…El avuelo Salamon…| …L’aïeul salomon…

Matilde Gini de Barnatan,

Nasyo en 1935 en Buenos-Aires i bive  en Madrid desde 1985.

Née en 1935 à  Buenos Aires, vit à Madrid
depuis 1985.


La Lettre Sépharade a fréquemment publié des poèmes de Matilde, laquelle assume depuis 15 ans - maintenant avec sa fille - l’émission en judéo-espagnol de la Radio exterior de España.


El sintir

Antes de tomar konsensia, las palavras eran unos sonos i una melodia ke arodeavan la vida.

Los tios, los avuelos, la famiya, la avuela Meryam… todos.

Todos eyos, patrones de la dulse lingua.

De kriatura sintia las palavras ke kedaron bivas en la alma.

El avuelo Salamón, ke era su uzo dizir : “La onor es antes ke la vida…”
 Ken i ken eran los ke guadravan ansí los rekodros del pasado, tala erensia. De onde trusheron tal galadron de noblesa ?

El Avuelo Salamon i sus palavras… “Me vo azer un sigariko…” I súpito el tabako i un pedaso chiko de papel blanko en los dedos finos…

Estonses, dinguno mos aziamos esta demanda… “Onde i kuando sintimos la lingua ?”         

Rhodos, la Kaye Grande de la male djudiya, circa 1915.

La Grande Rue du quartier juif à Rhodes, vers 1915. Editeur J.M. Ménasché.

Collection Gérard Lévy Paris

                                

El avlar


Las mujeres la avlavan basho, kuando no kerian ke las kriaturas las sintieramos i dizian : “Soilema por modo de la bolema” (Kayades ! Kudiado ke la ijika esta serka !).

I ya entendiamos ansi ke avia algo interesante para sintir…

Muncho mos dezia todo esto tan misteriozo, sovre el senzo de identidad.
Mos avian arrondjado de Espanya : eyos kerian una Unidad… Ke paradoksa, ke echo bizarro !

De sivdad en sivdad, en anyos i siglos, onde se topen, venidos de onde vengan, son los djudios arrondjados de Sefarad la Unidad ; la unidad djudeo-espanyola i la unidad de la lingua sefardí.

Muestra es la lingua i muestra es agora la responsabilidad de la kontinuidad ; muestro es agora el dezafío ! I siempre las palavras !

Don León Janá, un personaje de Buenos Aires, mos embelekava a las kriaturas kon las palavras, las istorias i las dichas. Bashiko, flako, ma kon una boz de drago, demandava sedaká en la Kilá de la kaleja Camargo : “Avran las veluntades, sinyores !”

Las palavras ke no se ulvidan…

Ke azer ?

Agora mos topamos en el menester de kontinuar i arebivir esta lingua. Por mor de esto, se kere luchar, difuzar i anchear en el mundo esta kultura i esta lingua. El dezafio es agora mas de dar ensenyanza : agora es menester mas de todo, el omenaje de travar las memorias de muestros keridos, por mor de arebivir lo mas pozivle lo ke se kijo amatar kon el olokosto.

Kon el esforzo de todos, i esto es por dolor, korejar el yerro negativo de los ke kreyen ke esta lingua se esta muriendo.

Este es el mas grande dezafio : arebivir lo ke kijeron eksterminar endjuntos kon la vida. Semos mozotros ke tenemos esta yave en muestra mano.

Kualo azer por mor de la kontinuidad de este trezoro ? Muncho ! Son oras difisiles i agora es muestra responsabilidad dar ensenyanza, i ke la lingua, los kantes, el folklore, los kuentos, las dichas i refranes kaminen, en puvlikasiones, konferensias, ovras de teatro, en resitales, ambezando en Universidades, en Eskolas, en Sentros de Ispanismo, en Simposiones, en Kurzos, profitando los medios de komunikasion ke arivan agora al mundo por entero !

