Djamila mos konta | Djamila raconte

Djamila Kolonomos,

Nasida en junyo 1922 a Monastir (oy Bitola), bive en Skopje, Makedonia.
Née en juin 1922 à Monastir (présentement Bitola), vit à Skopje (Macédoine).

Dans La Lettre Sépharade comme dans d’autre revues, Djamila a raconté qu’elle a eu la vie sauve durant la dernière guerre grâce a son engagement dans la Résistance. La photo en page suivante la représente dans un groupe de combattants.

El avlar…

La famiya Kolonomos provensa di Janina, Romanyotes de Gresya. Se yamavan Kalonymos Shem Tov. Antes de la primera gera mondiala, eran tres ermanos : Salamon, Kalef i Mentesh, sarafes, se instalaron a Monastir.
Kalef mi nono muryo antes de empesar las lutchas. Salamon despues de la gera kon la famiya se fueron en Fransya. Ayi inda biven sus nyetos i biznyetos. Mentesh tyene bivos nyetos a Paris i en Amerika.

Kalef mi nono tuvo 6 fijas i 2 fijos, el uno era mi padre Izak, deportado a Treblinka. Toda la famiya favlava djudezmo. Saviyan i el grego, fransez, serbo i el turko. Mi madre era de Skopya, Esterina Fransez, tambyen favlava el djudezmo i el turko.

De mi tchikez saviya solo el djudezmo. A la eskola empesi a ambizar el serbo i el fransez. El djudezmo en kaza, kon los paryentes i amigos favlavamos en esta lingua. Esto turó fista la deportasyon de todos los Djidyos (98 %). Tornimos unos kuantos de la resistensya i de las prizyones. No tovimos mas kon ken favlar. Agora solo dos famiyas somos marido i mujer djidyos. Los otros son misklados. Las muevas generasyones favlan la lingua del payiz. Solo la famiya miya dityene los uzos sefardis, las fyestas i los kumeres. Solo kuando vyenen Sefardis de afuera favlamos en djudeo-espagnyol i mos konsolamos.


La famiya de Salamon Kolonomos en 1920 a Monastir (oy : Bitola).

Toute la famille Salamon Kolonomos en 1920 à Monastir.


El eskrivir…

Mi padre uzava de eskrivir la korespondensya en rashi. El primer kontakto kon letras latinas tuve meldando los djornales de Salonik en djudeo-espanyol. Despues de la segunda gera mondiala, vyendo komo se sta perdyendo muestra lingua, empesi a arikojer rifranes (3 0001) de todos los ke kedimos bivos. Skapi la fakulta de letras romanas a Skopya. A Paris, à l’Ecole des Hautes Etudes de la Sorbonne kon el ayudo del profesor Israel Revah, realizi la teza “Les parlers judéo-espagnols à Bitola et Skopje”. Ayi fueron los primeros kontaktos kon la literatura judeo-espanyola.
Las rivistas “Los Muestros”, “Aki Yerushalayim” “La Lettre Sépharade” i “El Vocero” mi abrasaron al mundo sefaradi. No apuzi de los meldar. Tambyen resevi los livros kon refranes, konsejas, poemas, romansas, kantes i otros en judeo-espanyol ke me ayudaron me rekordar las palavras ke aviya olvidado i ambezar muevas i enrikiser il vokabularyo. A Skopya onde bivo yo, no ay ningun modo para sustiner la lingua. La mansives no se intersa i de diya en diya se sta asimilando.

Komo azer ?

Penso ke las revistas, los livros, diskos, moshavot, inkontros, kursos, seminaryos, konferensyas, eksposisyones, notchadas kanantes i komidas, viyajes en las komonitas mas grandes, festivales folklorikos, komo ya se stan faziendo para ayudar ke no se pyerde la kultura, la lingua i la boz de los Sefardim.

Tengo la empresyon ke malgrado la grande perdisyon de Sefardim a la Shoah, komo un feniks, mos alevantimos a salvar muestra kultura i lingua. A parte de los esfuersos muestros, empresaron i no Sefardis a estudyar el judeo-espanyol, la kultura i la istorya djudiya, eskrivyendo temas a las fakultades a las sivdas onde al tyempo biviyan djidyos, i esto un sinyo ke mos enkorajen.

Este kongreso mundial ke va venir es tambyen un grande ayudo para todos mozotros i siguro va dar muevas ideyas para avansar el sefardizmo.

Ke sentimos ?

Mi se afalaga la alma kuando inkontro alguno ke favla en djudezmo. Kuando vyenen de Israel los paryentes i amigos, syempre fazemos notchadas a mi kaza kon komeres de los Sefardim i todos se konsolan komyendo guevos inhaminados, burekitas, pastilikos, bumuelos, pita di letche, tajikos i otras kumidas savurozas.

Regretamos ke muntchas tradisyones se stan, inuna kon mozotros, perdyento.



Djamila en un grupo de kombatidores.

Djamila dans un groupe de Résistants armés.







