Asingun empesi a respirar.. | Dès mon premier souffle...

Beki Bardavid,

Nasyo Albukrek en Istanbul en l936, onde bive oy.
Née Albukrek à Istanbul en l936, où elle demeure toujours.

Beki soutiendra en mars 2003 à Istanbul une thèse de doctorat en lettres et philologie espagnole et sera la première lauréée en judéo-espagnol de Turquie à ce titre.

Elle espère pouvoir enseigner en cette université.


El avlar…

Ya no puedo prononsarme konsernando el mas viejo rekordo sovre el avlar de “muestra lingua” (espanyola), porke yo nasi kon eya. Asigun empesi a respirar, respiri en espanyol, i kon toda la famiya enjuntos, madre, padre, ermana, avuelos, el apartamento entero onde yo bivia, siendo ke era en la foburgo de los Djudios, la kaleja d’el Kal de los Frankos i de la famoza Kula ke yamavan en franses La Tour de Galata, i en turko Galata Kulesi. 

Era un geto onde morimos mozos todos, onde me engrandesi, uno de los tantos getos ke aviya. El miyo se yamava Galata, i no me puedo olvidar de esta kaleja d’el Kal de los Frankos. No me puedo olvidar tambien de los dias de Shabat o de moed, ke la kaleja era kaji vazia, i lo mas emportante es ke golia a guevo haminado i a enchusa. Oy es enteramente komersializada, i se vende apareyes elekrik, i todo modo de asortimentos de elektrisite. Tengo una profonda nostaljia kuando paso por aya. Todo me es konosido, i nada no es mas lo mizmo. Yo se kualo avia antes… bien ke no sierve para nada, mas ke la pena onda ke me da.

Dunke para mi, i ke bueno, el espanyol vino de suyo kon su entender, kon su avlar, kon su eskrivir i meldar. Yo era la primera ke apanyava el jurnal “Shalom” i el jurnal “La Boz de Turkia” para meldarlo de punta pie a kacha. Estos dos jurnales ya los esperava por la puerta i por la ventana. Era el tiempo del kueko dulse, una epoka maraviyoza de mi chikez.

Oy, yo kontinuo a avlar, a meldar i a eskrivir el espanyol, esta lingua de muestros avuelos.

Siguramente la avlo en kaza kon mi marido, i sovre todo kero ke mis ijas i inyetos se embezen, a lo manko ke entiendan. Es vedra ke entienden i mizmo la avlan esta lingua, bien ke no tanto buena. Antes anyos las ijikas me remersiaron de averles avlado el espanyol, porke topandosen en Espanya i mizmo en Prague, eyas viajaron kon el espanyol de kaza, este espanyol ke a penas metieron tino, ke a penas dieron emportansa o no dieron del todo emportansa. Por los inyetos yo no puedo avlar, porke esta difisil de kombatir kon la lingua del payis, sus lingua de madre ke es el Turko. La lingua miya de madre era el espanyol.

Istanbul, hamal djidyo, circa 1914.

Constantinople, portefaix juif, vers 1914,  éditeurs “Au Bon Marché” à Péra.
Collection Gérard Lévy Paris


I este espanyol era akompanyado del franses, porke mis jenitores, aviendo meldado en las eskolas de la Aliansa savian un buen franses, al lado del espanyol i al lado malorozamente de un mal avlado Turko, de sorte ke mis parientes eran “madam” i “müsü”, i yo era “matmazel”.  
       
Esto nadando ariento el Espanyol malgrado sus siertos problemas, porke el espanyol no me prokura todas la palavras ke nesesito.

Komo azer ?

Konsernando lo ke se deve de azer… Ay muncho de azer i yo esto sigura ke kon anyos, el espanyol se va azer una lingua empleada komo era al tiempo. Eya mos va dar todos los elementos ke nesesitamos. Por esto kualo devemos de azer ?

A mi idea devemos antes de todo, dar una fonksion mas grande a la Asosiasyon del Ladino ke ya siendo fondada dizde unos kuantos anyos. Esta Akademi o Asosiasyon deve antes de todo metermos de akordo konsernando la ortografia. Esto es una kestion primordial. Esta ortografia puedia ser el rachi i mizmo devia de ser el rachi. El risko ke tenemos es ke penando por el rachi, puedemos kedar sin nada en la mano, porke es un muevo aprantisaj i no savemos si todos, sovre todo la manseves, se van a meter en tino de embezarse “a eskrivir i a meldar”. Por tanto kon este alfabe ke eskrivo agora i kon muy chikos trokamientos, es posivle de metermos de akordo i ansi meldar el judeo-espanyol del mundo entero.

