Lingua primera | Langue maternelle

Matilda Koén-Sarano,

Nasida en Milano (Italia) en el 1939 de Alfredo i Diana Sarano, sefaradís de Turkíya, bive en Yerushalayim.
Matilda es la memorya biva de Djoha i ya eskrivio livros sovre este haver…

Née à Milan en 1939, de parents sépharades de Turquie, elle vit à Jérusalem.
Matilda est le souvenir vivant de Djoha auquel elle a consacré plusieurs livres.


El avlar…

Mi primer rekordo de vida es akompanyado por esta lingua, porké el djudeo-espanyol es mi primera lingua, mi lingua paterna i materna. En la kaza de mis djenitores se avló siempre el djudeo-espanyol, ke mozotros yamávamos espanyol. A la edá de ventiún anyo ariví a Israel i lo avlí kon mi esuegra i los parientes de mi mamá. Akí, en Israel me ambezí a yamarlo ladino. Kon mis djenitores kontinuí a avlar la lingua, asta la muerte de mi mamá en el 1993.

El eskrivir…

En el 1979 partisipí a un kurso para redaktores de programas radiofónikos en “Kol Israel” (la Radio de Israel), i fue ayá ke me ambezí a eskrivir la lingua kon el sistema gráfiko elaborado por Moshé Shaúl para la Seksión de Djudeo-Espanyol de la Radio, ke después tomó el nombre de Sistema de “Akí Yerushaláyim”, al kual yo adjustí los aksentos, sigún la lingua espanyola, dezde la publikasión de mi primer livro. De mi nasimiento dunke asta agora no sesí nunka de avlar la lingua.

Komo azer ?

La primera koza ke, sigún mí, devemos azer, para ke muestra kultura no se depiedra, es avlar lo mas posible la lingua i bushkar de tranzmeterla, si no es posible a muestros ijos, a lo manko a muestros elevos, a todos los ke la keren deynda avlar i ambezársela. Devemos bushkar en mozotros i renforsar muestra identidad djudeo-espanyola, akodrando ideales i modos de vida, fiestas i seremonías, uzo i kostumbres. Además devemos, kada uno sigún su kapachidad i posibilidad, dar muestra kontribusión al mantenimiento de muestra kultura, ken eskriviendo, ken avlando, ken operando aktivamente, ken finansiando ovras.

Ke sentimos ?

Penso ke oy ken kere ser rekonosido komo sefaradí siente en sí el orgolyo de apartener a una koiné, esparzida en varias partes del mundo, sí, ma i karakterizada por una sivilizasión, de la kuala él konose la antikidad i la ermozura de las raízes - raízes djudías i espanyolas, ke yevan es sí lo esensial de las dos kulturas en una unión armónika, sin eksesos.

Sintirse oy sefaradí es bushkar i topar en muestro pasado valores válidas a las kualas apoyarse, en un mundo por la mas parte kreado artifisialmente por la media. Sintirse sefaradí oy es bushkar en este mundo amigos i ermanos ke pensan komo ti i ke bushkan komo ti de salvar i de azer arrebivir sus kultura interior, antes ke sea tadre.




Le parler…

Mon premier souvenir est accompagné par cette langue, parce que le judéo-espagnol est ma première langue, paternelle et maternelle. Dans la maison de mes parents, on a toujours parlé judéo-espagnol, que nous appelions “espagnol”. Arrivée à vingt et un ans en Israël je l’ai parlée avec ma belle-mère et la famille de ma mère. Ici en Israël, j’ai appris à appeler cette langue “ladino”. Avec mes parents j’ai continué à la parler jusqu’à la mort de ma mère en 1993.

L’écrire…

En 1979 j’ai participé à un cours pour les rédacteurs de programmes radiophoniques de “Kol Israel” (la Voix d’Israel), et c’est là que j’ai appris à écrire la langue, selon le système graphique maintenant qualifié de “Aki Yerushalayim” auquel j’ai ajouté les accents, selon l’espagnol classique, depuis la publication de mon premier livre. De sorte que depuis ma naissance jusqu’à nos jours, je n’ai jamais cessé de pratiquer cette langue.

Quel avenir ?


La première chose à faire, selon moi pour que notre culture ne se perde pas c’est de parler le plus possible la langue et chercher à la transmettre, s’il n’est pas possible à nos enfants, au moins à nos élèves, à tous ceux qui désirent encore la parler et l’apprendre. Nous devons rechercher en nous-mêmes et renforcer notre identité judéo-espagnole, nous souvenant des idéaux et de modes de vies, des fêtes et des cérémonies, des us et coutumes. De plus nous devons, chacun selon nos capacités et possibilités, offrir notre contribution au maintien de notre culture, qui écrivant, qui parlant, qui s’impliquant activement, qui finançant des travaux.

 Notre sentiment…`

Que celui qui aujourd’hui veut être reconnu comme Sépharade sente en lui l’orgueil d’appartenir à une “koïné” dispersée en divers lieux du monde, il est vrai, mais caractérisée par une civilisation de laquelle il connaît l’antiquité et la beauté des racines - racines juives et espagnoles, portant en elles l’essentiel des deux cultures en une union harmonieuse et sans excès.
Se sentir Sépharade aujourd’hui, c’est chercher et trouver dans notre passé des valeurs toujours actuelles sur lesquelles s’appuyer, en un monde partiellement artificiel créé par les médias. Se sentir Sépharade aujourd’hui c’est chercher dans ce monde des amis et des frères qui pensent comme toi et cherchent comme toi à sauver et faire revivre cette culture intérieure, avant qu’il soit tard…











Au sujet de ce diplôme de fin d’étude de la grand-mère Sarano, on peut observer que :
• Il est rédigé en français comme tous documents de l’Alliance.
• Les filles étudiaient les travaux d’aiguille et les garçons, la comptabilité et l’hébreu.
• Le judéo-espagnol n’était jamais enseigné, mais ici à Smyrne curieusement le grec aussi bien que le turc l’étaient.


Comments