Le parler…

La famille Kolonomos, Romaniotes grecs, vient de Janina. Ils se nommaient Kalonymos, Shem Tov. Avant la première guerre mondiale, trois frères : Salomon, Kalef et Mentech, changeurs, s’installèrent à Monastir.

Kalef mon grand-père mourut avant les batailles. Après la guerre, Salamon et sa famille s’en furent en France. Là-bas vivent toujours ses petits-enfants et arrière-petits-enfants. Mentesh a des petits-enfants à Paris et en Amérique.

Kalef mon grand-père conçut six filles et deux fils, dont l’un était mon père Izak, déporté à Treblinka. Toute la famille parlait le judezmo. Ils savaient aussi le grec, le français, le serbe et le turc. Ma mère était de Skopje, Esterina Fransez, qui parlait aussi judezmo et turc.

Dans mon enfance, je ne savais que le judezmo. À l’école, j’ai commencé à apprendre le serbe et le français. Avec les parents et les amis, à la maison, nous parlions le judezmo. Ceci dura jusqu’à la déportation de tous les Juifs (98 %). Quelques-uns revinrent, de la Résistance et des prisons. Nous n’avions plus avec qui parler. Maintenant nous sommes seulement deux couples juifs, mari et femme. Tous les autres sont mixtes. Les nouvelles générations parlent la langue du pays. Seule ma famille détient les usages sépharades, les fêtes et les nourritures. Seulement lorsque viennent en visite des Sépharades d’ailleurs, nous parlons en judéo-espagnol et nous régalons.

Al 1936 las famiyas Isak Kolonomos i Tahula fraguaron una kaza para bivir endjuntos. Esto era muy raro : en un edifisyo una al lado de otra, famiya djudiya i kristyana. Aki eskutchan endjuntos musika del gramofon. El papa de Djamila es en alto a syedra de la makina.

En 1936 les familles Isak Kolonomos et Tahula bâtirent une maison pour vivre ensemble. Il était très rare que dans le même bâtiment vivent une famille juive et une famille chrétienne orthodoxe. Ici dans le jardin, ils écoutent de la musique. La seconde femme à gauche en haut de la photo est la grand-mère de Djamila. L’homme au-dessus et un peu à gauche du gramophone est son père.

L’écrire…

Mon père écrivait sa correspondance en rachi. Je n’eus mon premier contact avec les lettres latines que lisant les journaux de Salonique en judéo-espagnol. Après la seconde guerre et voyant comme notre langue se perdait, j’ai commencé à recueillir des proverbes (3 0001) de tous ceux qui restions vivants. J’ai terminé la Faculté des Lettres à Skopje. À Paris, à l’École des Hautes Études de la Sorbonne, avec l’aide du professeur Israël Revah, j’ai soutenu ma thèse : “Les parlers judéo-espagnols à Bitola et Skopje”. Ce fut l’occasion de mes premiers contacts avec la littérature judéo-espagnole.
Les revues “Los Muestros”, “Aki Yerushalayim”, “La Lettre Sépharade” et “El Vocero” me rapprochèrent du monde sépharade. Je n’ai pas arrêté de les lire. Et aussi j’ai reçu des livres de proverbes, histoires, poèmes, chansons et autres en judéo-espagnol qui m’aidèrent à me souvenir des mots que j’avais oubliés, en apprendre de nouveaux et enrichir le vocabulaire. À Skopje où je vis, il n’est aucun moyen pour maintenir la langue. Les jeunes ne s’y intéressent pas, et de jour en jour s’assimilent.

 Quel avenir ?

Je trouve indispensables les revues, les livres, les disques, les rencontres, les cours, les séminaires, conférences, expositions, soirées musicales et nourritures, voyages dans les communautés plus importantes, festivals folkoriques comme il s’en organise déjà pour aider au maintien de la culture, de la langue et la voix des Sépharades.

J’ai l’impression que malgré l’immense perte de Sépharades dans la Shoah, tel un phénix, nous nous sommes levés pour sauver notre culture et notre langue. En dehors de nos propres efforts, même des non-Sépharades commencent à étudier notre langue, notre culture et l’histoire juive, écrivant des travaux universitaires à propos des villes où des Juifs vécurent, et c’est là un signe encourageant.

Ce congrès mondial dont il est question sera d’une grande aide pour nous tous, et nous offrira certainement de nouvelles idées pour promouvoir le Sépharadisme.

Notre sentiment…

Mon âme se réjouit lorsque je rencontre quelqu’un parlant notre langue ! Quand viennent d’Israël des parents et amis, nous organisons toujours des soirées chez moi, avec des nourritures de chez nous et tous se régalent mangeant des œufs durs de notre façon, des borekas, des pasteles, des beignets, des brioches au lait, des tajikos et d’autres nourritures savoureuses.

Nous regrettons que bien des traditions vont disparaître avec nous-mêmes...


Monastir - Hamal djidyo

Monastir - Portefaix Juif

Collection Gérard Lévy Paris




Comments