El sigundo problema es el vokabular. Yo penso ke no ay menester de mesklar tanta palavra aviendo las espanyolas ke teniamos. Sera mijos dezir “guertelano” por “bahchivan”, etc. Tenemos sienes de palavras ke empleavamos, i oy no ay ninguna razon para no emplearlas.

No es en metiendo palavras turkas, fransezas, o otras,… ke el verdadero espanyol se aze judeo-espanyol. El judeo-espanyol tiene su struktura komo todas las otras linguas, puedeser ke no puedriamos dezir “panuelo” por “rida”, o “paraaguas” por “tchadir”. Kreyo ke devemos de dezir “rida, prenyada, preto, etc”.

Solamente una difikultad bien grande se enkontra penso yo, konsiderando el espandimiento i el bivir de esta lingua. Es ke el judeo-espanyol no tiene governo, no tiene un payis onde el judeo-espanyol sera la lingua ofisiel, “lingua ofisiel del payis”, komo el turko es de la Turkia, komo el franses de la Fransa, el ingles de la Inglitera, etc. Tenemos payizes ke tienen dos o tres linguas ofisiales, komo en la Suisa si no me yerro, i puedeser otros payizes. Si un payis adopta komo sigunda lingua ofisial el judeo-espanyol, es una garantia ke esta lingua nunka disparesera. Este problema kreyo ke es primordial i se deve pensar enriva.

La Espanya payis de orijin de esta lingua antigua no puedra proklamar el espanyol del 1492 komo Sigunda Lingua del Payis ? Ansi los Espanyoles puedran analizar i meldar kon grande fasilitad los tekstos viejos. Tenemos el mizmo problema en Turkiya kon el arabo ke kaji ningunos ya no konosen mas, i ke esta por lo mas emposivle de meldar los poetas maraviyozos ke egzistieron en los siglos pasados, komo Baki, Nefi, Fuzuli, i tantos otros.

De otra parte, La Akademi Fransez abriga en su seno una “Banque de Mots”. Esta banka de palavras esta todo el tiempo penando a topar neolojizmos, afin de luchar kon el “franglais” ke esta inondando la lingua franseza. Tanto ke nombres de magazenes o de enstitusiones ofisiales ke se aleshan del français, pagan un impuesto1, komo si fuera una emportasyon, i vedra ke es una emportasyon, “emportasyon de palavras”. Si la Asosiasyon del Ladino lavora en este eskopo, yo penso ke no vamos a emplear mas palavras turkas, gregas, ebreas, etc… Vamos a dezir “episeria” i no “bakkal”, etc . Sovre todo palavras turkas no tienen ke azer lado kon lado kon el judeo-espanyol siendo ke no es una lingua romana, ma una lingua del grupo altay, i ke no tiene nada de ver kon las linguas romanas.

I lo ke devemos de azer, sovre todo penso yo, es arekojer, arekojer, arekojer. Todo lo pasado es muy presiozo. Arekojer lo ke mos viene delante, de kantes, de konsejas, de refranos i dichas, de romansas, de palavras i maneras de avlar, de anektodas, de maneras de vistir i de gizar, mas i mas de todo lo ke mos viene i no mos viene al tino. Ansi guadrar, publiar i reproduizir todo lo ke es muestro, todo lo ke apartiene al mundo sefarad, todo lo ke sirvyo a muestros antepasados. Eyos bivieron kon el Sefaradizmo i el judeo-espanyol sin ser ayudados de ninguna lingua del mundo.

Ke sentimos ?

Es vedra ke mos sentimos mas unidos i manko solos kuando estamos en kontakto kon los Sefaradis. Es una kultura komun, un linguaje muestro ke espartimos kon una sierta sosietad de la mizma orijin ke es la Espanya, i ke se enkontraron en el mizmo lugar en el Imperio Ottomano, malgrado ke ya mos espandimos en el mundo entero de la Afrika asta las Amerikas, del Yemen asta la Australia.

