto, meldando livros, partisipando en kursos i sovretodo konsultandome kon los otros miembros del ekipo de muestra emision, yegi rapidamente al estado en el kual ya podia redaktar de una manera satisfaziente boletines de informasiones i los programas de los kualos era enkargado. Este fue un lavoro ke me dio grande satisfaksion i sirvio de baza a los proyektos en los kualos empesi kuando, en segito a la muerte de Yitshak Levi, en 1977, resivi la direksion de la emision.

Entonses pudi ver, mas klaramente ke antes, la responsabilidad ke tenia esta emision, komo uniko programa de radio diario en ladino, ke estava en kontakto kon el publiko de avla djudeo-espanyola i podia mobilizarlo para el esforso del kual avia menester afin de asigurar el futuro del ladino. Savia bien ke en Israel esta lengua esta ainda biva i la avlan no solo en kaza sino ke tambien kon amigos i konosidos, en la kaye, en el lavoro i en los klubes. Ma de otra parte no inyorava la situasion de kriza en la kuala se topava el ladino desde largos anyos atras.

Algunos pensavan ke el ladino esta agonizando i ke adientro de pokos anyos ya no avra mas ken la avlara. Yo no podia akseptar estas previziones ma entendia ke avia peligro ke eyas se realizen si no eran echos los pasos menesterozos afin de revitalizar esta lengua. Aprovechando las posibilidades ke tenia en el kuadro de muestra emision empesi en el Proyekto Folklor, para el enrejistramiento de kantes, kuentos i refranes djudeo-epanyoles, i en la publikasion de la revista “Aki Yerushalayim”. Kon el ayudo de un grupo de amigos fondi tambien la asosiasion “Sefarad”, para la konservasion i promosion de la kultura djudeo-espanyola. Kon todos estos medios luchi kontra los ke no kedavan de afirmar, en livros i artikolos, kongresos i konferensias, ke el ladino i su kultura ya estan agonizando i ke este es un proseso sosio-kultural kontra del kual no se puede azer nada.

Oy me alegro de no averme deshado konvenser por estas tezas i de ver ke, a la kontra, esta lucha a la kuala se djuntaron otros faktores, i no solo de Israel sino ke de otros paizes mas, ya esta dando rezultados impresionantes : se esta notando un renasimiento de la kreasion literaria i periodistika en ladino ; ay kursos de ladino i de su kreasion literaria en universidades, eskolas i kursos de adultos ; ay kongresos i konferensias internasionales sovre aspektos diversos de la kultura djudeo-espanyola ansi ke ekspozisiones i konsertos de kantes en ladino ; i al seno del publiko tambien ay una puja muy apresiable en el intereso enverso esta kultura.

Devemos rekonoser, djuntos kon esto, ke kon todos los alkanses ke logrimos asta agora, ainda tenemos muncho ke azer. Ainda semos enfrentados por grandes ostakolos ke podremos superar solamente si reushiremos a aunar muestras fuersas para un esforso de ultima ora. Ma yo se optimisto. Espero ke podremos azer esto i kumplir ansi muestro dover enverso muestros antepasados ke transmetieron esta ermoza lengua i su kultura, de una jenerasion a la otra, kaje asta nuestros dias. Esta en muestras manos de kontinuar en esta kadena de transmision i de asigurar el futuro de esta lengua afin ke muestos ijos i inyetos tambien puedan apresiarla i gozarsen de eya.

Il est des gens qui savent depuis leur enfance quelle activité ou profession ils désirent exercer plus tard et quelques-uns d’entre eux arrivent à réaliser leur rêve. Me concernant, et suivant le vœu de ma famille, je voulais être médecin, mais je renonçais à ce projet pour monter en Israël et m’installer avec mon frère dans un kibboutz. Plus tard, à la fin de mon service militaire, j’ai commencé à étudier à l’Université, je me suis intéressé à la sociologie et pensais pouvoir travailler dans ce domaine, mais jusqu’en 1954, je n’ai pas envisagé un seul instant que je travaillerais comme rédacteur de programmes de radio, et qui plus est, en ladino.

Ma mère était professeur de français à l’école de l’Alliance, à Smyrne, et si convaincue de la supériorité de la culture française et du besoin de bien connaître le français pour être à même de réussir dans la vie, qu’elle nous mit, mon frère et moi, dans une école française et insista pour qu’à la maison nous ne parlions que le français. La seule possibilité que j’avais de parler le ladino, c’était lors des rencontres familiales avec mes oncles et tantes et les leurs, rencontres qui n’étaient pas très fréquentes étant donné que nous vivions loin du quartier juif de Smyrne et que nous ne rendions visite à nos proches que lors de fêtes et autres rares occasions.

Mansevos kazados a Izmir circa 1887, fotografia otentika.

