Muestra Lingua : Lo ke kontava la bavá… Djohá i la predikánte

Nous poursuivons, avec Isacco Hazan la publication de “petits textes d’atmosphère” qui, lus à haute voix par des personnes n’ayant pas de pratique peut contribuer à les initier de façon plaisante, s’efforcant de restituer le plus fidèlement possible le climat dans lequel évoluaient les communautés juives de l’Empire ottoman.

Nous ne publions pas de traduction intégrale mais quelques notes éclairantes. La graphie adoptée est celle de la prononciation phonétique. Nous suggérons aux débutants de lire lentement et en scandant, profitant des marques d’accentuation qui ne figurent communément pas.
   
La Rédaction
Al Motsé Chabát, salyèndo del Kal la múrta en la máno, Djohá apersíve delántre de la puerta una mutchátcha elegánte en médyo d’un punyádo de djénte eskutchándola atentivaménte.
Djohá, avlándo de si para si, se díze :

Décha veré kuálo esta darsándo.

Aserkándose de la paréya, muestro ómbre syénte la dáma tenér un diskorso patétiko en térmos ke no puéden dechár el askoltánte indiferénte :
“Karísimos ermános i ermánas ke me véich aki agóra en médyo de vozótros, esta nótche mi marido me tóma en sus brásos. A manyána, el Dyó me va tenér en los Súyos.”

En éste moménto Djohá, timidaménte alevánta el dédo para demandár la paróla :
“Estás líbera después de amanyána ?”
predikánte (espagnol) = prédicatrice.
motsé (hébreu) = sortie.
múrta (espagnol), = myrte distribuée aux fidèles en Égypte à l’issue de l’office célébrant la sortie du Chabat.
punyádo (espagnol) = poignée.
avlándo de si para si (espagnol) = se parlant à lui-même.
décha veré (espagnol) = laissons voir, voyons.
darsándo (hébreu) = prêcher.
paréya (grec) = groupe.
askoltánte (italien) = auditeurs, ici assistants.
después de amanyána (esp.) = après-demain.

Comments