Estudio, investigasyon, difuzyon i ensenyanza es el seriozo menester.

Para esto, nada mijor ke arebivir un mundo fraguado kon palavras i ke agora soltanto se topa en muestras memorias.

I dizir komo dizia muestro personaje :

 “AVRAN LAS VELUNTADES, SINYORES”.
L’entendre

Avant même d’en prendre conscience, les mots n’étaient que sons et mélodie environnant la vie.

Les oncles, les grands-parents, la famille, l’ancêtre Meryam… tout le monde.
Tous, propriétaires de cette douce langue.

Depuis l’enfance j’entendais ces mots restés vivants en mon âme.

L’aïeul Salomon, qui répétait fréquemment “L’honneur avant la vie même…”
Les uns et les autres conservaient ainsi les souvenirs du passé, l’héritage ; mais d’où tenaient-ils une telle charge de noblesse  ?

Et le grand-père Salomon et ses rengaines… “Je vais m’en rouler une…” et aussitôt tabac et petit papier blanc dans ses doigts fins…

Alors, aucun de nous ne se demandait “Où et quand avons-nous entendu cette langue ?”
      


Rhodos, otra kaye de la male djudiya, circa 1920

Rhodes, une autre rue du quartier juif, vers 1920 (distributeur à Rhodes : Isaac Benveniste).

Collection Gérard Lévy Paris





Le parler

Les femmes parlaient à voix basse, lorsqu’elles ne voulaient pas que les enfants les entendent, et disaient : “Taisez-vous, la petite est à côté !”

Nous comprenions ainsi qu’il y avait quelque chose d’intéressant à écouter !
Et tout cela nous apprenait beaucoup sur le sens de l’identité.

On nous avait jetés d’Espagne : ils voulaient une Unité… quel paradoxe, quelle bizarrerie !

De ville en ville, d’années en siècles, où qu’ils se trouvent, venus d’où qu’ils viennent sont ces Juifs expulsés de la Sefarad unitaire : l’unité judéo-espagnole et l’unité de la langue sépharade.

Nôtre est cette langue, et nôtre est maintenant la responsabilité de la perpétuer : à nous le défi ! Et toujours les mots  !

Don Léon Jana, un personnage de Buenos-Aires nous entretenait, nous les gosses, de mots, d’histoires et de proverbes. Petit, maigrelet, mais avec une voix de dragon, il demandait l’aumône près de la synagogue de la rue Camargue : “Ouvrez vos volontés, bonnes gens !”

Des paroles qu’on n’oublie pas…

Que faire ?

Et maintenant nous nous trouvons dans la nécessité de poursuivre et revivifier cette langue. Pour cette raison, il faut lutter, diffuser, amplifier partout dans le monde cette culture et cette langue. Le défi maintenant est plus que de l’enseigner, c’est la nécessité impérieuse de rendre hommage à la mémoire de nos chers disparus, de manière à poursuivre autant que possible ce que la Choah a voulu éliminer.

Grâce au douloureux effort de tous, corriger l’erreur de ceux qui croient que cette langue se meurt.

C’est le plus grand défi : revivifier ce qu’ils voulurent exterminer avec la vie. Nous tenons cette clé en main.

Que faire pour conserver ce trésor ? Beaucoup ! Les heures sont difficiles et c’est notre responsabilité que d’enseigner et que la langue, les chants, le folklore, les contes, les dictons et proverbes circulent en publications, conférences, pièces de théâtre, récitals ; s’enseigne en universités, écoles, centres d’hispanité, symposiums, cours, profitant des nouveaux moyens de communication qui parviennent maintenant jusqu’au bout du monde !

Étudier, investiguer, diffuser et enseigner constituent l’impérieux besoin.

Pour cela, rien de mieux que de faire revivre un monde fondé sur la parole qui subsiste dans nos mémoires.

Et dire comme notre personnage :

“OUVREZ VOS VOLONTES, BONNES GENS”.
                    
Comments