Si, el judeo-espanyol es una kultura, es un denominator komun de todos los ke se dizen ser Sefaradis.

En todo kavzo, esta chika eskrita me yevo asta la chikes, ke ay tiempos ke no pensava afilu. Kon el eskarinyo de la lingua, me vino el eskarinyo de mis parientes, de mis avuelos, de las noches de mued, de los Shabates, i mas i mas… Ya savemos ke una palavra mos yeva a anyos antes. I esto no es dicho solo por mi. Es ansi kuando los Sefaradis estamos enjuntos. Espartimos un pedaso de muestra memoria, pedasos de muestras vidas pasadas, pedasos de lo ke nunka va vinir atras, i ke ningun otros, ijos, inyetos,… van a tener la oportunidad de bivir. O mas de bivir, sintir estas sensasyones tan kalorozas i ke da una dolor sekreta en muestros korasones.
La parler…

Je ne puis me prononcer quant au plus ancien souvenir sur notre langue parce que je suis née avec elle. Dès que j’ai commencé à respirer, je l’ai fait en espagnol, et ensemble avec toute la famille, mère, père, sœur, grands-parents, l’appartement dans lequel nous vivions, dans le “Faubourg des juifs” la rue de la synagogue de
los Frankos et de la fameuse tour qu’on appelait en français “Tour de Galata” et en turc Galata Kulesi.

C’était une sorte de ghetto comme il y en avait tant où nous avons tous habité, où j’ai grandi. Le mien s’appelait Galata et je ne puis oublier la rue en question, les jours de Shabat et de fêtes religieuses, les rues étaient vides et sentaient l’œuf dur et la gratin. Maintenant les commerces sont innombrables d’appareils et pièces électriques et j’éprouve une profonde nostalgie quand je passe par là. Tout m’est familier mais rien n’est semblable. Je me remémore tout ce qui était avant… mais cela ne sert à rien en dehors de la peine que cela me cause.

Donc pour moi l’espagnol est venu tout seul, l’entendre, le parler, le lire et l’écrire. J’étais la première à m’emparer du journal
Shalom et de La Boz de Turkia que je lisais intégralement. Je les guettais par la porte et par la fenêtre. Ce fut une époque douce, merveilleuse de mon enfance.

Aujourd’hui je continue à parler, lire et écrire cet espagnol, cette langue de nos ancêtres.

Je la parle évidemment à la maison avec mon mari, et surtout je désire que mes filles et petits-enfants l’apprennent, à tout le moins la comprennent. C’est bien ce qu’ils font, mais pas si bien. Il y a quelques années, les petites me remercièrent de leur avoir parlé cette langue car, se trouvant en Espagne, ou même à Prague elles l’utilisèrent et pourtant elles n’y attachaient guère d’importance. Pour les petits-enfants, c’est trop difficile de lutter avec la langue du pays, leur langue maternelle qui est le turc, alors que la mienne était notre espagnol.

Cet espagnol était accompagné du français parce que mes parents, ayant étudié dans les écoles de l’Alliance parlaient un bon français à côté de notre espagnol et d’un malheureusement mauvais turc, de telle sorte que mes parents étaient “madam” et “musiu” et moi, “matmazel”. 

Je nage dans cet espagnol malgré certains problèmes car cette langue ne me fournit pas tous les vocables dont j’ai besoin.

Quoi faire ?

Il y a beaucoup à faire et je suis sûre qu’avec les années, notre espagnol redeviendra une langue employée comme elle l’a été, nous fournissant tous les éléments dont nous avons besoin. Que faire pour cela ?

A mon avis d’abord accorder une fonction plus importante a l’
Autoridad del ladino fondée il y a quelques années et qui doit d’abord nous mettre d’accord sur une orthographe. C’est la question primordiale. Cette écriture pouvait, et devait même être le rachi. Le risque dans ce cas est qu’y ayant trop de mal, nous restions sans rien car c’est un nouvel apprentissage et qui sait si tout le monde, surtout les jeunes, voudraient se mettre à apprendre ? Mais avec la graphie que j’utilise ici et de petits aménagements, il est possible de nous mettre d’accord et ainsi de nous lire en judéo-espagnol dans le monde entier.
Le second problème est celui du vocabulaire. Je ne pense pas qu’il y ait lieu d’incorporer tant d’autres mots lorsque nous disposons des espagnols : c’est mieux de dire
guertelano que bahchivan (“jardinier”, le premier en castillan, le second en turc). Nous disposons de centaines de mots précédemment employés, et il n’est aucune raison de ne pas continuer.

