…La prima vez, a Yerushalayim | …La première fois à Jérusalem

Salvador Santa Puche,

Nasyo en Yecla (Espanya) en 1971 onde bive oy.

Né en 1971 à Yecla (Espagne du Sud) où il vit.

El avlar…

La primera vez ke uyi muestra lingua fue en Yerushalayim. Avya viajado a Israel para mijor konoser los esforsos ke son echos para la konservasion de la kultura sefaradi i konoser en serka los lavoros del ekipo de Kol Israel, asiendo ke kerya topar material para mi teza doktorala.

Una amanyana klara i ermoza estava paseando por el charshi de Ben Yehuda i topi dos personas aedadas ke estavan avlandosen en djudezmo. Despues uyi avlarlo muncho, ama akeya fue mi primera vez i me kedi tresalido. Para mi era komo topar enfrente una erensia de munchos siglos kon su propria boz i sus ermozos sonos.



El eskrivir…

Yo ize los estudios de filolojia espanyola i kerya doktorarme kon un estudio sovre el mundo sefaradi i su lingua, el djudeo-espanyol. Al empesijo meldava munchos tekstos, aresivia revistas sefaradis (Aki Yerushalayim, La Lettre Sepharade, Ke Haber ? Shalom, i mas…). Merki todos los livros ke topi… kuando me di kuento kaji ke pensava i avlava en djudeo-espanyol. Mas tadre bushki diksyonarios i livros de gramatika i pasava las nochadas estudiando i perkurando de avlar.

Siendo ke, asigun mi punto de vista sientifiko i filolojiko, esto endelantre de una lingua biva, komensi a eskrivir en djudeo-espanyol.

La primera ovra ke eskrivi fue una pieza teatrala, “Sabetay”. Despues reushi a publikar algunos livros i fin al dya de oy eskrivo en djudeo-espanyol porke es una lingua muy poetika.

Grasias a esta lingua pudi tomar kontakto kon otras munchas personas de munchos payses. Es una lingua de komunikasion internasionala.

De fakto me ize estudiozo de la lingua sefaradi i uno de mis rekuerdos mas ermozos es kuando fui invitado a la universidad de Tartu en Estonia para ensenyar esta lingua. Ver i uyir a los mansevos estonianos avlando i meldando el djudeo-espanyol fue maraviyozo.

Komo azer ?

Kreyo ke en primero devemos azer una organizasyon mondiala de la kultura djudeo-espanyola, para aunar los esforsos ke son echos en munchos payizes. Dinguno de mozos reushira a largo plazo si ovra en solitud.

Es menester una koordinasion internasionala ke fikse eskopos, metodos de ensenyansa, estableska konkluziones de programas ke ya fueron realisados i koordine la aktuasion de investigadores, institusyones i komunidades sefaradis.

Despues kale organisar kursos de djudeo-espanyol en varios nivelos (popular i akademiko) kon el buto de ensenyar esta lingua i su kultura, estableser projektos de investigasyon, organisar enkontros internasyonales, apoyar la publikasyon de livros i materiales didaktikos, la mueva kreasyon literarya, estudyar el uzo de las muevas teknolojyas para konservar lo muestro, ets.

La Autoridad Nasionala del Ladino en Israel es un buen enshemplo. Devemos azer “Autoridades Nasionalas” en kada uno i uno de los payzes atados a muestra kultura.

El djudeo-espanyol solo arebivira si semos kapaches de amostrar ke es una lingua biva, ke su kultura implika valores de solidaridad i entendimiento ; ke su literatura, su folklor i sus uzos son menesterozos para la umanidad. Ama antes es menester un debate seryozo i prometyente.

Ke sentimos ?

La istorya de la umanidad es la istorya tambyen de los valores kulturales de una sosyedad. Kuando una sosyedad tiene unos valores negros i poko adaptados, esta es desparesida por la Istorya.

Los sefaradis fueron kapaches de konservar su kultura porke era un elemento de identidad, porke era una kultura valutoza, umana i avierta a resivir muevas influensas. Kuando se avla de “los sefaradis” devemos ser rekonosientes ke estamos endelantre de una kultura de mas de 500 anyos. Ke es la erensia de muestros djenitores i el emprestimo de muestros ijos para ke la kudiemos i transmitamos a las muevas jenerasyones.

Kale sentirse orgolyozo de ser sefaradi, no porke esto es mijor o peyor, sino ke es un valor ke nasyo ay munchos anyos i ke asta muestros dyas amostra ke son los puevlos ken guadran las kulturas i los valores ke azen una sosyedad mas umana.









Mujer djudiya de Brousse, circa 1880/1890, fotografia otentika.

