Sephardisch Judeo-español, Djudezmo

En allemand et judéo-espagnol, 2001 Harrassowitz Verlag D 65174 Wiesbaden Fax 49 611 530 570 verlag@harrassowitz 137 pages dont 33 pages de lexique. ISBN : 3-447-04465-9

 
Armin Hetzer

Quelle surprise ! Tenir dans la main un livre destiné à l’enseignement du judéo-espagnol pour un lectorat germanophone n’est pas banal et offre une curieuse impression !

Un petit retour en arrière n’est pas inutile : on sait que le déclin du judéo-espagnol au fil du temps est dû essentiellement1 à :

• la Choah bien sûr qui a fait disparaître un nombre considérable de locuteurs.

• la défaveur dans laquelle était considérée cette langue à mesure que l’Alliance Israélite Universelle dans ses écoles balkaniques la dévalorisait en ne l’enseignant pas ou rarement et en présentant en français toutes les matières de ses programmes.

• l’intériorisation par ses locuteurs de ce dédain ainsi que l’impérieuse nécessité pour les ré-émigrés vers l’Europe occidentale, les Amériques etc… d’adopter vite la langue du pays d’accueil pour s’intégrer dans le monde social, celui du travail etc.

Il en a découlé que, dès la fin du XIXe siècle, certains ont prédit que la langue s’éteindrait avec eux-mêmes ou leur génération.2 Puis, après la Choah et durant la période de reconstruction de l’Europe, “les trente glorieuses” ce fut le statut quo, mais la langue continuait d’être parlée en famille.

Vint la période des premières études sur le sujet, et des cris d’alarme d’enseignants et d’intellectuels tout aussi argumentés que ceux des générations au tournant du siècle précédent : Tracy Harris, universitaire américaine, qui a fait beaucoup de bruit malsain avec Death of a Language, the History of Judeo-Spanish-1994 (Mort d’une langue, histoire du judéo-espagnol)3  Contentons-nous de cet exemple, et observons qu’en quelques années ce judéo-espagnol s’enseigne dans le monde entier, qu’il se publie des méthodes d’enseignement, des dictionnaires, des recueils de poésie, des mélodies sur des poèmes contemporains, qu’il se forme des enseignants. Et que de nombreux sympathisants dont le nombre s’accroît chaque jour, échangent des points de vue, des informations et des souvenirs sur la Toile, statutairement et obligatoirement rédigés dans ladite langue.
4
C’est dans ce cadre que nous avons à examiner un nouveau manuel qui vient de paraître, et ce nous est grande satisfaction !

D’autant qu’Armin Hetzer est un puits de science déchiffrant quasiment toutes les langues d’Europe, ainsi que l’hébreu bien sûr.
Tout son manuel est d’une rare densité, et l’enseignement dispensé s’adresse à des germanophones adultes avertis, si possible déjà hispanophones.

L’introduction est attendue, historique, géographique, recensant les locuteurs de par le monde etc… Le point important est évidemment celui du choix du rendu graphique dont il explique la difficulté historique - puisqu’il y a encore un siècle et moins, le judéo-espagnol s’écrivait en lettres hébraïques - parmi les trois écoles5 qui ne parviennent pas jusqu’ici à s’entendre malgré des réunions de spécialistes et autres congrès. Disons pour simplifier que Hetzer adopte la graphie de Aki Yerushalayim, à l’exception de la chuintante, rendue chez les anglophones par “sh”, chez les francophones par “ch”, et qu’il rend par “x” comme les Catalans et les Galiciens.

Suivent douze leçons de bon niveau, chacune introduite par un texte souvent contemporain, de Moshe Shaul, Djamila Kolonomos, Matilda Koen-Sarano, Renée Martin dans La Lettre Sépharade… voire plus lointain : Saporta i Beja et autres. De ce texte sont tirées des occasions d’étudier du vocabulaire, des conjugaisons, des développements de grammaire etc. et de progresser dans l’étude de la langue. L’auteur rapporte, coïncidence plutôt étrange, que la grammaire de langue castillane, de António de Nebrija qui fit autorité était à l’impression en l’an de l’expulsion 1492…

Chaque chapitre propose aussi des proverbes, essentiels dans cette culture, établit des variantes au vocabulaire moyen : pourquoi bulgaro devient-il burgalo à Salonique et non ailleurs ? (et d’ailleurs, comment Armin sait-il tout cela ?)

La méthode est classique, assez semblable à celle utilisée par Marie-Christine Varol dans son propre manuel paru il y a quatre ans,6 et qu’Armin Hetzer cite en référence bien entendu. Il cite aussi le dictionnaire des Perahya, du français vers le judéo-espagnol,7 le Nehama, judéo-espagnol/français - encyclopédie serait plus juste pour le caractériser que dictionnaire- mais il n’indique pas le Romano : Dictionary of Spoken Judeo-Spanish/French/German de 1933 réédité en 1995. Est-il possible qu’une référence ait échappé à Hetzer ?
Le volume s’achève sur un lexique de 1 300 mots - sans les variantes, précise l’auteur - du judéo-espagnol vers l’allemand, et l’inverse.

L’importante bibliographie est résolument contemporaine et l’auteur fait état de livres parus jusqu’en 2000.

Bravo Armin et merci : vous vous êtes visiblement fait plaisir, mais plus que cela… 8

Jean Carasso

Notes :

1 Mais à d’autres facteurs aussi.

2 Le spécialiste Israélien, David Bunis, dans ses conférences cite nombre d’opinions ainsi exprimées par des intellectuels, des personnes au cœur de la question.

3 Du point de vue méthodologique, lorsqu’on aime quelqu’un ou quelque chose, il paraît plus constructif d’étudier le moyen de soigner ou sauver la personne ou l’organisme que de prédire sa mort, ce qui, au bout du compte, est facile ! Un point d’interrogation après son affirmation n’aurait pas nui !

4  Pour vous abonner : ladinokomunita-subscribe@yahoogroups.com Pour communiquer : ladinokomunita@yahoogroups.com

5 La turque, l’espagnole, faisant toutes deux appel à des signes diacritiques n’existant pas sur les ordinateurs classiques, et celle de AY ou proche, sans accents, entraînant peu à peu l’adhésion des rédacteurs dans le monde entier et celui du réseau qui s’étend chaque jour et que Hetzer cite : ladinokomunita@yahoogroups.com

6 1998 Marie-Christine Varol “Manuel de judéo-espagnol, langue et culture” chez Langues et Monde, l’Asiathèque 11 Cité Véron 75018 Paris
Tél. 01 42 62 04 00 Fax 01 42 62 12 34 info@asiatheque.com    318 pages + un disque compact.

7 Klara Perahya Elie Perahya Dictionnaire français/judéo-espagnol, même éditeur

8 Rappelons au passage que cette culture est enseignée en Allemagne !
Comments