Ça n’est pas en accumulant des mots turcs, français et autres que le castillan devient judéo-espagnol. Ce judéo-espagnol possède sa structure, comme les autres langues. Peut-être ne devrions nous pas dire
panuelo pour rida, paraaguas pour tchadir. Au contraire, nous devons dire rida, prenyada, preto etc.

La kaye grande de Pera.

La grande rue de Pera.
Collection Gérard Lévy Paris



Une grande difficulté apparaît pourtant quant à la vie et l’expansion de ce parler, c’est l’absence d’un territoire, le français pour la France, etc. Le judéo-espagnol n’a pas de gouvernement, n’a pas un territoire dont il soit la langue officielle, comme le turc en Turquie, le français en France et l’anglais en Angleterre etc. Il existe pourtant des pays à deux ou trois langues officielles, comme la Suisse si je ne me trompe, et peut-être d’autres. Si un pays adoptait le judéo-espagnol comme seconde langue officielle ce serait une garantie de pérennité ! C’est primordial et il faut y penser.

L’Espagne, pays d’origine de la langue ne pourrait-elle pas proclamer l’espagnol de 1492 comme seconde langue du pays ? Ainsi les Espagnols pourraient étudier et analyser avec grande facilité leurs propres textes anciens ! Nous avons le même problème en Turquie avec l’arabe que pratiquement plus personne ne connaît et qu’il devient ainsi impossible de lire les merveilleux poètes des siècles passés comme Baki, Nefi, Fuzuli et tant d’autres.

D’autre part, l’Académie française abrite une “banque de mots” peinant tout le temps à créer les néologismes nécessaires afin de lutter contre le “franglais” submergeant la langue française. Au point que nombre de magazines et d’institutions officielles qui s’éloignent du français devraient payer un impôt1 comme pour une importation, une importation de mots. Si l’Association pour le ladino travaillait dans ce sens, il me semble que nous emploierions moins de mots turcs, grecs, hébreux ! Nous pourrions dire
episeria et non bakal, etc. De telles paroles turques n’ont rien à faire côte à côte avec le judéo-espagnol qui est une langue romane, le turc étant du groupe altaï n’ayant rien à voir avec les langues romanes.

Et nous devons, à mon avis, recueillir, recueillir, recueillir. Tout le passé est très précieux. Recueillir tout ce qui nous tombe sous la main : chansons, histoires, proverbes et dictons, romanses, paroles et manières de parler, anecdotes, façons de cuisiner, de se vêtir et tant d’autres qui nous viennent ou ne nous viennent pas à l’esprit : conserver, reproduire, publier tout ce qui est nôtre, tout ce qui appartient au monde sépharade, tout ce qui servit à nos aïeux. Eux vécurent avec le Séfardisme et le judéo-espagnol sans s’aider d’aucune autre langue au monde.

Noter sentiment…


C’est vrai que nous nous sentons plus unis et moins seuls lorsqu’en contact avec des Sépharades. C’est une culture commune, un langage à nous que nous partageons avec une société de même origine, l’Espagne, et qui se retrouva dans l’Empire ottoman bien que nous nous soyons entretemps répandus dans le monde entier, de l’Afrique aux Amériques, du Yemen à l’Australie.
Oui, le judéo-espagnol est une culture, un dénominateur commun de tous ceux qui se disent Sépharades.

En tout cas, écrire ce petit texte me ramène à mon enfance, à laquelle je ne pensais plus depuis bien longtemps. Avec la nostalgie de la langue, m’est venue celle de mes parents, de mes aïeux, des nuits de fête, des Shabat et tant encore. Une seule parole nous porte tant d’années en arrière, et pas seulement moi. C’est ainsi dans une réunion de Sépharades, nous partageons un segment de notre mémoire, un morceau de notre vie passée, et que personne d’autre, enfants, petits-enfants n’aura l’occasion de vivre. Ou mieux que vivre, éprouver ces sensations chaleureuses qui apportent une secrète douleur en nos cœurs.
Comments