Musique : Puerta de Veluntad - Ensemble Alia Musica Miguel Sánchez

2001
Harmonia Mundi Espagne mais distribution par Harmonia Mundi France 13631 Arles cedex Fax 04 90 49 96 14
info.arles@harmoniamundi.com

Est-ce une impression ou le rythme d’apparition s’accélère, des disques véhiculant notre culture ancestrale? Il peut s’avérer utile, pour éclairer les lecteurs, de préciser qu’ils semblent se répartir en quatre catégories :

• ceux de musique religieuse, ou para-religieuse repris dans des chants profanes, souvent médiévaux, sur des textes de poètes tels que Salomon ben Gabirol, Yehuda Halévy (respectivement début et toute fin du XIe siècle-début du XIIe) ou d’auteurs inconnus, mais toujours chantés dans les synagogues de rite sépharade.
Exemple : le disque de Miguel Sánchez recensé ci-dessous : Puerta de veluntad.

• ceux de chants recueillis depuis des dizaines d’années par des chercheurs et musicologues auprès de personnes âgées les transmettant par tradition familiale, et qui les enregistrent.
Exemple : le CD de Susana Weich-Shahak Cancionero sefardí del siglo XX.

• ceux qui font partie du folklore vivant et qui sont fredonnés à mi-voix par les auditeurs dans les concerts qu’ils ont le plaisir d’écouter.
Exemple : le disque commenté ci-dessous de Montserrat Franco : Kantigas i romanzas sefardies.

• ceux mis en musique par des compositeurs contemporains sur des poèmes d’auteurs du XXe siècle, souvent encore vivants et productifs.
Exemple : le CD de Mónica Monasterio : Sefarad, cantares del avenir.

Bien entendu, les délimitations ne sont pas aussi nettes et des mélodies de ces quatre groupes peuvent se retrouver dans le répertoire des interprètes actuels, qui assurent ainsi le lien, et la pérennité de la culture.

Les disques commentés dans ce numéro se répartissent effectivement selon cette grille.

NDLR


      C’est un disque de musique religieuse chantée en hébreu généralement a capella, seulement par les hommes, et para-liturgique (ces derniers textes souvent empruntés au Cantique des Cantiques) accompagnée d’instruments classiques, par une voix féminine.

Nous n’avions pas dissimulé, lors de notre commentaire de son disque précédent, notre admiration pour cet ensemble formé en 1985 et venant d’Espagne (LS 28 de décembre 1998). Le récent concert qu’il vient d’offrir en Avignon1 nous confirme la grande qualité musicale et scénique de ces professionnels de haut niveau, musiciens motivés et raffinés entraînés par un musicologue hébraïsant.

Sur quoi insister le plus? sur la seconde plage, qui met en œuvre l’ensemble des instruments intéressants2 et les voix d’hommes, sur la quatrième marquant la première apparition de la superbe voix féminine, sur la cinquième, quasi solo du nay, cette flûte si particulière, sur la polyphonie de la sixième avec la basse continue pour accompagnement? Sur la voix sublime d’Albina Cuadrado qui revient dans la onzième plage (versets du Cantique du roi Salomon, VII, 12 et 13) ? sur la treizième - texte du Midrach - chantée selon la tradition des juifs du Yémen ? Sur la qualité de l’enregistrement et de la prise de son, dans un monastère cette fois avec une réverbération juste, jamais écrasante ? Ou sur la présentation du superbe livret de 48 pages en trois langues pour l’introduction, et en quatre (avec l’hébreu en caractères latins) pour les textes ?

Il s’agit d’une de ces réalisations superbes et qui marquent : on n’imagine pas que puisse être obtenu mieux sur de tels thèmes.

Jean Carasso

Comments