“Dame israélite de Brousse”, photo originale de 1880/1890.

Collection Gérard Lévy Paris





Le comprendre…

C’est à Jérusalem que pour la première fois  j’ai entendu parler cette langue. Je m’étais rendu en Israël pour enquêter sur les efforts réalisés pour la conservation de la culture sépharade et étudier de près le travail de l’équipe de Kol Israel, s’agissant de recueillir des éléments pour ma thèse doctorale.

Par une belle matinée claire, me promenant sur le marché de Ben Yehuda, j’ai rencontré des personnes âgées qui s’exprimaient dans cette langue. Par la suite, j’ai beaucoup entendu parler, mais c’était la première fois et j’en fus fou de joie. Pour moi, c’était comme me trouver devant un héritage de bien des siècles avec sa voix et ses sons harmonieux.


Rekuerdo de Salonik : mujeres djudiyas de un kazaliko, circa 1916.

Souvenir de Salonique, groupe de femmes juives de village, vers 1916.

Collection Jean Carasso







Le parler et l’écrire…


J’avais étudié la philologie espagnole et désirais acquérir un doctorat sur le monde et la langue des Sépharades, le judéo-espagnol. J’ai d’abord lu beaucoup de textes, je recevais les revues Aki Yerushalayim, La Lettre Sépharade, Ke Haber ? Shalom et d’autres. J’achetais tous les livres que je trouvais… et bientôt m’aperçus que je parlais et pensais en judéo-espagnol. Plus tard j’ai recherché des dictionnaires et des livres de grammaire et je passais mes soirées à étudier et essayer de parler.

Et comme, des points de vue scientifique et philologique je me trouvais devant une langue vivante, je commençai à l’écrire.

J’ai d’abord écrit une pièce de théâtre : “Sabetay”. Puis je réussis à publier quelques livres jusqu’aujourd’hui où j’écris dans cette langue poétique.

Et c’est grâce à cette langue que je nouai des contacts avec des gens de nombreux pays. C’est une langue internationale de communication.

Continuant à étudier, l’un de mes meilleurs souvenirs fut l’invitation que je reçus de l’Université de Tartu, en Estonie, pour l’enseigner là-bas. Voir et entendre de jeunes Estoniens parlant et lisant le judéo-espagnol fut merveilleux !

Quel avenir ?

Je crois que d’abord il nous faut créer une organisation mondiale de la culture judéo-espagnole, pour unir les efforts entrepris dans divers pays. Aucun de nous ne réussira pleinement s’il travaille en solitaire.

Une coordination internationale est indispensable qui fixe des objectifs, des méthodes d’enseignement, rassemble les conclusions des programmes déjà réalisés et coordonne l’action des investigateurs, institutions et communautés sépharades.

Puis il faut organiser des cours de judéo-espagnol à divers niveaux (populaire aussi bien qu’académique) dans le but d’enseigner langue et culture, établir des projets d’investigation, organiser des rencontres internationales, aider à la publication de livres et matériels didactiques, tout comme à la création littéraire contemporaine, étudier l’emploi des nouvelles technologies pour conserver ce qui nous appartient etc.

L’Autorité pour le Ladino en Israël est un bel exemple. Nous devons créer une telle Autorité dans chacun des pays attaché à cette culture.

Le judéo-espagnol ne vivra que si nous sommes capables de montrer qu’il s’agit d’une langue vivante, que sa culture implique des valeurs de solidarité et de compréhension ; que sa littérature, son folklore et ses usages sont nécessaires à toute l’humanité. Mais il nous faut d’abord entreprendre un débat sérieux et prometteur.

Notre sentiment…

L’histoire de l’Humanité est aussi faite des valeurs culturelles d’une société. Lorsqu’une société détient des valeurs fausses et peu adaptées, elle disparaît pour l’Histoire.

Les Sépharades conservèrent leur culture parce que ce leur était un élément d’identité, parce que c’était une culture de valeur, humaine et ouverte aux nouvelles influences. Quand on parle des Sépharades, nous devons être reconnaissants de porter une culture plus que cinq centenaire. C’est la mémoire de nos ancêtres et le bien de nos enfants ; nous devons y prêter attention et la transmettre aux nouvelles générations.

On doit se sentir orgueilleux d’être Sépharade, non pas parce qu’on est meilleur ou pire, mais parce qu’il s’agit d’une valeur née il y a bien longtemps et que jusqu’à nos jours elle montre que les peuples conservant leurs valeurs et leur culture font une société plus humaine.


Djudiya espanyola en Bosniya, 1909.

Juive espagnole de Bosnie, 1909.

Collection Gérard Lévy Paris



Comments