...Ambezar el ladino... | ...Apprendre la langue...

Sabetay A. Tchimino,

Nasyo en marso del 1920 a Kavala, en Gresya del norte. Se topa oy el solo djudiyo bivyendo syempre en esta sivdad.
Es menester de dizir aki ke Sabetay, kon un orgolyo meraviyozo eskrive sovre una oja de papel eskrita, en grego i ladino : “Comunidad Israelita de Kavala”.

Né en mars 1920 à Kavala,  en Grèce du Nord, où il est actuellement le seul juif.
Il faut ajouter ici qu’avec un stupéfiant panache, Sabetay écrit sur un papier à lettres “Communauté Israélite de Kavala”…


El avlar…

La mejor manansyal para ambezar el ladino vyene de la nona i la madre, no puede aver mas vyejo rekuerdo, una vez ke eyas mos ambezaron a avlar i ke l’espanyol lo kontavamos komo lingua djudiya. Por dizir la verdad, por lo ke me akodro de kreatura, yo no saviya, komo todos, ke era el ladino o eskenazi1, ma solo el djudeo-espanyol komo lingua djudiya. El ebreo lo saviyamos komo lingua de la Sinagoga, ni ke saviyamos ke los djudiyos trushimos el espanyol de Espanya !

El eskrivir…

Para el eskrivir, vale seyla ke el konoser lingua ke se ekspresiva en letras latinas komo el franses ayudo al eskrivir, no vale olvidar kuanto influenso la eskola de l’Alyansa ; al kontraryo el rashi se pedryo presto a los kavos del XIX siekolo.

Komo azer ?


Para mantener muestra kultura, vale komprender a las revistas fransesas o inglezas komo “La Lettre Sépharade”, la de el amigo Rahmani “Los Muestros”, i de Moshe Shaul a la revista “Aki Yerushalayim”, la kuala topo mas fuerte de todas. Ansi el lektor, en meldando i savyendo la lingua de su payiz ke en todo el mundo agora se eskrive en letras latinas, va meldar tekstos en djudeo-espanyol.

Ke sentimos…

Kuendo avlo el ladino, penso ke muestros antepasados vale ke tuvyeron une buena kultura en Espanya onde biviyan, i la trusheron kon eyos, i la guadrimos portanto ke pasaron 500 anyos ke salimos de Espanya !

Para mi ke kreiya ke la lingua ke avlamos era la lingua djudiya, me konsyento mas riko de otros. Ansi los amigos espanyoles ke tengo komo kliyentes en Espanya se demandan i doudan “komo puede ser ke avlash fin el anyo 2 000 la lingua espanyola, i mijor de mozos ?” Eyos pensan i topan ke avlamos la lingua de Cervantes, i al punto kuanto dizen “tu sos un Sefardita” sin ser egoïsto, a dizir la verda me konsyento orgolyozo !



Le parler…

La meilleure méthode pour apprendre le ladino, vient de ma grand-mère et de ma mère et il ne peut exister de souvenir plus ancien dès lors qu’elles nous apprirent à parler et nous considérions cet espagnol comme la langue juive. A dire la vérité pour ce qui me revient de mon enfance et tout comme les autres je ne savais pas ce qu’était le ladino et le yiddish considérant le judéo-espagnol comme la seule langue juive. Nous savions l’hébreu comme langue de la synagogue mais n’imaginions pas que nous avions apporté l’espagnol d’Espagne.

L’écrire…

Pour écrire il convient de connaître une autre langue s’écrivant en lettres latines, comme le français, sans oublier l’influence de l’école de l’Alliance. Au contraire l’écriture rachi s’est perdue à la fin du XIXe siècle.

Quel avenir ?

Pour maintenir notre culture il faut intégrer les revues en français ou en anglais comme “La Lettre Sépharade”, celle de notre ami Rahmani  : “Los Muestros”, et celle de Moshe Shaul la revue “Aki Yerushalayim”, celle que je trouve la meilleure. Ainsi le lecteur lisant et connaissant la propre langue de son pays qui maintenant dans le monde entier s’écrit en lettres latines, pourra lire des textes en judéo-espagnol.

Notre sentiment…

Quand je parle le ladino, j’imagine combien nos aïeux eurent une bonne culture en Espagne où ils vivaient et la transportèrent avec eux et que nous l’avons gardée, bien que 500 ans se soient écoulés depuis notre sortie d’Espagne !

Pour moi qui croyais que notre langue était la langue juive, je me sens plus riche que les autres. Ainsi les amis espagnols que j’ai comme clients en Espagne se demandent et doutent : “Comment se peut-il que jusqu’à l’an 2000 vous parliez l’espagnol et mieux que nous ?” Eux pensent et estiment que nous parlons la langue de Cervantès et lorsqu'ils disent “Tu es un Sépharade”, sans être égoïste, à dire la vérité je me sens plein d’orgueil.





Vista de la male djudiya grande a Kirklise, circa 1914, edisyones Israël Mitrani.

(Kirklise, en verdad Kirk Kilisse, sivdadika a 40 km de Edirne
en Turkiya evropea, oy Kirklar-Eli, vezina a la frontyera bulgara).

Vue de Kirklisse, grand quartier israélite, vers 1914, Israël Mitrani éditeur.

(Kirklisse, en vérité Kirk Kilissé, petite ville à 40 km à l’est d’Edirne, en
Turquie d’Europe, aujourd’hui Kirklar-Eli, toute proche de la frontière bulgare).

La première langue, en haut de la carte postale est du turc écrit
en caractères arabes. La révolution linguistique d’Ataturk n’est pas encore passée.

Collection Gérard Lévy Paris


Comments