Jeunes mariés juifs à Smyrne, vers 1887, photographie originale.

Collection Gérard Lévy Paris












Una kaye en Izmir, circa 1900.

Quartier Juif de Smyrne, vers 1900.

Collection Gérard Lévy Paris
















Le parler


J’ai commencé à parler ladino de manière plus fréquente vers quatorze ou quinze ans, adhérant au mouvement sioniste de Smyrne, puis après un certain temps, j’ai donné des cours et des conférences en ladino, sur le sionisme, l’histoire du peuple juif… Lors de mon aliya, je dus concentrer mes efforts à l’étude de l’hébreu, pour le parler correctement, premiers pas de mon intégration dans la société israélienne et sa culture, également pour réussir mes études universitaires.

Je retournai au ladino en 1954, quand je vis une annonce pour le poste de rédacteur de programmes dans le cadre de l’émission judéo-espagnole de La Voix d’Israël. Avec bien peu d’espoir d’être accepté, je me présentai et à ma grande surprise, je le fus, commençant ainsi une nouvelle phase de mon existence. Mes modestes connaissances du ladino m’obligèrent à poursuivre mes études, pour commencer une carrière de journaliste à laquelle je n’avais jamais songé.

C’est vrai que les premiers temps ne furent pas du tout faciles, car je n’avais aucune expérience de la radio et ma connaissance de la langue était insuffisante pour rédiger des programmes en ladino. Malgré cela, lisant des livres, suivant des cours, et surtout échangeant avec les autres membres de notre équipe éditoriale, je parvins rapidement à rédiger de façon satisfaisante les bulletins d’informations et les programmes dont j’avais la charge. Ce travail me donna de grandes satisfactions et servit de base aux divers projets dans lesquels je me lançais quand, à la mort de Yitshak Levi en 1977, on me confia la direction de l’émission.

Ainsi je pus constater plus clairement qu’auparavant l’importante responsabilité de cette émission, unique programme quotidien de radio en ladino destiné au public parlant judéo-espagnol. J’ai réussi à mobiliser les auditeurs qui fournirent l’effort nécessaire pour assurer l’avenir de cette langue. Je savais bien qu’en Israël, elle était toujours vivante, qu’elle était parlée non seulement à la maison, mais avec des amis et connaissances, dans la rue, au travail et dans les clubs. Par ailleurs, je n’ignorais pas la situation de crise dans laquelle se trouvait le ladino depuis bien des années.

Certains pensaient que le ladino était agonisant et qu’en quelques années plus personne ne le parlerait. Je ne pouvais accepter ces prévisions mais je comprenais bien qu’il y avait danger qu’elles se réalisent si n’étaient pas consentis les efforts nécessaires pour revitaliser cette langue. Dans le cadre de notre émission, j’explorais les possibilités existantes. Je commençais par le Projet Folklore pour l’enregistrement de chants, de contes et de proverbes judéo-espagnols et par la publication de la revue “Aki Yerushalayim”. Avec l’aide d’un groupe d’amis, j’ai aussi fondé l’association “Sefarad” pour la conservation et la promotion de la culture judéo-espagnole. Par tous ces moyens, j’ai lutté contre ceux qui ne cessaient d’affirmer dans des livres, des articles, des congrès, des conférences, que le ladino et sa culture étaient agonisants et qu’il s’agissait d’un processus socio-culturel contre lequel on ne pouvait rien.

Aujourd’hui je me réjouis de ne pas m’être laissé convaincre par ces thèses et de constater qu’au contraire cette lutte à laquelle se joignirent d’autres personnes, et pas seulement en Israël mais aussi dans d’autres pays, donne des résultats impressionnants : on note une renaissance de la création littéraire et journalistique en ladino  ; on dispense des cours de ladino et de création littéraire dans les universités, écoles et cours d’adultes  ; se multiplient des conférences et congrès internationaux sur divers aspects de la culture judéo-espagnole, ainsi que des expositions, des concerts de chants en ladino  ; au sein du public, on assiste aussi à un regain appréciable d’intérêt pour cette culture.

Il nous faut pourtant reconnaître que malgré tous les objectifs jusqu’ici atteints, il reste encore beaucoup à faire. Nous sommes toujours confrontés à de grands obstacles que nous ne pourrons surmonter que si nous réussissons à unir nos forces dans un effort de dernière heure. Mais je suis optimiste. J’espère que nous pourrons le faire et accomplir ainsi notre devoir envers nos aïeux qui nous ont transmis d’une génération à l’autre cette belle langue et sa culture, quasiment jusqu’à nos jours. Il nous appartient de ne pas rompre cette chaîne de transmission et d’assurer le futur de cette langue pour que nos enfants et petits-enfants puissent également l’apprécier et en jouir.
Comments